Secteur de la santé

La nouvelle grève dans les hôpitaux se précise

 Les hôpitaux  et autres centres de santé du secteur public  pourraient connaître de nouvelles perturbations dans les tout prochains jours. Les menaces se font de plus en plus persistantes dans le rang des paramédicaux. Ils ne cachent plus leur colère face au mutisme du gouvernement dans la satisfaction de leurs différentes revendications. Après une trêve d’environ trois mois, les paramédicaux en service dans les différents hôpitaux  et établissements sanitaires publics du Bénin, veulent se faire entendre de nouveau. Le  ton a été donné en début de semaine, par l’Intersyndicale des ressources humaines en santé, à travers une déclaration qui annonce les hostilités. Dans tous les milieux syndicaux du secteur de la santé également, l’indignation des uns s’ajoute à la colère des autres pour  dénoncer  le gouvernement du Dr Boni Yayi qui n’aurait pas tenu parole. En effet, les agents de la santé ont dû surseoir à leur dernière  longue grève suite aux engagements pris par le Chef de l’Etat dans la  résolution rapide de leurs diverses doléances. La question du reversement était au cœur des discussions et devrait se résoudre depuis plusieurs semaines, conformément aux promesses de Boni Yayi envers les agents de la santé. Celle liée aux primes de motivation et de risque aussi n’est pas encore totalement réglée. A l’époque, un premier payement a été fait. Mais plus rien, depuis lors. Pour les paramédicaux, cela dénote du mépris du gouvernement du changement vis-à-vis d’eux. Ils pensent  dès lors qu’il faut renouer avec la lutte. Et cette lutte ne tardera plus à commencer, puisqu’ils s’ y préparent depuis peu.Si l’éventualité d’une  paralysie de tous les hôpitaux et autres centres de santé  du pays reste encore à l’étape de débat, en leur sein, ils  annoncent  qu’elle se révèle de plus  en plus immanquable. De sources proches de l’intersyndicale des ressources humaines en santé, plusieurs réunions se tiennent depuis 24 heures pour décider de la conduite à tenir dans les prochains jours. D’aucuns optent pour un géant sit-in en début de la semaine prochaine.  D’autres préfèrent le démarrage d’une grève de 24 heures ou de 72 heures dès  lundi ou mardi prochain. Dans tous les cas, ils sont tous unanimes sur le fait qu’il faut reprendre de nouveaux mouvements de perturbations.

Pour ceux qui ont vécu  leur dernière série de grève et les conséquences qui en ont découlé, l’on ne peut que  craindre le pire la prochaine fois, car il est évident que les agents de la santé s’y investiront davantage. La balle est donc dans le camp des autorités sanitaires du pays, pour éviter un  nouveau désastre à un  système sanitaire national déjà trop souffrant.

Publicité

Christian Tchanou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires