L’affaire fait grand bruit. En effet, l’athlète française spécialiste du 3.000 mètres steeple, Ophélie Claude-Boxberger, 31 ans, a été accusée de dopage. En effet, cette dernière a été contrôlée positive à l’EPO au mois de septembre dernier. Clamant son innocence depuis le début de cette histoire, la jeune femme pourrait bien être entendue.

Tentant de se défendre par tous les moyens, Claude-Boxberger affirme ne jamais s’être dopée. Entendu par la gendarmerie de Montbéliard, Alain Flaccus, le compagnon de la mère de la jeune femme, pourrait d’ailleurs lui sauver la mise. En effet, ce dernier a assuré aux forces de l’ordre avoir administré une piqûre à la jeune femme, contenant de l’EPO, et ce, à son insu. Un rebondissement inattendu dans cette affaire, qui pourrait permettre à cette spécialiste des courses de fond, de s’en sortir sans trop de dommages.

Une piqûre administrée par surprise ?

Suspendue de manière provisoire, Ophélie Claude-Boxberger, a été entendue à plusieurs reprises par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp). Sa garde à vue a été levée vendredi matin et la situation ne semblait alors pas avoir évolué. Toutefois, l’AFP est venue confirmer qu’un homme, le beau-père de l’athlète, s’accusait d’un méfait. Alors qu’elle s’était endormie à la suite d’un massage, Claude-Boxberger aurait reçu une piqûre d’EPO de la part du compagnon de sa mère. Une explication assez insolite, que la police a toutefois décidé de prendre au sérieux. Bien entendu, les forces de l’ordre se veulent prudentes, estimant que cette histoire serait, pour la coureuse, le seul moyen de s’en sortir.

De son côté, l’athlète affirme qu’elle venait enfin de comprendre pourquoi elle avait été contrôlée positive à l’EPO. Toutefois, cette dernière n’a pas été en mesure d’avancer le moindre mobile. Mais comme pour retourner l’opinion et faire pression sur les enquêteurs, la jeune femme, invitée de l’émission Tout le sport, sur France 3, a révélé un tragique passif. Dans les faits, Claude-Boxberger a avoué avoir déposé plainte lorsqu’elle était plus jeune à l’encontre de son beau-père, pour agression sexuelle, avant de revenir sur sa décision. Suffisant pour pousser les enquêteurs à étudier la piste Flaccus plus en détails ?

L’athlétisme Français, morose

Cette annonce de contrôle positif a toutefois jeté un voile sur l’athlétisme français, frappé par trois scandales de dopage en 2019, Clémence Calvin et Morhad Amdouni ayant eux aussi été contrôlés positifs. En outre, les piètres résultats de l’équipe de France aux derniers mondiaux de Doha et les guerres de succession que se livrent les candidats à la tête de la Fédération n’ont fait qu’amplifier l’atmosphère morose et le climat délétère autour des athlètes. L’enquête devrait donc permettre d’en apprendre un peu plus au sujet de cette nouvelle affaire Claude-Boxberger et pourrait offrir une nouvelle occasion à l’athlétisme français d’avancer.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom