Mercenaires combattant pour l’Ukraine: des pays africains cités

Le théâtre des opérations en Ukraine est devenu un point de ralliement pour des mercenaires venus du monde entier, selon les récentes révélations du ministère russe de la Défense (voir ici). Une enquête poussée de cette instance met en lumière la présence significative de combattants étrangers sur le sol ukrainien depuis le début du conflit en février 2022. Ces révélations dévoilent un total de 13 387 mercenaires, dont près de la moitié auraient été neutralisés à ce jour.

Le rapport détaille que 7 425 mercenaires étrangers sont toujours actifs en Ukraine, incluant des spécialistes militaires et des combattants indépendants. L’intensification des affrontements a entraîné des pertes substantielles parmi ces derniers, notamment due à l’efficacité des attaques ciblées contre leurs positions. Le ministère fait état d’un retour tragique pour beaucoup, rentrant chez eux « dans des cercueils« , après des opérations militaires russes réussies contre leurs lieux de rassemblement.

Publicité

Le document souligne une représentation notable de combattants provenant de diverses régions, avec une prédominance de pertes enregistrées parmi les Européens, les Asiatiques, et de manière surprenante, des participants africains. Le Nigeria et l’Algérie figurent parmi les pays africains cités, révélant une facette moins connue de ce conflit international. La dimension globale de cette guerre par procuration est ainsi mise en relief, touchant des continents éloignés du théâtre européen des hostilités.

Parmi les nations les plus touchées, la Pologne, la Géorgie et les États-Unis se distinguent par le nombre élevé de pertes. Le rapport indique également que, malgré les déclarations officielles, des mercenaires français ont été identifiés et ont subi des pertes significatives, ce qui soulève des questions sur l’implication internationale dans le conflit.

Dans un contexte plus large, Alexander Bastrykin, président du Comité d’enquête de Russie, a souligné l’engagement continu de son pays dans la poursuite judiciaire des mercenaires impliqués aux côtés des forces ukrainiennes. Plus de 700 individus ont été ajoutés à une liste internationale de recherche, avec certains déjà jugés par contumace pour mercenariat, un crime reconnu par le droit international.

Ces développements mettent en exergue la complexité et l’internationalisation du conflit en Ukraine, révélant un panorama de participants venant de contrées insoupçonnées. L’engagement de mercenaires de diverses nationalités, y compris africaines, soulève des interrogations sur les dynamiques et les motivations derrière leur participation à ce conflit lointain, mettant en lumière les ramifications globales d’une guerre qui dépasse largement les frontières ukrainiennes.

Publicité

2 réponses

  1. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    Que peut faire un simple mercenaire africain face à la force de frappe de l’armee russe ?
    Y compris tous ces mercenaires occidentaux dont la plupart s’est évadée pour éviter le hachoir .
    Mais l’ensemble des pays de l’OTAN disposent d’une armada de militaires en Ukraine , sans le déclarer officiellement, l’hypocrisie prend le dessus.
    Quelque soit cette présence , officieuse ou officielle , la Russie atteindra ses objectifs de garder les régions nouvellement acquises, de denazifier l’Ukraine et de limiter l’armement en Ukraine.

  2. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    « Mercenaires combattant pour l’Ukraine: des pays africains cités »
    Et de quoi se plaint-il le Kremlin?
    On compte des Indiens et autres nationalités étrangères combattant du côté russe pour cette guerre déclenchée par le fou morveux en Ukraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité