Ferveur et mobilisation populaire autour de Bio Tchané dans le nord

Les prémisses de l’échec qui attend Yayi en 2011
La tournée de prise de contact  d’Abdoulaye Bio Tchané dans le septentrion a plongé les barons de la majorité présidentielle, les  membres du gouvernement et surtout sur le Chef de l’Etat dans la psychose et la panique. 

Berné pendant longtemps par des proches collaborateurs qui lui ont toujours caché la vérité en minimisant l’ampleur prise par le phénomène Tchané, Boni Yayi a été mis devant le fait accompli en voyant comme tout le monde les images que reflètent ces derniers jours une télévision de la place sur ce périple de l’actuel président de la Banque ouest africaine de développement(Boad). En effet, pour un test de popularité, c’en est une grande réussite. A Parakou, Djougou, Copargo et Natitingou où il est passé juste pour saluer « ses frères » et les remercier après sa nomination à la tête de cette prestigieuse institution financière sous régionale, Bio Tchané a été simplement accueilli comme « un souverain ». Des sources proches des organisateurs affirment que les populations se sont spontanément déplacées pour rencontrer celui qu’ils appellent leur « fils ». «  On n’a pas envoyé des bâchées dans les campagnes pour aller chercher nos sympathisants. Ils sont sortis spontanément pour écouter celui qui incarne désormais pour eux l’espoir », déclare l’honorable Samou Séidou Adambi qui affiche ainsi officiellement pour la première fois son ralliement au président de la Boad après avoir boudé le président Boni Yayi pendant un bon moment.

Publicité

Cette même tournée a permis au président Boni Yayi de comprendre qu’il n’a plus le soutien d’El Hadj Ibrahim Salifou alias Sassif, richissime homme d’affaires qui a été d’un grand soutien pour lui en 2006. D’autres leaders politiques de cette région qu’on disait jusque là avec Yayi étaient restés dans l’ombre et ont travaillé pour la réussite de cette tournée. Yayi découvre ainsi les mensonges de certains collaborateurs et des fausses fiches qui le font passer comme le leader politique incontesté du septentrion, héritier incontestable du président Kérékou qui lui a légué prestige et aura. Depuis, la barque Fcbe prend de l’eau. Et, au regard de la mobilisation observée pendant cette tournée, le Chef de l’Etat a de quoi s’inquiéter et savoir qu’il n’est plus le seul capitaine à bord du navire « Nord ». Au contraire…

Marcel Zoumènou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *