Inconstance politique à la tête des partis politiques Houngbédji : de l’opposition à la compromission

Mouvancier? Opposant? La posture politique actuelle de Me Adrien  Houngbédji n’est pas exempte de critiques. Si son parti a fait une demande  de déclaration officielle d’appartenance à l’opposition, lui se comporte comme un président sans frontière qui multiplie curieusement les «gentlemen agreements» avec Boni Yayi, son challenger de 2012 dont il a contesté la réélection.

Publicité

« Nous avons gagné cette élection. Le Président librement élu par ce peuple à la régulière et sans fraude n’est autre que le candidat de l’Union fait la Nation». Ainsi parlait le président Houngbédji le jeudi 31 mars 2011 à la Villa Laico à Cotonou, quelques jours après la proclamation des résultats provisoires. Quelques jours après, au cours d’une déclaration de presse, il se montre plus ferme : «Jamais, je n’accepterai ces résultats. Je les rejette comme nuls et non avenus».

A travers ces déclarations, Maître Adrien Houngbédji s’est affiché comme un leader engagé, décidé à lutter pour changer le sort des choses. Mais depuis quelques jours, il s’illustre par un glissement politique de l’opposition vers la majorité au pouvoir. En réponse à la politique d’ouverture initiée par le Président Yayi Boni, Maître Adrien Houngbédji et sa cellule de Communication se sont fendus le 31 Mai 2011, d’un Communiqué dont le paragraphe ci-après faisait tomber à la renverse. «Le Président Adrien Houngbédji, s’en est remis au premier responsable de l’Union fait la Nation pour agir au nom de l’alliance, dans le cadre de la politique de la main tendue annoncée par le Président Yayi Boni».

Le leader des TCHOKO TCHOKO venait ainsi de réviser sa position et son discours. Glisse t-il vers la mouvance bien que leader de l’opposition ? Son discours au Congrès de son Parti en février 2012 à Porto Novo, en a donné la certitude «Nous sommes dans l’opposition. C’est une évidence. Mais qu’on m’entende bien. Si le régime prend conscience que pour guérir (et nous espérons qu’il en prendra conscience), le Bénin a besoin d’un sursaut national qui rassemble toutes ses forces politiques et sociales autour du chantier de la reconstruction, bref, s’il prend conscience qu’il y a une crise nationale larvée, et qu’il appelle l’opposition à prendre sa part de responsabilité dans un gouvernement d’union nationale, est-ce que nous pourrions nous dérober?… Nous ne nous déroberons pas.»

Publicité

Puis suivra une cabale contre l’Union fait la Nation, la plate-forme des Partis et personnalités qui avaient soutenu la candidature de Maître Adrien Houngbédji en 2011. Reçu sur le plateau d’une télévision privée de Cotonou, il s’en prend vertement à l’Union fait la Nation qu’il semble qualifier d’une machine qui l’a plus ruiné que contribué à son succès «Personne ne s’est sacrifié pour moi», a-t-il longtemps répété.

Au cours de la même émission télévisée, il voit l’alliance lui emboîter le pas vers la mouvance présidentielle. «Je ne suis pas sûr que dans l’Union fait la Nation, ils sont dans l’opposition. Chaque parti souhaite rentrer dans le gouvernement». Depuis, Houngbédji a multiplié les rencontres à l’endroit du Chef de l’Etat. Ce dernier lui a rendu la perche en le qualifiant «d’homme politique vertueux qui est soucieux du développement du Bénin». L’entrée du Prd au gouvernement est fortement agitée depuis des mois par les médias, mais aucun cadre du parti n’a jamais réagi sur ce sujet. La lune de miel continue et ce n’est pas surprenant de voir le président Houngbédji être le premier homme politique qui dise sa compassion à Boni Yayi qui venait, selon la police, d’être victime d’une tentative d’empoisonnement. Suivant un proverbe chinois, «L’habitude commence comme toile d’araignée et devient peu à peu aussi solide qu’un câble d’acier». Avec une facilité déconcertante, Adrien Houngbédji réchauffe progressivement les relations avec le Chef de l’Etat et se retrouve dans son antichambre. Une situation dépeinte sous les traits d’une incongruité par l’opinion publique.

(A suivre)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *