CPI : voici pourquoi Laurent Gbagbo n’a pas été libéré hier

Hier se jouait une audience importante dans le procès de Laurent Gbagbo, ancien président de la Côte d’Ivoire déchu et ensuite transféré à la coup pénale internationale. Au terme de cette audience qui avait pour objectif de statuer sur la mise en liberté ou non de Laurent Gbagbo, il a été décidé par les juges le rejet de cette demande et le maintien en détention de l’ancien président accusé de crimes contre l’humanité commis entre décembre 2010 et avril 2011.

Publicité

Les juges ont informé les avocats de l’accusé qu’il ne pouvait être mis en liberté provisoire parce ce dernier disposait de moyens sérieux de fuite. Ils ont alors évoqué de nombreux comptes secrets que l’ancien président possède dans plusieurs banques de plusieurs pays, mais ont également ajouté que Gbagbo disposait d’un réseau dense de partisans pouvant l’aider à fuir et ainsi à éviter une éventuelle condamnation. Aucune information n’a été apportée concernant le montant dont disposerait l’accusé sur ces comptes, ni de la manière dont l’argent aurait été acquis. Toutefois, il est à noté que l’affirmation selon laquelle il pourrait bénéficier de l’aide d’un réseau dense n’est pas à prendre à la légère. Néanmoins on ne saurait ignorer le fait que la justice internationale gagnerait à offrir aux ivoiriens, et non à Laurent Gbagbo seul, un procès équitable. Qui dit procès équitable dit jugement de toutes les personnes soupçonnées d’avoir commis des meurtres et non uniquement celui des perdants, en l’occurence le camp de Laurent Gbagbo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *