,

Affaire Ghosn : Nouveau rebondissement au Japon

Au Japon, malgré le fait que Carlos Ghosn, se soit évadé et refugié au Liban, les autorités judicaires du pays n’avaient visiblement aucune intention de surseoir à la procédure en cours dans le pays pour faire inculper l’ancien PDG de Nissan-Renault. Ce mercredi, toujours dans le cadre de l’enquête sur les différentes complicités dont aurait pu bénéficier le « réfugié » du Liban ; des procureurs de Tokyo auraient perquisitionné mercredi le bureau d’un des anciens avocats de Carlos Ghosn.

Une procédure judiciaire toujours en cours

Les bureaux perquisitionnés seraient ceux de Junichiro Hironaka. Car la façon dont Ghosn aurait réussi à quitter le Japon lors qu’il était censé être sous surveillance, continuait au Japon, a fasciné le public et à alimenter moult débats. Or justement, lorsqu’il avait été accordé à Ghosn, une libération sous caution couplée d’une assignation à résidence ;  il lui aurait été également accordé de faire usage d’un ordinateur dans le bureau de son avocat sous certaines conditions ; et cet avocat c’était  Junichiro Hironaka.

Publicité

Un avocat qui dans les milieux judiciaires japonais était célèbre pour le nombre de cas remportés et surtout pour la justesse et l’à propos de ses plaidoiries, d’où son surnom du « rasoir ». Un « rasoir » qui tout enthousiaste s’était montré en mars 2018, convaincu de l’innocence de son client ; mais qui le 16 janvier dernier, avait tenu à informer la presse ; « Aujourd’hui, nous avons remis au tribunal de Tokyo une lettre de démission de tous les avocats du cabinet Hironaka pour l’ensemble des affaires concernant Carlos Ghosn »

Me Hironaka qui avant sa déclaration du 16 janvier passé, avait déjà refusé de remettre aux procureurs « l’ordinateur » que Ghosn avait utilisé au bureau de Tokyo, invoquant le droit d’un avocat de refuser la saisie sur la base du code de procédure pénale ; n’avait donc plus depuis cette même date, aucunes raisons de s’opposer à la nouvelle perquisition de ce mercredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *