Discours du chef de l’Etat à Istanbul à l’occasion du forum des hommes d’affaires

 

Publicité

Monsieur le Président de la Confédération des Hommes d’affaires et des industriels de Turquie,
Chers invités,
Mesdames et Messieurs,

Je voudrais, avant tout propos, vous témoigner ma profonde gratitude pour m’avoir invité à cette rencontre d’échanges à laquelle vous êtes venus massivement.

Je souhaite que cette rencontre soit porteuse de germes d’un partenariat mutuellement bénéfique entre vous, valeureux hommes d’affaires et industriels de Turquie, et mon pays, le Bénin, qui s’ouvre à vous.

Publicité

J’ai tenu à effectuer le déplacement d’Istanbul, notamment pour vous rencontrer et toucher du doigt les dimensions de votre savoir-faire, dont cette belle cité est la vitrine. Je suis venu vous proposer que nous bâtissions ensemble, un axe Istanbul-Cotonou, qui permette à nos deux pays d’accroître sensiblement le niveau de leurs échanges économiques et commerciaux, dans un climat de confiance réciproque.

La position géographique du Bénin en Afrique de l’Ouest en fait un véritable tremplin vers les pays de l’Hinterland et le point d’intersection de deux grands marchés régionaux, l’Union Economique et Monétaire Ouest africaine (UEMOA), à l’Ouest, et la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), à l’Est, ce qui le place au cœur d’un marché de plus de 325 millions de consommateurs, dont plus de la moitié, soit 160 millions vivent à l’intérieur des seules frontières du voisin nigérian.

Cette position géographique charnière, confère au Bénin, une vocation de transit qui justifie la forte sollicitation du Port Autonome de Cotonou (PAC) par les pays qui n’ont pas un accès à la mer : le Niger, le Burkina Faso, le Mali, le Tchad  et même pour le Nigéria. A preuve, 80% du trafic maritime par le Port Autonome de Cotonou est destiné à ces pays. C’est dire combien mon pays présente des atouts déterminants pour le développement des activités de service.

A part sa position stratégique, le Bénin, jouit d’une stabilité politique exemplaire qui est la résultante de son attachement aux principes de l’Etat de droit, gage d’une démocratie apaisée où les droits fondamentaux de la personne humaine, la liberté d’entreprendre et le droit à la propriété privée sont garantis et respectés. Ces valeurs de stabilité, de paix, de bonne gouvernance, de démocratie avec alternance au pouvoir par des canaux électoraux font la réputation de mon pays. C’est ce qui a valu mon élection par mes pairs à la présidence en exercice de l’Union Africaine, notre Organisation Continentale depuis janvier 2012.

Mesdames et Messieurs
Depuis 2006, mon pays a fait l’option irréversible de bâtir une économie émergente d’ici 2025 et qui assure le plein emploi de ses ressources humaines et matérielles, en permettant à ses braves populations de gagner la bataille contre la pauvreté et la précarité. A cette fin, mon Gouvernement a mis en route une série de réformes structurelles visant à améliorer le climat des investissements, à assainir le cadre macro-économique, à lutter contre la corruption et promouvoir la bonne gouvernance économique et politique.

La vision de mon Gouvernement s’appuie sur des orientations claires, définies dans un document qui nous sert de boussole, à savoir, le Document de Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (DSCRP), lequel a reçu la caution des partenaires techniques et financiers et constitue la base du dialogue entre le Gouvernement et ceux-ci.

La DSCRP s’articule autour de cinq (5) axes prioritaires, que sont :

–          L’accélération de la croissance économique ;

–          Le développement des infrastructures ;

–          Le renforcement du capital humain ;

–          La promotion de la bonne gouvernance ; et

–          Le développement équilibré de l’espace national.

Sur la base de ces orientations, mon Gouvernement s’est doté d’un cadre opérationnel dénommé « Agenda pour le Bénin émergent », qui identifie les pôles de croissance pouvant retenir l’attention des investisseurs. Il s’agit :

–          des services, en raison de la vocation de transit du pays ;

–          du coton et des textiles ;

–          de l’agro-alimentaire ;

–          de l’énergie ;

–          des infrastructures routières, portuaires et ferroviaires ;

–          de l’artisanat et du tourisme.

Je sais que la Turquie, grâce au savoir-faire des hommes d’affaires et industriels que vous êtes, dispose d’entreprises fleurons figurant parmi les leaders mondiaux dans différents domaines. Le Bénin vous offre d’immenses possibilités d’investissement, et met à votre disposition, dans ce cadre, sa Zone Franche Industrielle, ses vastes terres arables, ses vallées, ses plans d’eau, ses plages, son port autonome à vocation régionale, son réseau routier en constante amélioration, son réseau ferroviaire à réhabiliter, sa population jeune et dynamique, son administration en pleine restructuration et surtout le marché régional potentiel de plus de 300 millions de consommateurs.

Investir au Bénin, plus qu’une opportunité, est un placement sûr, crédible et forcément bénéfique.

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,

Je souhaite donc vivement vous accueillir bientôt et en grand nombre au Bénin, pour que nous puissions passer à la phase concrète du partenariat mutuellement avantageux que je vous propose. J’envisage dans un très proche avenir, l’organisation à Cotonou de journées portes ouvertes sur les opportunités d’affaires au Bénin à l’intention des hommes d’affaires et entreprises turques.

Je vous renouvelle ma sincère gratitude pour votre aimable invitation et vous remercie pour votre bienveillante attention.

Vive la République du Bénin,
Vive la Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *