Invité de l’émission “Sans Langue de Bois” de Soleil FM, dimanche dernier, Jean Baptiste Elias, le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc) a fait des révélations sur les irrégularités dans les dossiers de candidature des députés de la 8e législature. Ces déballages n’ont pas manqué de susciter des réactions dans le camp des mises en cause. Interrogé par le quotidien Fraternité, l’He Abdoulaye Gounou a indiqué que M Elias n’a pas été sincère.

« De ce que vous appelez déballages de Jean-Baptiste Elias, j’ai retenu deux points essentiels. Le premier est relatif à ce qu’il appelle « du faux dans les dossiers de certains candidats » que la Cena aurait validé. Secundo, je retiens ses développements sur le quitus fiscal. Sur le premier point je pense que Jean Baptiste Elias n’a pas été sincère dans sa déclaration » a laissé entendre le parlementaire.  Il estime aussi que le président de l’Anlc a montré qu’il ne connaissait pas le pays et les 2KP en particulier parce que le député Jacques Yempabou, qu’il a cité est né au moment où la commune de Kérou était un arrondissement de la commune de Kouandé.

Législatives 2019 au Bénin: Jean-Baptiste Elias dévoile les incohérences dans des dossiers de candidatures validés

M Elias a fait preuve d’une « méconnaissance manifeste de notre pays et des 2KP en particulier »

Donc, les actes de naissance, jugements supplétifs et consorts étaient finalisés dans la Commune de Kouandé. Idem pour la commune de Péhunco et même jusqu’à l’actuel Kotopounga. Les personnes qui étaient nées dans cette juridiction territoriale relevaient de la signature de l’autorité de la commune de Kouandé. En évoquant une contradiction apparente et en indexant des gens pour ça, Jean Baptiste Elias a donc fait preuve d’une « méconnaissance manifeste de notre pays et des 2KP en particulier » estime le député du Bloc Républicain.  

Pour lui donc, il n’y a aucune fraude à ce niveau. De plus, les députés cités par M Elias ne pouvaient pas de leur propre chef modifier leurs lieux de naissance. C’est l’administration qui l’avait fait à des moments donnés pour des raisons spécifiques en tenant compte de l’évolution du découpage territorial, explique-t-il.

“Il n’y a pas du deux poids deux mesures”

En ce qui concerne le quitus fiscal l’He Abdoulaye Gounou, estime qu’il n’y a pas eu du deux poids deux mesures à ce niveau comme le prétend le président de l’Anlc. « L’ancien ministre Komi Koutché dont il parle n’était même pas au pays pour apporter des justificatifs et répondre aux questions d’éclaircissement de la Direction Générale des Impôts (DGI) et obtenir le quitus. Telle que la procédure se présentait, il était nécessaire d’être présent pour lever toute équivoque » pense le député qui se demande pourquoi le président du Fonac a attendu aussi longtemps avant de prendre le crachoir.

“A cette allure, il risque de discréditer l’Anlc”

A cette allure, estime-t-il, l’homme « risque de discréditer l’Autorité nationale de lutte contre la corruption à force de vouloir jeter du discrédit sur des personnalités et institutions de l’Etat ». Pour Abdoulaye Gounou, tout porte à croire que M Elias a des difficultés avec le système en place et il « faut qu’il surgisse pour parler ». Ses « déclarations relèvent du dilatoire et de l’intoxication pour distraire le peuple béninois » assène le parlementaire qui estime le peuple comprendra puisqu’il n’est pas dupe.

Voir les commentaires

11 Commentaires

  1. A lire les commentaires, c’est chaud einh! Ras de notre côté car la politique devient autre chose dans ce pays donc réservée aux vrais initiés.

  2. Mr GOUNOU veut semer la confusion dans l’esprit des honnêtes citoyens. Tenez! Elias a dit que Mr YEMPABOU est né à la fois à KEROU et à KOUANDE, il n’a pas parlé des communes.Le lieu de naissance n’a rien avoir avec le redécoupage territorial. Moi je suis né à DJOUGOU pendant que DJOUGOU était dans l’Atacora, si je dois produire une pièce aujourd’hui je ne dirai pas que je suis né à perma ou à patago.Cela n’a pas de sens.Quel que soit le redécoupage, si tu es né à manta, ton lieu de naissance ne changera nullement. C’est ahurissant ce que ce monsieur raconte. Comme vous le voyez, Mr GOUNOU a avancé des arguments qui ne résistent nullement à la critique.

  3. N’est ce pas dans ce pays.pendant..17 ans des beninois..ont supporté…dansé,justifié ..faisaient le concours de phraseologie..pour un régime brutal…contre d’autres beninois…?

    Sous yayi…on a vu pire..

    Autrement dit…le temps n’a pas fondamentalement changé..la nature des beninois

    Ainsi donc…ce n’est pas ceux là…qui bénéficie de la ruse,la rage..le t e r rorisme administratifs…qui viendront de dire alias…à raison…bien au contraire..!!!

    Je pense..pour ma part….que les beninois d’une manière générale….manquent de discernement

    Comme ces gens là…qui font recours devant la cour const….

    Comment peut on faire recours…devant le maitre à penser..celui là…meme…qui est à la base de tout

  4. Pour vous c est la prison la prison ne dit rien au peuple Béninois jetez jean baptiste en prison c est quoi il sortira un jour et ka vérité triomphera un jour et il vous impossible de mettre la vérité en prison combien on vous donne? Les klebes

  5. Je suis désolé Mr le député.. Tout le monde sait qu’il y eu du favoritisme dans cet élections donc ne perdez par votre temps.. Vous allez tous répondre un a un..

  6. C’est plutôt monsieur Gounou qui intoxique. Ce qu’il dit de kerou et de kouande a existé dans toutes les communes des anciennes circonscriptions. Si kerou est un arrondissement de kouande et que vous étés nées a kerou, l’acte portera la signature de l’autorité de kouande mais on ne dira pas que vous étés nés a kouande
    Donc c’est lui ****.et on les connait ils répondront tous un a un

  7. Monsieur Gounou,allez molo molo ,sans méme que J P Elias n’intervient sur les chaînes de télévision sikka a propos des ces trucages électorales, le peuple Béninois est mûr et connaît tout les contours que vous avez mené.Les dires de J.P.Elias n’était qu’un complément de ce que le peuple connaît déjà.

  8. Si ce que Jean Baptiste ELIAS a dit est faux alors il urge d’aller au ministère de la fonction publique où les dossiers de candidature des aspirants au concours de magistrature sont rejetés pour faute des erreurs commises par l’administration sur les casiers judiciaires ou certificat de nationalité de les faire accepter pour fautes mineures.
    De plus, je lis avec stupéfaction que pour le quitus fiscal, l’obligation est faite d’être sur le territoire. Ceci prouve que les députés de la mouvance ont bénéficié d’un traitement de faveur car ces propos montrent que l’auteur n’a pas fait la procédure d’obtention du quitus. Le sieur Komi KOUTCHE a délivré une procuration à qui de droit dans les formes prévues par l’administration fiscale. Dans les différentes recettes fiscales où il est enregistré, il présente un solde zéro ce qui prouve qu’il ne devait pas à l’administration fiscale.
    Enfin, pourquoi le député Idrissou BAKO qui est présent sur le territoire national et présente aussi un solde zéro au niveau du service des impôts n’a pas pu avoir son quitus fiscal?
    On ne vient pas tout justifier.

  9. Une dépôt de plainte s’impose donc.
    Je pense pour ma part qu’une convocation pour répondre de ses mensonges et intoxications doit être de mise et son dépôt en prison de rigueur en attendant la décision de la justice
    Ce Jean-Baptiste est un **** personnage en manque de crédibilité
    Je passais
    Le Plombier

    • Le dépôt de plainte devrait être contre la CENA. Mais ça se fera quand nous serons revenus à une vraie justice. Tous les mafieux, tricheurs, voleurs, menteurs, rusés et enragés rendront des comptes au peuple et à l’histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom