Hier jeudi 19 septembre 2019, des affrontements ont éclaté entre des membres des forces spéciales et des policiers en Côte d’Ivoire. La situation n’est pas passée inaperçue aux yeux de la presse proche du parti présidentiel, qui a laissé voir que l’ancien président de l’Assemblée Nationale Guillaume Soro serait à la base de ces violences. En disant cela, le média qui n’est autre que le journal Le Matin, faisait référence à d’anciens propos tenus par l’ex président du parlement ivoirien à Paris en août dernier à l’occasion d’une Crush Party.

Un coup de force déjoué

« D’ici septembre-octobre, quelque chose se passera, et je vous demande de vous mobiliser parce que nous devons rassembler nos forces (pour) changer les choses en Côte d’Ivoire. » avait déclaré Guillaume Soro au cours de l’événement organisé par les associations de la diaspora ivoirienne d’Europe. Le Matin a donc relevé une partie de ses propos dans l’un de ses articles pour évoquer les affrontements de jeudi. Il est allé même jusqu’à assimiler cette altercation à un coup de force déjoué.

Rappelons qu’à l’époque, les déclarations de Guillaume Soro avaient suscité des réactions dans le camp du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP).Certains proches du président Ouattara avaient estimé qu’il s’agissait d’une menace pour le parti.

Voir les commentaires

6 Commentaires

  1. Ils son bête ils resteront .
    Ils n’ont rien à apporter à ce
    Pays c’est l’émergence vous ne savez pas que la côte d’ivoire était en dormir depuis l’indépendance
    Vous n’avez pas toujours compris

  2. Hé !!!
    Arrêté tout ce UE vous dites et ce que vous pensez.
    Ne réveillé pas les vieux démons, qu’est cela va vous donner demain.
    Toujours entrain d’attiser le feu de la haine. Journalistes arrêter ce que vous faites, nous ivoiriens et africains sommes fatigués.
    Soyez des conciliateurs et non des artisans de la déchirure.

  3. On exclu pas cette éventualité. Mais si demain il est inquiété par la justice internationale, il entraînera avec lui beaucoup de monde

  4. Le jeune homme traîne des casseroles de la récente guerre en CI et se sent menacé par Ouatarra et par la Cour Pénale International; alors il rassemble les seules forces qui lui restent pour prolonger un peu sa liberté avant que tous les pièges ne se referment sur lui. Cette fois-ci la France n’est pas de son coté alors ils vont le pousser vers l’abîme, le chaos et sa fin politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom