Gbadamassi, Kassa, Bako : Trois champions de l’instabilité et de l’opportunisme politiques

Gbadamassi, Kassa, Bako : Trois champions de l’instabilité et de l’opportunisme politiques

Bénin- La suppression de la Cena n’a jamais été discutée au sein du BMP selon Nassirou Arifari-Bako

Bénin – Après Gbadamassi, Bako et Kassa ont embouché la trompette du dénigrement du régime Yayi, dans lequel ils ont pourtant occupé des postes de responsabilité.

Il s’agit d’une stratégie assez prisée pour gagner la sympathie de Talon, et entrer de pleins pieds dans la mouvance. Là où il y a du miel pour eux.

La classe politique béninoise regorge de ces spécimens qu’il faut avoir le courage de dénoncer. Instables, opportunistes, ils sont aujourd’hui avec Pierre et demain avec Jean, de qui ils gagnent la sympathie en dénigrant Pierre. Pour rester éternellement dans la mouvance et profiter des avantages du pouvoir, ils sont capables de toutes les indécences, même de tuer leurs mères.  Ils ravalent leurs vomissures les plus nauséeuses d’hier sans aucune vergogne. Rachidi Gbadamassi devrait passer maître dans cet art. A l’orée de sa carrière politique, il fut coffré pour la sale affaire d’assassinat du juge Bertin Coovi.

Après quelques années de prison, il réussit tel un phénix à retrouver son siège de député au palais des gouverneurs à Porto Novo. En 2006, avec l’Upr et le G13, il opte pour l’opposition au régime Yayi. Issa Salifou son mentor politique du moment, pensait compter sur lui pour mener un vrai combat politique, mais il les abandonna très tôt pour retourner vers Yayi et est devenu un faucon des Fcbe. Pendant tout le temps que Yayi a passé au pouvoir, il l’a soutenu sans désemparer, en l’accompagnant sur de terrain et en le suivant dans tous les combats et moments difficiles. C’est à cause du choix du candidat des Fcbe qu’il s’est désolidarisé de Yayi en optant pour Sébastien Ajavon,au détriment de Lionel Zinsou. Mais il fut le premier à aller faire allégeance à Patrice Talon le jour où celui-ci a été élu. Les photos de ce ralliement ont circulé sur les réseaux sociaux dans le temps. On le voyait tout souriant au domicile du président Talon en pyjama, en compagnie de Charles Toko, l’actuel maire de Parakou. Il était encore le premier à s’en prendre violemment à Ajavon après sa dernière sortie médiatique. Ce petit récit montre un personnage instable dont se sont servi tous les présidents pour régler des comptes à des adversaires. De Kérékou à  Talon en passant par Yayi, il est resté fidèle à son rôle, celui d’un instrument politique. Fidèle  à son art, celui de troubler l’eau et de créer la confusion.

Lire Revirement de Kassa : Talon devrait-il faire confiance aux vieux loups du régime Yayi ?

« Yayi a changé, on est dedans… »

Quid de Barthélémy Kassa ? Voici aussi un personnage ubuesque. A Gbadamassi, il ressemble comme deux gouttes d’eau, sauf qu’il est un peu plus lettré que son archétype de Parakou et aîné dans l’art de la confusion. Comme lui, il a le même trait de caractère : inconstant.

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 15
  • Avatar commentaire
    vraiment 5 mois

    faudrait juste changer le titre de cet article par ”le ventre,toujours le ventre”

  • Avatar commentaire
    SANKARA 6 mois

    MAIS VOUS NE RÉPONDEZ PAS A LA VRAI QUESTION…QU’EST CE QUI FORGE NOS POLITICIENS?C’EST NOTRE ENVIRONNEMENT.C’EST CE QUI FAIT QUE L’OFFRE POLITIQUE N’A PAS CHANGE DEPUIS TOUJOURS.ELLE SERA AINSI TANT QUE

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 5 mois

      Pas seulement l’environnement car chaque peuple a ses particularités. Par exemple on dit des français qu’ils sont très ethnocentristes et sans discrétion. On les repère tout de suite parmi les touristes. Le sénégalais est fourbe mais cela ne l’empêche pas de s’entourer uniquement de sénégalais dès qu’il est à un poste important lorsque cela est possible. Le Togolais n’a pas d’épaisseur et est souvent très hésitant dans ses décisions. Le Béninois est très méfiant et attribué souvent à autrui ses propres défauts. Mieux vaut ne pas lui tourner le dos car il a souvent un poignard à portée de main. Très méfiant il accordera plus facilement sa confiance à un étranger plutôt qu’aux siens. Cela vous donne une petite idée de nos politiciens ? À force d’être aux aguets et de sans cesse surveiller le voisin il tombe dans l’inaction à cause de cette énergie dépensée en pure perte. Mieux le Béninois est un pessimiste souvent inquiet et sans confiance en soi.
      Je ne prétends pas détenir la vérité, mais je donne mon avis par rapport à mes expériences. À qui le tour ?

  • Avatar commentaire
    aziz 6 mois

    Bizarre.!.biazarre.!..vous avez dit..bizarre..?

    Notre prince pkayo…est porté disparu….agadjavi..

    D’apres les renseignements généraux….il serait pris en otage..par quelques nah !!d’abomez en chaleur..

    Le pauvre..!!!..il serait actuellement torturé….à mort

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 5 mois

      Il doit s’occuper de Azannai ou de Kassa pour le compte du prego ‘

  • Avatar commentaire
    Francisca 6 mois

    Merci de reconnaitre que Azannaï n’est pas dans ce lot. Ce n’est pas leur faute. S’ ils n’avaient trouvé personne pour s’accommoder de leurs deshonorants comportements, ils auraient changés depuis. Mais les dirigeants aiment ceux qui font les sales besogne. Consequence, ils s’y plaisent.

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 6 mois

    Les cas KASSA et Gbadamassi pour des raisons évidentes peuvent ne pas surprendre, mais celui de BAKO est dégoûtant et traduit encore une fois que la vie politique au Bénin n’a rien de sérieux, et s’apparente tout simplement à un monde de truands et de malfaiteurs qu’on soit intellectuel, lettré ou demi lettré!!!
    Et le drame est que c’est eux qui décident et décideront encore du destin de plusieurs millions de leurs concitoyens.
    Quel est ce sort qui est le nôtre malgré tous les cris de tous les jours???!!!!

  • Avatar commentaire
    aziz 6 mois

    L’opposition,s’opposer à un regime,coute que coute..parce que la tete des gouvernants ne plait pas…ne sauraient etre des dogmes….

    Supporter un regime coute que coute..quelques soient ses orientations ne saurait etre..une religion…non plus

    Le deputé de la nation,ou reprensentant..d’un territoire..a pour role..entre autres..de défendre les interets de ses mandants….

    De ce point de vue…queles deputés s’adaptent aux contingences..du temps …ne me choque pas du tout..car la fidélité…en politique..est une vue de l’esprit

    Si..j’étais deputé de parakou…ma ville natale…je serai du coté…de n’importe quel régime..qui va promouvoir ma vile.dans tous les domaines.et cei peut importe..qui

    Le culte de la personnalité,l’ivresse du pouvoir,les marches de soutiens,les prieres…toutes idiotes les une comme les autres…ont été une honte et tares du regime yayi…

    Mais dire..que yayi n’a rien fait pour le benin..est une malhonneteté,une ingratitude..manifestes

    Talon n’est pas yayi …c’est évident..il sera difficile…pour gbada,bako,kassa,abiola okounla…de tromper talon..

    Et pourquoi..eux….seulement

    Saka lafia,azani,pik,mathys…charles…n’ont ils pas été..les champions en la matiere…?

    En résumé…toute la classe politique beninoise….est ainsi..et c’est leur vrai visage..et c’est aussi…l’expression de ce que nous les beninois…nous sommes

  • Avatar commentaire
    Gbogbolikiti 6 mois

    Ceux-là sont des affarmés politiques, prêts à déshabiller Jacques aujourd’hui pour habiller Jean, et demain déshabiller Jean pour habiller Paul, ainsi de suite, avec à la clé, la recherche de leur interet égoïste. On ne dirait même pas que ses vautours sont tous des musulmans, une religion respectée et respectable, et devraient en conséquence marcher dans une droite ligne comme l’a toujours enseigné le Prophète.

    Chacun de ceux-là a laissé une sale histoire à ne jamais enseigner en politique, à cette génération et celle à venir. Nous pronons toujours pour la stabilité politique et non le contraire.

    La politique c’est plutôt une école au service du développement d’une nation, et non une discipline dans laquelle les coups bas sont joués de manière irresponsable, irréfléchie, insensée et stupide.

    J’ai même du mal à écrire leur nom.

  • Avatar commentaire
    Totchénagnon 6 mois

    C’est malheureusement ce que la démocratie béninoise a fait de mieux depuis 27 ans ie la transhumance politique. Malgré les difficultés des Le Pen en France depuis des années, ont-ils abandonné le combat ? Pourtant, malgré tout, ils demeurent là où on les a toujours connus. C’est ce qui manque au Bénin. Tout ce qu’on constate n’est que le fruit de l’impunité, car tous ceux-là devraient être dans une prison. A défaut, il faudrait qu’ils sauvent leurs peaux.

  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 6 mois

    Qu’est ce qu’elle disait déjà Madame Rosine Soglo de celui-là ? Qu’il fait penser à un coupeur de route ! Et voilà des coupeurs de route type Azannai Candide, on en a aussi bien au Nord qu’au Sud. Au fait qu’est ce qui fait que l’on devient coupeur de route ? C’est bien sûr le gain facile ou la faim et nous y sommes avec ces individus instables politiquement.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 6 mois

      Doyen codjo , azanaï est tout sauf coupeur de route ; ou s’il est coupeur de route , il est coupeur ” tcheké ” en cravate veste

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 6 mois

        D’accord, je vous l’accorde, il est un peu au dessus du lot.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 6 mois

    Il en est de même pour Adrien houngbedji , leur crédo est : ” se servir plutôt que de servir le peuple “

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 6 mois

      C’est la faim ou le gain facile qui sont à l’origine de ces conduites déviantes et qu’il faudra sévèrement réprimer.