Bénin : L’ancien ambassadeur Rufin Zomahoun prime 15 apprenants béninois de la langue japonaise

Bénin : L’ancien ambassadeur Rufin Zomahoun prime 15 apprenants béninois de la langue japonaise

L’ancien ambassadeur du Bénin près le Japon, Rufin Zomahoun, promeut la culture japonaise par l’enseignement de la langue. A cet effet, il a procédé samedi 04 novembre passé à la remise de prix à une quinzaine de lauréats ayant participé à l’édition 2017 du concours de discours de la langue japonaise, annuellement organisé par sa fondation, la Fondation Ifè.

Bénin: Le Psdcc encourage les acteurs porteurs de dynamique communautaire

Quinze candidats étaient présents à cette édition du concours de discours de la langue japonaise, organisé samedi 4 novembre 2017 par la Fondation Ifè, présidée par l’ancien ambassadeur du Bénin près le Japon, Rufin Zomahoun. Dans une salle remplie de parents et amis et devant un jury composé entre autres de leur professeur de langue japonaise, de  Rufin Zomahoun lui-même et de l’actuel ambassadeur plénipotentiaire du Japon près le Bénin, Kiyofumi Konishi, ils ont durant cinq minutes présenté chacun un discours en langue japonaise sur leur expérience dans la vie, leur vision de la culture japonaise, etc.

Chacun a ensuite après sa présentation, répondu à une question d’un membre du jury en japonais. A l’issue du concours, les cinq premiers ont été primés et les dix autres ont reçu des cadeaux souvenirs de leur participation au concours. Le premier lauréat du nom de Fawaz Bagoudou, a reçu un dictionnaire électronique et d’autres gadgets. Le même prix a été octroyé au second, Anthony Migan, tandis que les troisième quatrième et cinquième lauréat ont reçu des dictionnaires, manuels, et d’autres gadgets.

Plusieurs opportunités accessibles grâce à la langue japonaise

Pour Rufin Zomahoun le président de la fondation, ce concours d’art oratoire vise deux buts. Le premier est de permettre aux étudiants de la fondation de restituer en japonais leur rêve et leur ambition. Le deuxième est de les aider à transmettre leur message au peuple japonais. En effet, d’après l’ancien ambassadeur, la maîtrise de la langue japonaise par les Béninois contribue à renforcer les liens entre le Bénin et le Japon, voire toute l’Asie et le Pacifique. D’un côté elle permet d’acquérir une culture japonaise réputée pour ses valeurs notamment le respect, l’altruisme et le patriotisme. De l’autre, le japon étant la troisième puissance économique mondiale, elle permet aux locuteurs d’accéder à plusieurs emplois.

L’ambassadeur plénipotentiaire Kiyofumi Konishi, a félicité la Fondation Ifè pour cette initiative qui épouse l’ambition du Japon ‘’d’œuvrer à l’épanouissement de la jeunesse béninoise et la promotion de la culture japonaise au Bénin’’. Kiyofumi Konishi a encouragé les lauréats et promis au premier la participation à la fête nationale du Japon, le 06 décembre prochain.

Créée en 1993 par l’ancien ambassadeur du Bénin près le Japon, Rufin Zomahoun, la fondation Ifè fonctionne comme un institut de formation gratuite de la langue et de la culture japonaise. Depuis sa création, elle a permis à plus d’une soixantaine de Béninois de se rendre au Japon non seulement pour apprendre la langue japonaise, mais aussi d’autres professions comme la médecine, la mécanique, l’agronomie. Son fondateur espère qu’un jour les étudiants sortant pourront enseigner cette langue au Bénin, et pourquoi pas dans d’autres régions du monde.

Commentaires

Commentaires du site 0