Togo: Kako Nubukpo accuse Ouattara de l’avoir fait virer du gouvernement (à cause du FCFA)

Togo: Kako Nubukpo accuse Ouattara de l’avoir fait virer du gouvernement (à cause du FCFA)Photo: rencontreseconomiques.fr

Critiquer le Franc CFA peut être risqué si l'on s'en tient aux propos tenus par l'ancien ministre togolais Kako Nubukpo. Il a accusé le président Ouattara d'être intervenu dans son limogeage.

Togo : Kako Nubukpo présente ses excuses à Ouattara et Faure

Au Togo, l’ex-ministre de la Prospection, le professeur Kako Nubukpo a une dent contre le président ivoirien Alassane Ouattara

Limogé du gouvernement togolais en juin 2015, M. Kako Nubukpo, s’est pour la première fois exprimé lors d’une conférence sur le Franc CFA à l’université de Lomé au Togo. Pour rappel, l’homme politique togolais avait à plusieurs reprises critiqué la monnaie que partagent plusieurs pays africains, anciennes colonies de la France.

Revenant sur son départ précipité du gouvernement togolais, M. Nubukpo a affirmé que c’était suite à l’intervention du président ivoirien Alassane Ouattara. Ce dernier connu pour soutenir le FCFA, serait intervenu auprès de son homologue togolais selon l’ancien ministre:

« J’ai quitté le gouvernement parce qu’il y a un président étranger, Ouattara qui a demandé à notre président Faure de me virer du gouvernement, parce que je critique le Franc CFA» a affirmé Nubukpo face aux étudiants.

Depuis, l’homme milite au sein de plusieurs organisations pour la fin du Franc CFA. Pour en revenir à la monnaie en elle-même il donne un exemple clair et précis :

« Mes positions sur le franc CFA ne sont pas nouvelles, elles sont connues. Je reproche en particulier au franc CFA d’être, s’agissant du chômage des jeunes, un système qui réprime les crédits qui devraient permettre aux jeunes africains d’investir, d’avoir des activités, de créer eux-mêmes leurs activités »

Commentaires

Commentaires du site 26
  • Avatar commentaire
    Frankk 3 mois

    Bonjour à tous,

    Je ne suis ni expert en monnaie ni economiste mais je m’intéresse à cette question car elle semble centrale dans le développement de nos pays.
    Je voudrais féliciter m. ALLOMANN pour ses explications. Je crois comprendre qu’il défend le maintien de la zone franc. Je voudrais lui poser une seule petite question PLUSIEURS PAYS AFRICAINS NE VEULENT PLUS DE CETTE MONNAIE ALORS POURQUOI VOULOIR FAIRE LEUR BONHEUR CONTRE LEUR GRÉ ? Plusieurs personnes dont d’éminents économistes , des français même, dénoncent le CFA, comme un obstacle au développement de l’Afrique. Mais, pourquoi, diantres, continuer à défendre cette monnaie? A supposer même que vous aviez raïon, mais, IL FAUT JUSTE LAISSER LES ETATS AFRICAINS QUI N’EN VEULENT PLUS FAIRE LEUR CHEMINS. QUITE A REFUSER DE LES AIDER S’ILS SE CASSENT LA FIGURE ET QU’ILS REVIENNENT VERS LA FRANCE.

  • Avatar commentaire
    Tchite ' 3 mois

    Celui qui coupe votre argent et détient vos reserves de financement interne et externe vous dominera toujours. L’argent repond à tout et celui qui en a contrôle, contrôle tout et tous. On a pas besoin d’avoir doctorat option finance pour comprendre cela.

  • Avatar commentaire
    Abdul 3 mois

    Laissons un peu de côté les démonstrations techniques de finance ou professionnelles et essayons de répondre à quelques interrogations simples: -Si Ce franc de Colonie Française d’Afrique ne profite pas à la puissance récoloniale plus qu’aux anciennes colonies actuellement recolonies,pour tant d’acharnement contre tous ceux qui ont tenté de le combattre jusqu’à des assassinats? -Si ce franc de Colonie Française d’Afrique est vraiment “la meilleure chose qui soit arrivé aux africains” comme l’a chanté ADO,pourquoi la France ne laisse pas ces pays utilisant ce franc,expérimenter autre chose par exemple Battre cette monnaie sur le sol africain? Et elle pourra toujours nous assister si la sécurité financière de nos pays la préoccupe si tant; elle pourra nous assister via ses experts financiers qui ont probablement réussi à stabiliser l’économie française. -Si ce franc de Colonie Française d’Afrique n’est juste l’outil de BIENS MAL ACQUIS par la France dans nos pays,Pourquoi depuis qu’on en parle La France ne prouve pas sa bonne foi en commençant à respecter pour une 1ère fois et appliquer la raison pour laquelle ces comptes d’opération contiennent des réserves de nos pays?cette raison c’est mettre ces réserves à la disposition de ces propriétaires qui sont ces pays en cas de besoin c’est Michel SAPIN qui l’avait confirmé en disant je cite:” ces réserves c’est pas de l’argent confisqué ,mais c’est de l’argent qui sera mis à disposition de ces pays africains en cas de besoin financier” -Si Mr ALLOMANN est sincère et honnête dans ces arguments, qu’il nous cite une autre ancienne puissance coloniale sur cette planète qui a cette façon de ” relation” avec ces anciennes colonies.Enfin qu’il nous dise s’il faut continuer à créditer ces comptes d’opération y compris celui de son pays.
    Vive L’Afrique qui se réveille

    • Avatar commentaire
      ALLOMANN 3 mois

      Cher @Abdul, la problématique du CFA est la fois simple et complexe avec des fantasmes exacerbées par des personnes qui ne comprennent pas grand chose à la monnaie ou qui font preuve de mauvaise foi (comme Kako Nubukpo) C’est quoi les réserves déposées au compte d’opérations ?
      Il s’agit des contreparties des recettes d’exportations de biens et services, des emprunts extérieurs et de toutes financements extérieurs destiné aux entreprises ou aux États de la zone franc. Une entreprise qui exporte pour mille dollars par exemple est tenue de céder les devises à la bceao qui en contrepartie crédite son compte en banque dans son pays de l’équivalent en CFA (soit environ 600 000 cfa). Donc la contrepartie est déjà injectée dans l’économie. Il en en est de même de toutes les transactions procurant des devises
      Ce qui établit un équilibre monétaire de base . Donc on ne peut plus faire revenir ce même montant sans déséquilibrer l’équilibre monétaire source d’inflation.
      À quoi servent ces réserves déposées en compte d’opérations : à fournir des devises pour le paiement de toutes les transactions extérieures initiées par les résidents de la zone franc (importations, services, dettes extérieures des États, etc)
      Pourquoi maintient-on des montants importants en compte d’opérations : pour faire face aux règlements extérieurs sans avoir besoin d’emprunter des devises. De plus, dans un régime de change fixe, il y a obligation de disposer d’un niveau de réserve équivalent au moins à six mois d’importations de biens et services (niveau fixé par le Fmi).
      Notez que cette situation n’a pas toujours été excédentaire et que nos États ont eu à avoir recours à des emprunts en compte d’opérations pour payer les importations et la dette extérieure .
      Au total, les réserves extérieures sont une contrepartie essentielle de la masse monétaire et on ne peut les distraire sans conséquences comme le suggèrent les activistes qui n’y comprennent pas grand choses.
      Comment sont placés ces avoirs: il a des taux d’intérêts (car c’est un placement auprès du Trésor français qui utilise cet argent pour financer ses dépenses intérieures ) et une garantie de change (garantie du pouvoir d’achat des réserves en cas de dépréciation de l’euro par rapport à un panier de devise)
      Enfin, le compte d’opérations consacre la solidarité entre les pays membres de la zone franc. Chaque Etat puise selon ses besoins et non en fonction de sa contribution (je ne suis pas certain que les commerçants du Benin auraient pu continuer à importer aussi massivement des voitures d’occasion si cette forme de solidarité n’existait pas.)
      Quelle aurait été l’alternative d’une gestion autonome des réserves de change? Ce serait le placement de ces réserves sur les marchés des changes et de capitaux sans certitudes de rendements plus élevés. Au demeurant, le placement libre des 50% actuel à donné dans la zone Cemac (beac) à des pertes de dizaine de milliards en 2009 du fait d’investissements hasardeux sur les marchés et même chez Madoff.
      C’est dire que les choses ne sont pas toujours dans la simplicité des slogans des activistes. Vous voyez le temps mis pour apporter ce minimum d’éclairage. Je reviendrai pour plus de précisions

      • Avatar commentaire
        Che Guevara 3 mois

        Tes reponses techniques montrent que tu es dans le milieu et maitrises le fonctionnement.

        Il n’en demeurent pas moins que ce systeme mis en place par la france ne nous a pas rendu plus riche, ni plus competitifs economiquement.

        Au lendemain des independances, la Tunisie, le Maroc et l’algerie etaient tous invites a se joindre su systeme de franc cfa, ce qu’ils ont natutellement rejete.

        60 ans plus tard, ces pays ont su faire leur chemin dans la gestion de leur monnaie respective en mettant en oeuvre des politiques monetaires consequentes pour gerer leur economie.

        Le Laos et le Vietnam tous anciennes colonies francaises sont bien en avance sur nous pays cfa.

        Au passage combien coute financierement a nos pays cette gestion monetaire faite par la France?

        Il est claire que la monnaie seule ne peut pas etre la source de developpement.
        Mais elle permet de prendre unilateralement et prendre des decisions economiques en consequence.

        Pour controler sa balance commerciale(element important dans la gestion et politique monetaire), il est important de creer un tissu economique structuré capable de reduire les importations.
        Or Le cfa dans son etat actuel est une monnaie forte qui a cree dans ces pays une frenesie a l’importation (c’etait d’ailleurs l’intention du colon au depart afin d’ecouler ses productions dans nos etats).

        Rien ne se cree dans nos pays. Le Ghana par exemple est industriellement plus developpé que la cote d’ivoire le pays 1er pays francophone du systeme cfa.

        Donc il est important que nos etats et surtout nos dirigeants commencer pas penser a creer des conditions de densification De nos economies dans tous les secteurs au point ou notre balance commerciale serait moins deficitaire.
        Le benin importe chaque annee pour des centaines de milliards de cfa de riz alors que nous disposons d’une des vallees les plus riches du monde qui pour pourra nourrir tout le pays et on pourra en exporter en riz pour noir procurer de ses devises.

        Il en va de meme pour d’autres produits.

        Le fait d’insinuer que nous africains ne pouvons pas gerer notre propre monnaie est une insulte.

        Il est temps que nous comprennons les enjeux, et les grands defis qui nous attendent en la matiere.

        Mais le statu quo ne nous arrangerais nullement car l’afrique sera le continent le plus peuplé en 2050.

        Commencons pas penser a comment nourrir tout ce beau monde

        • Avatar commentaire
          Man 3 mois

          Guevara n’oublie surtout pas de lire le prochain post sous forme de démonstration Allomann

          • Avatar commentaire
            Tchite ' 3 mois

            Celui qui coupe votre argent et détient vos reserves de financement vous dominera toujours. L’argent repond à tout et celui qui en a contrôle, contrôle tout et tous. On a pas besoin d’avoir doctorat option finance pour comprendre cela.

      • Avatar commentaire
        Djibo 3 mois

        D’accord, mais il reste une question qui mérite votre réponse :pourquoi tous ceux qui ont voulu combattre cette monnaie sont assassinés (Sylvanus, Modibo, Sankara, Kadafi….? ) par la France ?

        • Avatar commentaire
          SOFT 3 mois

          c juste garder le peuple noir dans l’esclavage, la pauvrete extreme. c ca l’objectif primordial de la France.

  • Avatar commentaire
    Amaury 3 mois

    Honnêtement, même sil faut trouver raison à kaku, il aurait dû s’arrêter à ‘un chef d’Etat de la sous-région” sans nommer ADO. Nous savons tous qu’il a été débarqué du Gouvernement par des pressions amicales exercées sur Faure. Par ailleurs, la France supporte très mal qu’il critique ouvertement.

    En ce qui concerne les analyses de @ALLOMANN (un changeur de pseudo sans aucun doute !!!), elles sont pertinentes mais occultent l’essentiel à savoir que la monnaie est d’abord une affaire de souveraineté. Aucun pays digne de ce nom ne se laisse dicter sa politique monétaire par son ancien colon. Par ailleurs, tout en n’étant ni pour ni contre le FCFA, je pose toujours une question : est-ce que les habitants des pays africains ayant leurs propres monnaies sont plus pauvres ou moins heureux que nous ?

  • Avatar commentaire
    Tchite' 3 mois

    C’est clair. Il y a des Africains sanguinaires, accros du pouvoir et escrocs, qui ne veulent pas de la disparition de la monnaie coloniale, car cette disparition ne les arrange pas.

    Mais tôt ou tard, le peuple prendra conscience et les choses changeront.

    En visite au Benin, un grand finanicer Etats Unien, un CFO (Chief Financial Officer), après quelques jours sur le territoir Béninois et après plusieurs visites effectuees a’ la direction generale de le BCEAO au carrefour des trois banques pour des transactions dollar/CFA, a critique’ le CFA sans même que nous, en tant que Beninois ne lui avions rien dit sur cette monnaie. Il savait de quoi il parlait, lui qui est un gourou des finances internationalse. Mais le changement doit venir de l’interieur des pays concernés

    Le Franc CFA (Colonies Françaises d’Afrique) est le plus grand anarque de notre ère par la France des noirs en Afrique.

    Triste quand même que des dirigeants et ministres tels que Bio Tchané qui ne connait (connaissent) rien lui-même (eux-mêmes) sur le fonctionnement des finances a’ l’international, la fuite des capitaux et leur recapitalisation via des systèmes financiers très complexes apportent leur soutien a’ une monnaie coloniale qui ne profite pas aux populations qui l’utilisent.

    C’est une nouvelles manière de recoloniser l’Afrique. Avant, le blanc venait chercher des esclaves pour aller travailler dans ses champs dans les Amériques et les produits étaient convoyés vers l’Europe pour sa consommation.

    Aujourd’hui, le noir reste chez lui, travaille et le Bénéfice est reversé au blanc chez lui, qui utilise sa tête et quie pense et qui gagne de l’argent sans transpirer.

    • Avatar commentaire
      aziz 3 mois

      Tchité..Pour gérer une monnaie..qui est un outils de gestion d’une économie..il faut des gens capables..

      Une monnaie..ce n’est pas les pieces,et les billets.qui nous permettent de faire des échanges..

      Des peuples qui pensent..encore..qu’en 2017..que pour devenir riche…il faut faire des sacrifices..aux légba,aux divers genies..de la foret..et autres autres…ou bien avoir un bon marabout…..(thione seck au senegal avec les faux billets et ailleurs)

      Pour gérer une monnaie..il faut avoir la capacité..de discerenement et du pragmatisme..

      Des gens..qui bouclent leur budget de fonctionnement..grace aux colons..ne sauraient gérer une monnaie

      Quelques kilos..de coton,de cacao ne peuvent pas soutenir les cours d’une monnaie

      Nous existons,nous sommes pris en compte..nos crédibilités..dependent encore..de la france et des anciens colonisateurs

      Je suis un anti colonialistes..anti condescendant..et tres tres patriotes…mais..j’ai compris..que le monde est dirigé par les rapports de force

      Et comment…imposer un rapport de force…quand..on fuit mentalement et intectuellement..ses propres faiblesses et forces

      Le debut..de toute chose..c’est de diagnostiquer d’abord qui nous sommes…

      Certains ont choisi..d’en faire des sujets tabous..moi je dis non..

      Nous sommes encore mentalement et intelectuellment immatures…et c’est à ce niveau que se trouve toutes les problématiques

      • Avatar commentaire
        Tchite' 3 mois

        Cher Aziz, je te reçois 5 sur 5. Belle analyse de l’homme Béninois et sa mentalité (ses mentalités). Mais devons-nous rester ineptes, sans rien faire. Quand tu dies “nous”, c’est important de souligner que ce n’est pas tout le monde.

        Pendant que “nous” sommes là à dormir, le Ghana a déjà un plan pour aller dans l’espace et y travaille déjà. Ne sont-ils pas des noirs avec le nez plat comme “nous”?

        http://www.myjoyonline.com/technology/2017/May-24th/ghana-to-get-first-spaceship-launch-pad-in-africa.php

      • Avatar commentaire

        Pourtant les pays anglophones ont chacun leurs monnaies. Meme la petite Gambie incustree dans le Senegal a la siennne. Et pourtant ls aussi il y a marabouts, adorateurs de vaudoun …

      • Avatar commentaire
        sonagnon 3 mois

        Mr AZIZ, vous pensez que les pays de l’UEMOA actuelle ne sont pas en mesure d’avoir une monnaie commune viable indépendante sans le compte d’opération du trésor français?
        Que la CEDEAO n’est pas en mesure de créer sa propre monnaie???

        Un peu d’objectivité s’il vous plait.
        Le monnaie dite CFA étrangle nos pays!!! Le cas du Bénin est d’ailleurs le plus dramatique. Avec le Nigéria à côté, nous avons la possibilité d’avoir une économie prospère s’il n’y a pas le carcan du CFA.

        Mais tôt ou tard, cette humiliation prendra fin.
        Le Bénin a tout intérêt à réfléchir par deux fois, pour continuer de subir ce supplice, car nous avons une autre réalité, qui nous donne la possibilité de choisir autre chose, si les autres ne sont pas prêts.

        Le phénomène de KPAYO, et de l’informel en général, qui constitue une véritable économie parallèle en dit long sur l’urgence d’une décision à prendre.

        Mais pour l’heure, l’actuel pouvoir n’est pas en mesure de faire des choix audacieux.
        Patrice TALON sait qu’il est à la merci de la France qui peut mettre un terme au jonglage qu’il fait à la tête du pays; donc ne compter pas du tout sur lui pour s’opposer aux intérêts de la France.
        Il est même prêt à se coucher par terre, pour conserver le pouvoir et piller le pays comme il en a l’habitude depuis qu’il était dans l’ombre du pouvoir.

      • Avatar commentaire
        Napoléon1 3 mois

        @Aziz,

        Je suis toujours étonné par le raisonnement que vous tenez au Sujet du Franc CFA, malgré le dégré d’intelligence qui est le vôtre.
        Nul ne prétend qu’après être sortis de la Zone franc tout sera meilleur pour les africains.

        Aucun pays du monde n’est devenu mature du jour au lendemain comme vous semblez préconisez. Ce n’est qu’en forgeant que l’on devient forgeron.

        Et c’est justement de cette possibilité que la France prive les Etats africains independants depuis plus d’un demi siècle. Et ce faisant elle prive les africains de pouvoir conduire le développement économique et social de leur pays Avec succès.

        Vous dites: “Des gens..qui bouclent leur budget de fonctionnement..grace aux colons..ne sauraient gérer une monnaie”
        Et vous dites: “Nous existons,nous sommes pris en compte..nos crédibilités..dependent encore..de la france et des anciens colonisateurs”.

        Mais avez-vous posé la question de savoir, qui est ce qui a la décision pour que cela soit ainsi? Je vous invite à aller lire les soi-disant Accords et conventions à la veille des independances. Si cela n’arrangeait pas la France, elle n’allait pas rédiger ces conventions et les faire signer par les representants des pays africains.

        Mais nous n’étions pas les seuls: D’autres pays les ont aussi signés mais les ont dénoncé par la Suite et ont aujourd’hui leur propre monnaie. Et le ciel n’en est pourtant pas tombé.

        Et posez-vous la question, de savoir pourquoi les pays anglo-saxon n’avaient pas eu à leur independance une telle monnaie commune imposée par leur ancien colonisateur?

        Les gahnéenss, les Sierra-Léonais, les Gambiens, les Nigerians les Keniens et autres qui ont leur propre monnaie, qu’ils gèrent plutôt bien, plutôt mal ne sont pas plus intelligents que les africains de la Zone-franc.

        La majorité de la Population allemande ne se connait pas en matière de gestion de la monnaie, mais il y a des allemands qui s’y connaissent et gèrent la monnaie de leur pays avant que celle-ci ne soit intégrée dans la monnaie commune l’EURO.
        De même la plupart des Sénégalais, des Ivoiriens, des Togolais, des Burkina, die Nigeriens, des Béninois, des Maliens ne se connaissent pas certainement pas dans la gestion d’une monnaie, mais il y a néanmoins des ressortissants de ces pays qui connaisent comment gérer une monnaie.

        Avoir sa monnaie, ou l’intégrer dans une monnaie commune et la gérer est un attribut de Souveraineté et de l’Indépendance d’un pays, que seuls nous autres africains Noirs Devons être privés comme vous le souhaitez, parce que nous serions immatures selon vous. Ce n’est pas une question de rapport de force.

        Sinon quelle force la petite Gambie aurait imposé à la Grande Bretagne, pour avoir sa propre monnaie.

        Pour mener à bien la politique de croissance économique menant au développement économique et social, chaque pays dispose de deux politique: C’est la politique budgétaire et la politique monétaire. Les pays de la Zone-franc d’Afrique en sont privés depuis plus de 50 ans.

        Le Franc CFA, n’est rien, ce ne sont que des Papiers Chiffons fabriqués par la France chez elle en région de la chamaillière, qu’elle mais au service de ses ancienness colonies. Le Franc CFA est une monnaie, ni quotée, n’ayant aucun Cours et n’est convertible sur aucune place bancaire étrangère dans le monde, si ce n’est pas au marché Noir dans les seuls pays de la Zone-Franc d’Afrique.

        Aujourd’hui aucun pays n’est plus tenu de garantir la convertibilité de sa monnaie. L’Or et le Dollar ayant cessé depuis depuis 1944 et depuis 1969 d’être moyens de convertibilité dans le système monétaire international (S.M.I.).

        De nos jours, c’est le D.T.S. (le Droit du Tirage Spécial) un moyen comptable de paiement scriptural dont le F.M.I. a la gestion qui sert d’étalon de valeur international. Ce qui est demandé aux pays, c’est de veiller à l’équilibre de la Balance de Paiement de leur pays. Mais en cas de déséquilibre,le F.M.I. intervient pour appliquer les mesures d’ajustement structurel que l’on sait.

        Tout ceci montre pour ceux qui veulent voir, que le franc CFA de la Zone-franc est un circuit franco-africain dans lequel la France continue de mener ses anciens colonie à la traîne. A plus forte raison le compte d’opération, raison d’être du CFA n’est pas géré dans une Banque mais par le Gouvernement francais dans son trésor au ministère francais des finances. Le franc CFA avec la Zone franc est une création artificielle francaise, un circuit fermé qui ne fait entrentenir par les Etats africains membres aucune relation internationale monétaire. Le CFA n’est donc pas géré à la Banque centrale européenne comme on aurait pu imaginer après l’intégration du Franc francais à l’Euro. Les européens l’ont bien précisé à Mastrisch: “Le CFA, c’est une affaire privée de la France Avec ses anciennes colonies d’Afrique”. C’est pourquoi, vous ne pouvez pas présenter de la monnaie CFA à aucun guichet bancaire en Europe et obtenir de l’Euro en contre-partie. Mais chaque fois que vous envoyez de l’Euro dans la Zone franc, la France a statué une parité fixe de 655,95 franc CFA npour un Euro. C’est la France qui en a décidé ainsi, cela n’a aucun fondement économique. Et la France peut dévaluer le CFA à chaque moment, où bon lui semble.

        Tout se fait donc comme si 14 pays africains internationalement n’existent pas monétairement.

        Ne nous enfermons donc pas dans l’ignorance pour perpétuer le mal qui est fait à nos pays,à nos populations, par des déclarations auto-destructrices comme: “les africains sont incapables, les africains n’ont pas la capacité de gérer une monnaie”.

        Aucun peuple n’est né avec cette capacité, ce n’est qu’à l’oeuvre que l’on connait l’artisan.

        Raison pour laquelle tout doit être fait pour sortir les Etats africains de cette Zone franc qui bloque le développement et l’avancement autonome de ces pays. Ils peuvent alors avoir leur propre monnaie ou une monnaie commune.

        Pour le faire, nul n’a besoin d’aller en guerre contre les francais. Il suffit de cesser d’appliquer les dites conventions ou de les dénoncer comme les autres pays qui sont sortis ont fait.

        Tout ceci est prévu dans les conventions, comment il faut sortir de la Zone franc. La cessation ou la dénonciation. Les pays n’ont pas bersoin de sortir ensemble, l’on peut aussi faire cavalier seul.

        Il suffit d’avoir à la tête du pays celui qui comprend , qui a la volonté de le faire et qui permet ainsi aux populations de jouir de la plénitude des gains de leur labeur dans la vie.

        C’est pourquoi dans les années à venir la qualification des candidats à la magistrature suprème du pays dependra aussi de leur Position vis à vis de la zone-franc.

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 3 mois

    Ce M. Kako Nubukpo ne manque pas d’air. Il se prend pour le sauveur des peuples de la zone CFA avec des arguments éculés qui ne résistent pas à l’analyse. Justement pour les crédits aux jeunes, a-t-il fait l’inventaire des moyens mis en oeuvre par les Etats pour la promotion des activités des jeunes diplômés?? Les programmes foisonnent dans tous les Etats du Sénégal au Bénin en passant par la Côte d’Ivoire et le Togo(FNPJ, FNJ, etc.). Pour le Bénin, des dizaines de milliards ont été mis à la dispositions des jeunes sous l’ère Yayi sans aucun résultat si ce n’est des impayés colossaux que le gouvernement de Talon essaye en vain de récupérer. Au Sénégal,idem. Qui ne se souvient de l’initiative inédite de la BCEAO qui a créé la BRS (Banque Régionale de Solidarité) au profit du financement des activités des jeunes diplômés, et cela, sans exigence de garantie?? Le soutien des Etats, prévus dans le modèle économique, a fait défaut et, si l’on en croit les informations puisées à bonne source, la recapitalisation des BRS a été sabotée par les mêmes Chefs d’Etat qui se seraient partagés les fonds qui auraient été provisionnés à cet effet par la BCEAO, sous le prétexte que les Etats ont besoin d’argent.
    Par conséquent, ces faux arguments concernant la repression du crédit ne sont pas validés dans les faits. Car, au regard des expériences vécues dans les années 1990 marquées par la faillite des banques, plombées par les crénaces irrécouvrables, le système bancaire ne peut plus aveuglément donner du crédit au premier venu sans garantie. A ce goulot il convient de trouver des solutions innovantes comme les bureaux qui font la promotion de l’information sur le crédit que les pays anglophones ont expérimentés avec succès. Au lieu de théoriser tous les jours, avançons avec des propositions concrètes et innovantes. Pour finir, je voudrais qu’il nous donne l’exemple d’un seul pays africain où la politique monétaire laxiste a permis de décoller véritablement?
    Cela n’existe pas.
    Enfin, notre cher Nubukpo gagnerait à faire preuve de modestie. S’attaquer ainsi, sans preuve et publiquement à un Chef d’Etat n’est pas sans conséquence, même dans les pays développés. Il oublie qu’il officie dans un organisme international, la Francophonie, qui est du ressort des Etats. A bon entendeur…..

    • Avatar commentaire
      Tchite' 3 mois

      Cher Allomaan, on ne peut comparer des boeufs et des oeufs dans ce cas-ci.

      Sous Yayi, l’argent n’était pas remis aux jeunes porteurs de projets, mais à des jeunes ayant fait la politique de son parti politique et qui ne connaissant rien de la gestion de projets et des apports de financement planifiés. C’était des jeunes “manges, je mange” qui se sont basés sur leur relation (aquaintance) avanc le gouvernement en place pour se faire de l’argent.

      Au contraire, des jeunes qui avaient des projets réels n’avaient rien reçu et pire, ils se sont vus voler leurs projets en faveurs des jeunes politiques amis de gouvernement pour sevir de support aus vols perpétrés des finances publiques.

      • Avatar commentaire
        ALLOMANN 3 mois

        Cher Tchité, tu persistes irrémédiablement à prendre les avis des autres sur le CFA comme du pain béni (Zuma, Deby). Aujourd’hui c’est un américain inconnu ? C’est qui ce Financial Officer américain dont vous parlez? Vous n’êtes même pas capable de donner son identité pour que nous puissions juger de sa capacité à donner des avis pertinents sur les problèmes monétaires en Afrique. Vous ne savez peut-être pas, mais tous les pays africains qui ont battu monnaie par simple égoîsme national et soi-disant patriotique, subissent quotidiennement la coupe réglée du roi dollar (au Ghana, tous les prix sont indexés sur le dollar et les contrats de bail et loyers sont conclus en dollars, idem en Guinée Conakry où même le prix du riz est en dollar sur les marchés de conakry avec des variations quotidiennes calquées sur le cours du dollar, je ne vous apprend rien en ce qui concerne le Zimbabwé, le Zaîre et même l’Angola, etc.) Alors, si vous ne maîtrisez ni l’économie, ni les finances internationales, évitez d’intervenir dans des débats qui vous dépassent.
        Par ailleurs, vous indiquez que les crédits aux jeunes ont été faits aux jeunes politiciens qui ont des accointances (et non aquintance) avec Yayi Boni? Cela se passe ainsi dans tous les Etats de l’UEMOA. Vous comprendrez donc que, le jour où nous aurons des monnaies nationales, la situation sera pire, car seuls ceux qui seront de connivence avec les Politiciens pourraient avoir du crédit et des devises pour importer (cas du Nigeria où Dangoté a bénéficié de faveurs spéciales en matière d’allocations en devises à la veille de la dévaluation du naîra). Seuls les hommes d’affaires proches des politiques seront privilégiés au détriment du petit peuple qui subira les affres de l’inflation liée à une politique monétaire incontrôlée…à savoir …la planche à billet…l’émission de la monnaie sans contrepartie…….

        • Avatar commentaire
          Tchite' 3 mois

          Cher ALLOMAAAN, nous sommes dans un monde ou’ toutes transations surtout internationales se font sur la base du dollar. Ce problème n’est donc pas lié à l’Afrique seul. Le dollar dans son histoire était imprimés dans de l’or variant selon la valeur de l’or. Ceci fut changer par le président Nixon Richard des USA pendant son règne. Si je vous comprend bien, l’argument qui défend le Franc CFA qui appauvrit les pays utilisateurs (consommateurs/tourneur) et qui rend le fabriquant (la Fance dans ce cas-ci) riche, est que nous ne sommes pas encore capable de nous gérer nous-même.

          Je dis, si nous ne sommes pas capable de pendre notre destinée en mains aujourd’hui, nous n’en serons jamais capable même dans 1000 ans. Car le système adopté ne permet pas l’autodétermination, et cela le colon le sait et l’a si bien plannifié avant et avec de Gaule.
          Le Français ne dit-il pas, ce cite “C’est en forgeant que l’on devient forgeron”? Ils le savent très bien et c’est pour cette raison que leur système éducatif est axé sur la pratique, et le nôtre sur la théorie seulement.

          Pour ce qui concerne le mot “Acquaintance”, Accointance, toutes mes excuses car je l’avais écris en Englais.

        • Avatar commentaire
          Tchite' 3 mois

          Cet étatsunien dont je parlais (car les Etats Unis re représentent qu’un infirme partie des Amériques (du Sud, Centrales et du Nord y compris le Canada) et l’Atlas que nous utilisons est bien faite, mais rempli d’erreur et grosseur sciemment fait avec un regard colonial et néocolonial.

          Pour revenir à ce monsieur, c’était un grand financier et il était au Bénin dans le cadre de travail avec une organisation internationale pour laque j’ai bossée des années au Bénin et ailleurs. Je ne donne pas des noms pour des raisons professionnelles.

          • Avatar commentaire
            ALLOMANN 3 mois

            Mon ami Tchité, ce n’est pas avec des slogans qu’on construit une monnaie crédible. Je pense que vous racontez des histoires à propos de ce prétendu expert soi -disant “Etats Unien”. De même, vos affirmations au sujet de Bio Tchané (qui ne connaîtrait rien de la finance internationale) prouvent que vous n’avez qu’une connaissance très partielle de la vie économique monétaire internationale. M. Bio Tchané (dois je le rappeller) a été Directeur du Département Afrique du Fonds Monétaire Internationale après un parcours émérite à la BCEAO et au Ministère des finances au Bénin. Par ailleurs, vous n’avez rien compris de l’influence du dollar dans des pays comme le Ghana, la Guinée et le Zaire sans oublier le Zimbabwé. Tous les produits de consommation varie au jour le jour en fonction du cours du dollar. Sans comparaison avec la stabilité des prix en vigueur dans l’UEMOA. Lisez un peu plus et cessez de nous donner des exemples du genre le Ghana veut aller sur la lune. Le Bénin peut décreter cela aussi. Avez-vous une idée des difficultés que rencontre en ce moment le Ghana pour combler son déficit budgétaire qui constitue un gouffre financier? Au point que la valeur du cedi dégringole au jour le jour (-50% de sa valeur en un an) en dépit du potentiel extraordinaire de ce pays?
            Il faut désespèrer de l’ignorance de certains…..!!!!!!

          • Avatar commentaire
            Tchite' 3 mois

            Peut-être que c’est avec Tchané même que je parle via ce pseudo de ALLOMANN sur ce forum.
            Je connais Tchané depuis des décennies et même lorsqu’il habitait à Sodjèatinmè Ouest ou’ on a été voisins. Je ne veux pas rentrer dans trop de détails. Nous parlons de ce que nous savons et ce dont nous avons preuve.

            Tchané commença la politique au pays, quitta pour un poste dans la Sous-régions, puis revint et devint ministre (poste politique) et qui se retrouve dans tous les gouvernements depuis lors avec son ami PIK).

            En connaissance de cause, Tchané est un mange partout, un financier bricoleur, devenu politique qui mange partout sans se soucier du peuple. Je le dirai aussi en face de lui. Ce sont des gens comme lui qui se sont retrouvé au bon endroit au bon moment. Ils n’ont pas le baguage technique et opérationne, ni l’expérience pour parler finance sur le plan international ni régional. Ils ont fait de la politique un moyen de gagner son pain avec du suivisme parce qu’ayant échouer dans le secteur des finance.

            Je ne compte plus rentrer dans trop de détail, car si je ne le sais, je sortirai des cartoutches qui ternirons beaucoup. Je le fais surtout à cause se secret professionel.

          • Avatar commentaire
            Tchite' 3 mois

            ALLOMANN, On dirait que tu confonds tout. Mêmes les grands pays de ce monde qui impriment leur propres monnaies ont des problèmes d’inflation et de déficit. Le Royaume Uni est dans ce problème actuellement surtout après la séparation d’avec les autres Européens.

            La Fance avec l’Euro a des problèmes dans les secteurs de l’emploi, et aussi des déficites. On appelle cela fluctuation en terme économique.

            Le Royaume Uni avec son Livre Sterling (Pound) a aussi beaucoup de ce genre de problème actuellement. Les USA en ont eu surtout avant l’avennement d’Obama.

            Les exemples font plein dans le monde entier. Ce n’est pas parce que la valeur du monnaie monte ou descent que le pays a tout perdu. Il y a des économiste et experts du domaine dans les pays concernés qui travaillent à stabiliser leur monnaie en cas de problème et c’est aussi le cas avec la “Bank of Ghana”.

            Il faut retenir que l’argent en papier ou en platique imprimé ou en argent/cuivre etc n’est qu’un valeur nominale et non stable comme l’or.

            Il faut donc veiller sur ses flux et fluctuation avec des institution nationale qui travaille à sa stabilité. Il me semble que soit tu évites le fonds du problème du Franc CFA ou bien tu ne maitrise pas les appareils derrière une monnaie globalement parlant.

            Le Franc CFA a certes ses avantages et ses inconvenients comme toute autre chose sur cette terre. Mais ce qu’on lui reproche, c’est qu’il n’est pas dans la main des pays qui l’utilise et que c’est sous le controle et dans la main du colon

  • Avatar commentaire
    team 3 mois

    Watara finira mal. ayez yeux ouverte. Kan on partage plus 126 milliards aux badeaux pour arriver ilegalement au pour alors ke les gens mank de 1000f cfa par jours en rci. d homage pour la pauvre Africa

    • Avatar commentaire
      Gouvènon 3 mois

      Kako Nubukpo quel est son bilan à son poste ministériel?
      En acceptant d’entrer ce gouvernement que visait-il?