,

Armes à la Russie : Pékin rejette les accusations de Washington

La Chine a réagi suite aux déclarations du chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, qui avait évoqué la question d’une possible livraison d’armes de Pékin à Moscou. Ces allégations ont été rejetées, ce lundi 20 février 2023, par les autorités chinoises. Selon Wang Wenbin, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères : « nous n’acceptons pas que les États-Unis pointent du doigt les relations entre la Chine et la Russie, et encore moins qu’ils exercent des pressions et des contraintes ». Tout en accusant les États-Unis de répandre de fausses informations, il a estimé que : « Ce sont les États-Unis et non la Chine qui envoient constamment des armes sur le champ de bataille ».

« La Chine envisage de fournir un soutien létal à la Russie »

Notons qu’hier dimanche 19 février 2023, le secrétaire d’État américain avait mis en garde contre le fait que la Chine projetait de fournir des armes à la Russie, après une rencontre avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi. Dans une interview accordée à la chaîne de télévision américaine CBS, Anthony Blinken avait déclaré : « Nous avons parlé de la guerre menée par la Russie et des inquiétudes que nous avons quant au fait que la Chine envisage de fournir un soutien létal à la Russie ». Pour rappel, au cours de cette interview, le chef de la diplomatie américaine avait fait part de sa préoccupation concernant une aide chinoise en faveur de la Russie.

Publicité

Toujours dans l’entretien accordé à CBS, il avait déclaré que : « Nous avons parlé de la guerre menée par la Russie et des inquiétudes que nous avons quant au fait que la Chine envisage de fournir un soutien létal à la Russie ». Les craintes de Washington sont basées sur les informations disponibles, et les États-Unis avaient déjà prévenu les Chinois que cela entraînera un problème très grave pour eux. Le secrétaire d’État américain n’avait pas également pas manqué de déclarer que la Chine n’avait pas de différence profonde entre les entreprises privées et l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *