Russie: des pertes énormes pour les entreprises occidentales qui se sont retirées

Les entreprises occidentales subissent des pertes dépassant les 100 milliards de dollars suite à leur départ de la Russie, conséquence directe de l’invasion de l’Ukraine par Moscou en 2022. Ces chiffres alarmants, révélés dans une analyse approfondie de Reuters, mettent en lumière l’ampleur des répercussions financières de cet exode massif.

Depuis l’invasion russe, les entreprises étrangères ont essuyé des pertes considérables, résultant à la fois de dépréciations d’actifs et de pertes de revenus. Cette situation a été aggravée par l’escalade continue du conflit et le durcissement des sanctions occidentales à l’encontre de la Russie.

Publicité

Ian Massey, responsable de l’intelligence économique pour la région EMEA au sein de la société mondiale de conseil en gestion des risques S-RM, souligne que cette tendance à la hausse des pertes financières met en évidence les défis croissants auxquels sont confrontées les entreprises cherchant à se retirer de Russie. Avec la persistance du conflit et l’intensification des sanctions, ces entreprises pourraient faire face à des difficultés encore plus importantes à l’avenir.

La récente réélection controversée de Vladimir Poutine renforce davantage son pouvoir et sa capacité à isoler l’Occident. Les entreprises occidentales se retrouvent ainsi prises dans un dilemme, contraintes de faire face à des exigences draconiennes de la part du gouvernement russe pour céder leurs actifs, souvent à des prix très bas, ou de continuer à opérer dans un environnement économique et politique de plus en plus instable.

Des entreprises telles que Shell, HSBC, Polymetal International et Yandex NV ont déjà annoncé des ventes d’actifs à des prix nettement réduits, tandis que d’autres, comme Danone, ont subi des pertes importantes en raison de leur retrait du marché russe. Malgré ces départs, un certain nombre d’entreprises occidentales, y compris Auchan et Benetton, continuent à opérer en Russie ou ont suspendu temporairement leurs activités.

Les mesures prises par les pays occidentaux pour sanctionner la Russie ont également eu un impact significatif sur son économie. Des centaines de milliards de dollars des réserves d’or et de devises de la Banque de Russie ont été gelés, tandis que des entreprises telles que l’usine Germania de Gazprom ont été nationalisées par des pays comme l’Allemagne.

Publicité

Cependant, les tensions persistent, notamment en ce qui concerne la redistribution des avoirs gelés de la Russie. Les avertissements de Moscou concernant les conséquences potentiellement catastrophiques de telles mesures soulignent les défis juridiques et politiques complexes auxquels sont confrontées les banques occidentales et les gouvernements.

6 réponses

  1. Avatar de Okiii
    Okiii

    Et voilà comment les mafieuX
    Font plomb la dette, et c’est les sans défense qui paient.

  2. Avatar de Jp
    Jp

    l’Europe enregistre des pertes énormes, les USA s’enrichent !
    Au final, qui sont les dindons de la farce !?

  3. Avatar de FRANC
    FRANC

    Tous savaient travailler en dictature mafieuse .

  4. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    On parlait de DÉCATHLON, mais il y a aussi le cas de DANONE : La procédure pour quitter la Russie est déjà longue et complexe. Elle se heurte aussi à une bureaucratie opaque qui peut mener à une expropriation. Un scénario dont Danone a fait la douloureuse expérience. Ses usines russes ayant été données au neveu préféré de Ramzan Kadyrov, chef de la Tchétchénie . Une perte lourde, sans compensation ni recours qui fait trembler les entreprises occidentales encore sur le territoire, elles sont nombreuses.

  5. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    A chaque fois qu’une entreprise occidentale se retire de la Russie , elle est vite reprise par un russe . La vente des actifs de Decathlon en Russie (35 magasins et un entrepôt) au propriétaire de la franchise Mango – la société russe ARM LLC – avait été approuvée fin juillet par la Commission gouvernementale pour le contrôle des investissements étrangers. «Nous n’avons pas permis à Decathlon, ni à aucune autre entreprise étrangère ayant décidé de partir, de vendre l’entreprise en partie et de recevoir la valeur totale des actifs», avait alors précisé à l’agence TASS Viktor Evtukhov. Les magasins seront rebaptisés et approvisionnés par des produits fabriqués en Russie, avait alors rapporté le média Mash sur Telegram.

    1. Avatar de Ba
      Ba

      Tout a été planifié par nos amis us ,trop bon ces gens,et l ue est a genoux ,on vivait pas trop mal avant ,merci qui nos sauveurs les ricains

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité