Pḧoto d'illustration

En Allemagne, un centre de santé spécialisé dans le traitement des homosexuels  s’est vu refuser une publicité qu’il voulait faire passer sur le réseau social de Mark Zuckerberg. Checkpoint Zurich puisque c’est de lui qu’il s’agit avait voulu profiter du 1er décembre qui est la Journée mondiale de lutte contre le sida, pour lancer une campagne publicitaire sur la toile.

Les publicités censurées…

A cet effet, deux différentes publicités avaient été mises sur pied. La première mettait l’accent sur les mérites de la Journée mondiale de lutte contre le sida. La seconde vantait quant à elle les bienfaits du traitement que propose le centre pour les personnes atteintes du VIH. Mais cette publicité n’aura pas la chance de passer sur Facebook.

Ces deux campagnes ont été purement et simplement censurées par le réseau social. Ces mesures n’ont pas manqué de susciter la colère de  l’administration du centre qui estime que le média social donne moins de valeurs aux causes sérieuses.

Plus facile pour les “Fake news” de passer sur le média social?

Pour le patron de Checkpoint Zurich, Bastian Baumann, il est plus facile de diffuser des fake news, des vidéos violentes ou haineuses sur les médias sociaux que de faire passer de la publicité pour la cause qu’il défend.

« Il est devenu extrêmement difficile sur Facebook et Instagram d’acheter de la publicité pour notre cause parce que deux hommes qui s’embrassent ou un simple travail de prévention sur le VIH et les autres IST sont toujours trop délicats pour les plateformes de médias sociaux » a notamment dénoncé Bastian Baumann.

Non respect des exigences?

 Les motifs qui avaient été avancés par Facebook pour le rejet de cette campagne publicitaire sont relatifs au contenu des réalisations. Visiblement, les « publicités ne doivent pas utiliser des mots ou des images à caractère sexuel ou offensant. Évitez la nudité, les gens en poses insinuantes ou les actes sexuellement provocateurs ». Ces exigences n’auraient pas été respectées par  Checkpoint Zurich.

Voir les commentaires