Mandat d’arrêt contre Soro : les vieux démons de retour en Côte d’Ivoire ?

La situation en Côte d’Ivoire devient sérieusement préoccupante. Guillaume Soro est de retour en France après s’être vu interdit d’atterrir en Côte d’Ivoire. L’ex chef rebelle s’était rendu en France depuis six mois, peu de temps après avoir démissionné de la présidence de l’Assemblée ivoirienne. Aussitôt démissionné, il s’était alors proclamé candidat aux élections présidentielles de 2020.

Le désormais candidat proclamé aux prochaines élections présidentielles de 2020 est poursuivi par la justice de son pays. La justice ivoirienne a lancé un mandat d’arrêt contre l’ex allié du président Ouattara, aujourd’hui son opposant déclaré. Guillaume Soro est accusé de vouloir déstabiliser le pays. L’homme est désormais persona non grata en Côte d’Ivoire, lui qui a pourtant pris une part active à la prise de pouvoir par Allassane Ouattara en 2011.

Publicité

Soro dénonce la manipulation

De retour en France, Guillaume Soro a été interviewé ce dimanche par le Journal du Dimanche. Dans l’entretien avec le JDD, l’ex chef de la rébellion a exprimé son intention de conserver sa candidature à la présidentielle de son pays et de résister contre ce qu’il appelle une « manipulation » dont le seul but est de l’écarter de la course aux présidentielles.
Mais Guillaume Soro n’en démord pas et dit être en contact avec l’ancien président Bédié pour les élections à venir : « Nous avons un accord avec Bédié. Nous allons tous deux au premier tour, et le mieux placé soutiendra l’autre pour le second » tour.

Soro critique Macron

Il a aussi profité de la tribune du JDD pour critiquer le président français Emmanuel Macron qui était présent en Côte d’Ivoire la veille du jour où son avion était refoulé. « J’espérais qu’un président comme lui ait davantage de courage et de maturité », a-t-il déploré, laissant entendre que cette attitude ne pouvait se justifier que par les « contrats juteux » qui autorisait à « fermer les yeux sur le piétinement de la démocratie en Afrique ».
Il est à craindre des moments difficiles dans ce pays de l’Afrique de l’ouest. Le président Allassane Ouattara était arrivé au pouvoir en 2011 suite à une crise post-électorale qui avait fait des milliers de morts. Des rebelles portés par leur chef Guillaume Soro avait porté au pouvoir par les armes avec l’appui militaire de la France, le Président Ouattara. La crise a laissé de profondes séquelles dans le pays et la présente situation pourrait raviver les plaies mal guéries des militants de l’ancien président Laurent Gbagbo toujours interdit de rentrer en Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *