Supposé décaissement de 4,5 milliards FCfa à la CNSS au Bénin : Le Synass interpelle le Conseil d’Administration

Supposé décaissement de 4,5 milliards FCfa à la CNSS au Bénin : Le Synass interpelle le Conseil d’AdministrationEustache Kotingan, Président du Conseil d'administration de la CNSS

Les 4,5 milliards de francs Cfa décaissés par le gouvernement du Bénin au profit de la BIBE seraient encore sans trace dans les livres de cette banque. A propos, le Secrétaire général du Syndicat national des agents de la sécurité sociale (Synass), Gilbert Sètondji Boco est toujours en attente des clarifications qu’il a demandées au Conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss). «L’heure est grave» dit-il.

Procès Cnss-Bibe : Laurent Mètongnon à nouveau devant le juge demain

Dans les réactions de l’Etat béninois en novembre 2017 dans l’affaire Laurent Mètognon /Cnss au Bénin, le ministre de l’économie et des finances Romuald Wadagni et le Directeur général de la Cnss Dramane Diatema ont confirmé que le gouvernement a décaissé 4,5 milliards de francs Cfa dans le cadre de la recapitalisation de la Bibe. Mais il se fait que des mois après, il n’y a pas encore de trace de dépôt de ce fonds dans cette banque. Du moins à la date du 12 juillet 2018, dans le compte ouvert pour l’opération dite de  recapitalisation.

Ce sont les inquiétudes exprimées par le  Sg/Synass Gilbert Sètondji Boco se fondant dit-il sur une décision du juge en charge du dossier qui par jugement ADD N°007/18-2ièmeCH.COM du 12 juillet 2018 qui indique qu’il n’y pas à cette date de trace de ces 4,5 milliards F Cfa. La correspondance du syndicaliste, en date du 24 septembre dernier au Conseil d’administration de la Cnss à propos, fait polémique sur les réseaux sociaux depuis quelques jours.

Mais pour l’auteur de la correspondance, il n’y a normalement aucune polémique à faire. Dans une interview qu’il a accordée au quotidien béninois Matin Libre dans la parution d’hier, 10 octobre 2018, le Sg/Synass précise qu’il a juste besoin que le Conseil d’administration clarifie la situation vue cette décision de juge.

«J’ai saisi le Conseil d’administration… Qu’on nous dise que nos dénonciations ne sont pas fondées et ça s’arrête. On n’accuse personne. C’est pourquoi on l’a fait dans une forme donnée » confie-t-il au quotidien.

Toutefois il précise que l’heure est grave et qu’il détient encore d’autres précisions qu’il garde de livrer pour le moment dans cette affaire.

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire

    La CNSS avait elle même souhaité que ces fonds soient passés en écriture et que son apport capital vienne en déduction de ces avoirs dans le livre de la banque. Mais pour sauver la banque d’une probable faillite, la CNSS s’est vue opposer un refus catégorique du juge en charge du dossier. Et c’est ainsi que la CNSS a alors émis le chèque numéro 1882227 daté de 12 juillet 2017 d’un montant de 4,5 milliards.

    Ma question est de savoir si la BIBE avait-elle réellement besoin de ces fonds pour son repositionnement ?

    Si cette banque n’avait-elle pas encaissé effectivement en liquidité ce chèque, pourra t-elle exister ou fonctionner jusqu’à aujourd’hui ?

    Le syndicat n’était pas informé en son temps que cette banque avait en urgence besoin de cet apport financier pour sortir d’affaire ? Où était le Sg/Synass et c’est après plus d’un an qu’il alerte le CA et l’opinion ?

  • Avatar commentaire
    Etat voyou Il y a 2 semaines

    ALLOMANN le jeu d’écritures ne signifie pas que les fonds ne doivent pas se trouver dans les comptes de la BIBE. Si l’argent sort de quelque part il doit avoir un point de chute. Donc forcément il y a un souci à clarifier. Comme c’est un chèque , la CNSS doit dire à sa banque de mettre à disposition de la BIBE le montant du chèque. Comme le montant est élevé l’intermédiaire ici est la BCEAO chaque Banque primaire ayant un compte ouvert au niveau de la Banque des banques.

    • Avatar commentaire

      S’il n’y a pas d’écriture comptable dans les livres de la banque, ça veut dire que l’argent n’est pas à la banque, C’est aussi simple que ça.

  • Avatar commentaire

    mon ami…tu es trop fort…en contorsions..pour dédouaner et venir au secours..de tes amis…les rupturiens..

    Tu es capable..à ce rytme de nous vendre…un charognard..en jurant…(sur check amadou bemba serigne touba)…que c’est une pintade….

    Tu peux mème dire..que c’est ton ami peulh aziz..qui t’a donné cette pintade…

  • Avatar commentaire
    Etat voyou Il y a 2 semaines

    ALLOMANN le jeu d’écritures ne signifie pas que les fonds ne doivent pas se trouver dans les comptes de la BIBE. Si l’argent sort de quelque part il doit avoir un point de chute.

  • Avatar commentaire

    En principe, ce décaissement est juste un jeu d’écriture opérée dans la banque sur ordre de la CNSS (début du compte de ma CNSS et crédit du compte d’augmentation du capital). Il appartient ensuite au Notaire chargé de conduire l’opération de procéder aux formalités juridiques nécessaires….Pour quelles raisons ces syndicalistes sagitent-ils???
    Ils n’ont certainement rien compris de la spécificité de ce montage…..

    • Avatar commentaire

      Quelle ignorance !!!

      Vous pensez qu’on passe une écriture comptable en l’air???

      Je vois maintenant que Allomann n’est qu’un tonneau vide.

  • Avatar commentaire

    Il paraît que le Ministre des Finances serait un expert comptable, avec de longues années d’experience. Ne me dites pas que depuis Décembre 2017 ou plus tôt, jusqu’au 18 Juillet dernier, il n’est pas au courant que les 4 milliards n’etaient inscrits dans les livres de la BIBE. 
    Info ou Intox?

  • Avatar commentaire

    Il y a des faits qui sont palpables!!! Le décaissement pour un objet, et à une date précise, l’argent n’est pas à destination.

    C’est la méthode de gestion mode ***, nous attendons la suite.