Vingtième anniversaire du Centre Africa Obota

Un colloque sous-régional pour marquer l’événement

Dans le cadre de la célébration de ses vingt ans d’existence, le Centre Africa Obota pionnière dans l’éducation citoyenne au Bénin, organise du 04 au 06 novembre prochain un colloque sous-régional sur le thème « Société civile et Pouvoir politique : complémentarité, subsidiarité ou tremplin ». Urbain Amègbédji, coordonateur Cao Bénin l’a fait savoir aux hommes des médias hier au cours d’une conférence de presse.

15 octobre 1989-15 octobre 2009. Cela fait vingt ans que le Centre Africa Obota a été créé sur l’initiative d’un groupe de jeunes intellectuels. Pour ce faire, les responsables de cette composante de la société civile ont animé une conférence de presse au cours de laquelle ils ont décliné ce qui sera le plat de résistance des festivités marquant ce vingtième anniversaire. Il s’agit d’un colloque qui va réunir des acteurs de la société civile de la sous-région à Cotonou du 04 au 06 du mois prochain. « Société civile et Pouvoir politique : complémentarité, subsidiarité ou tremplin », c’est le thème autour duquel ces acteurs débattront. L’objectif de ce colloque est de créer un cadre d’échange d’expériences et de discussion entre acteurs et chercheurs pour la compréhension de la dynamique « société civile-pouvoir politique », a souligné Urbain Amègbédji actuel coordonateur du Centre Africa Obota (Cao) et conférencier principal du jour. Pour animer ce forum, des personnes ressources tant béninoises qu’allemandes ou d’autres pays africains. Mais au préalable, il faut signaler que le conférencier a rappelé la genèse du Cao. Un bref éventail des domaines d’intervention  du Cao a été également brossé.

Publicité

A ce niveau, on retient qu’il y a l’éducation aux droits humains, l’éducation civique pour le développement, le renforcement des capacités des organisations de la société civile, observation des élections. Le conférencier n’a pas manqué de répondre à leurs détracteurs qui pensent qu’ils sont à la botte du parti de Lazare Sèhouéto qui est membre fondateur du Cao. Pour Urbain Amègbédji, le Cao est fier d’avoir eu dans ses rangs des personnalités de la trempe de Lazare Sèhouéto. Mais il rappelle cependant à leurs détracteurs que la naissance du parti de Sèhouéto étant postérieure au Coa, il ne voit pas comment « le Père pourrait devenir le fil de son fils ».

Benoît Mètonou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *