Bombe dans sa voiture : un politicien italien échappe de peu à la mort

Ce mercredi à Prati, l’un des quartiers les plus typiques de Rome ; l’une des rues, notamment celle qui conduisait à l’Olimpico (stade olympique de Rome) a connu une animation particulière. Cependant ce n’était nullement l’animation de la fièvre d’avant-match pour la rencontre qui devait, dans la soirée, opposer la Squadra Azzura, l’équipe nationale italienne à la celle de la Suisse. Mais plutôt une animation à cause de la bombe, que les autorités policières avaient découverte sous le véhicule de Marco Doria, président du groupe de travail pour le réaménagement des parcs et villas historiques de Rome.

Il s’en est fallu d’un cheveu…

Ce Mercredi, Marco Doria, président du groupe de travail pour le réaménagement des parcs et villas historiques de Rome était arrivé avec sa « smart » via Speri dans Prati pour une série de rendez-vous.  Une fois ces rencontres terminées, l’homme politique avait regagné sa voiture, seulement avant de démarrer le moteur, Marco Doria avait pris le temps selon la presse locale, d’actionner les essuie-glaces. Une pause qui avait suffi pour que la providence en la personne d’un simple passant, lui indique la présence suspecte de fils qui lui sortaient du dessous de sa voiture.

Publicité

L’escouade spéciale de la police d’État appuyée du groupe tactique et de médecine légale de la police, appelée à la rescousse, avait tôt fait de découvrir sous la voiture une bombe. Un dispositif rudimentaire, selon la presse, « composé d’une bombe aérosol contenant de la poudre à canon et des objets métalliques, avec des fils électriques ». La bombe avait donc pu être désamorcée. Mais Marco Doria,  l’avait échappé de justesse.

De fait, Marco Doria, noble issu de l’ancienne famille romaine et président du groupe de travail pour le réaménagement des parcs et villas historiques de Rome, s’était personnellement engagé dans certains dossiers. Notamment, l’occupation des bâtiments historiques de la Villa Pamphilj, un parc public de 180 hectares et les dégâts causés aux statues et fontaines. Un engagement qui lui aurait valu des menaces de morts. La tentative de ce mercredi a vu l’édile de la ville, la qualifier d’« évènement très grave ». Et sur les réseaux sociaux, Virginia Raggi, a tenu en plus à « exprimer toute sa solidarité » à l’homme politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires