,

Chine : la France mène une offensive à l’ONU

La question des violations graves et systématiques des droits de l’Homme au Xinjiang, a été abordée hier lundi lors d’une commission de l’Assemblée générale de l’ONU. Au total cinquante pays dont la France, ont tenu une fois encore à dénoncer à l’ONU la gravité de cette situation qui dure depuis un peu trop longtemps en Chine. Ces Etats appellent d’ailleurs Pékin à tout mettre en œuvre pour libérer les personnes arrêtées et clarifier le sort de ceux qui sont portés disparus.

Une commission de l’Assemblée générale de l’ONU s’est tenue hier lundi 31 octobre. Au cours des échanges, 50 États dont les États-Unis, le Royaume-Uni, le Japon, la France, l’Australie, Israël, la Turquie, le Guatemala, la Somalie, ont fortement dénoncé les violations « graves et systématiques » des droits de l’Homme au Xinjiang. « Nous sommes profondément inquiets de la situation des droits de l’Homme en République populaire de Chine, en particulier les violations des droits des Ouïghours et d’autres minorités principalement musulmanes au Xinjiang », ont-ils déclaré.

Publicité

Dans le texte dénonciateur lu par le Canada au cours de cette session de la troisième commission de l’Assemblée générale pour les droits humains, tous les Etats ont exprimé leurs grandes inquiétudes du fait que « la Chine ait jusqu’à présent refusé de discuter de ses conclusions ». Ils appellent d’ailleurs Pékin à « prendre des mesures rapides pour libérer tous les individus arbitrairement privés de leur liberté au Xinjiang et clarifier urgemment le sort de personnes disparues » selon les recommandations du Haut-commissariat.

Il faut rappeler que Pékin avait déjà en août dernier, rejeté ces accusations en affirmant « combattre le terrorisme et assurer le développement de la région » suite à un rapport publié par le Haut-commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU, qui abordait la possibilité de « crime contre l’humanité commis contre les minorités du Xinjiang et en tout premier lieu les Ouïghours ». Ce même rapport évoquait aussi des « preuves crédibles » de tortures et des violences sexuelles. Cependant, les cinquante Etats refusent cette justification, car pour eux « De telles violations graves et systématiques des droits humains ne peuvent pas être justifiés sur la base du contre-terrorisme ».

6 réponses

  1. Avatar de Alain nongni
    Alain nongni

    Les Français issuent de l’immigration souffrent en France, mais Macron ne voit pas, il veut seulement sauver les chinois de Chine

  2. Avatar de Dr Doss
    Dr Doss

    Je chute en disant que la junte française se détrompe quadruplement encore une énième fois rien n’est permanant dixit Dr Doss

  3. Avatar de Dr Doss
    Dr Doss

    Que c’est elle qui renseigne qui arme et finance le terrorisme c’est ça la vérité dixit Dr Doss

  4. Avatar de Dr Doss
    Dr Doss

    La junte française a peur que la vérité arrive en face du monde d’où son offensive stérile et sénile dixit Dr Doss

  5. Avatar de Dr Doss
    Dr Doss

    Offensive stérile et sénile de la junte française. C’est dans le but d’empêcher la plainte du Mali non recevable c’est ça la vérité dixit Dr Doss

  6. Avatar de Dr Doss
    Dr Doss

    Honte honte honte quadruplement à la junte française !!! Dixit Dr Doss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *