Afrique: ce milliardaire inaugure un hôpital de haute technologie en partenariat avec la Turquie

L’inauguration récente de la Clinique Princesse Sarah à Ouagadougou, par Mahamadou Bonkoungou, l’homme le plus riche du Burkina Faso, marque un jalon crucial dans l’amélioration du secteur de la santé dans le pays. Cet établissement médical de pointe, situé dans la zone moderne d’Ouaga 2000, revêt une importance capitale dans un pays confronté à des défis persistants en matière d’infrastructures médicales. L’événement, honoré par la présence du ministre de la Santé, Robert Lucien Kargougou, souligne l’impact stratégique de cette initiative dans un contexte où la pandémie de COVID-19 a mis en lumière les carences du système de santé burkinabé.

La clinique vise avant tout à pallier la pénurie notoire d’installations médicales modernes au Burkina Faso, une lacune d’autant plus prégnante lors de la crise sanitaire mondiale. En s’associant à une clinique turque renommée, la Clinique Princesse Sarah s’engage à déployer du personnel médical qualifié, améliorant ainsi l’évacuation des patients et rehaussant la qualité des soins prodigués dans tout le pays. Cette collaboration internationale ouvre de nouvelles perspectives pour le secteur de la santé au Burkina Faso.

Publicité

Pour le ministre de la Santé, cet investissement de Bonkoungou représente une avancée visionnaire dans le domaine médical. Il insiste sur l’impact positif attendu de la Clinique Princesse Sarah, notamment dans la région du Centre, et sa contribution à l’amélioration globale des soins de santé sur l’ensemble du territoire burkinabé. Cette nouvelle infrastructure médicale semble ainsi prometteuse pour combler le vide dans le domaine de la santé, répondant aux besoins croissants de la population.

Mahamadou Bonkoungou, à l’âge de 58 ans et à la tête du Groupe EBOMAF, évoque la genèse de ce projet novateur. La création de la Clinique Princesse Sarah émane d’une volonté de répondre aux lacunes infrastructurelles existantes et aux défis exacerbés par la pandémie. Soulignant l’importance du partenariat avec la clinique turque, il met en avant l’aspect crucial de cette coopération dans la concrétisation de cette entreprise médicale d’envergure.

En termes d’installations, la Clinique Princesse Sarah offre un panel de services médicaux variés. Dotée d’équipements de pointe tels qu’un scanner 128 bandelettes, une IRM, une coronarographie ou encore un ECG d’effort, elle propose des spécialités telles que la neurologie, la cardiologie, la médecine générale, la chirurgie, ainsi qu’un laboratoire d’analyses médicales et des services de physiothérapie. Cette diversité témoigne de l’engagement à fournir des soins complets et spécialisés, répondant ainsi à des besoins médicaux variés au sein de la population burkinabé.

Une réponse

  1. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Pas à comparer..a certains pré dateurs…
    Je préfère taire le nom..de ce célèbre pensionnaire..du commissariat central de Cotonou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *