Rentrée scolaire : Les syndicalistes promettent une année calme sous conditions

La rentrée a timidement eu lieu, hier jeudi 03 octobre. Parents d’élèves, élèves et enseignants étaient au rendez-vous, pour la prise de contact et l’inscription des premiers jours. Les syndicalistes de leur côté, s’en remettent au gouvernement, et promettent une année scolaire agitée, en cas de non-satisfaction de leurs exigences. 

Publicité

«Je suis heureuse de reprendre les cours. Mais, j’ai peur pour les grèves». C’est là les propos d’Emilie, élève en classe de Terminale au Collège d’enseignement général de Gbégamey. La majorité des élèves, comme Emilie, sont enthousiastes à l’idée de reprendre l’année scolaire, et surtout prient pour qu’elle se déroule sans incident et sans grève. Les enseignants aussi disent souhaiter la même chose.

Mais seulement, pour eux, le gouvernement se doit de respecter ses promesses. Notamment, la mise en application des décisions des négociations entre gouvernement et centrales syndicales d’août 201, qui revalorisent de 1.25 point l’indice salarial des fonctionnaires de l’Etat ; la restitution des défalcations pour fait de grève ; et surtout le retrait du projet de révision de la Constitution de l’Assemblée. Si certains syndicalistes s’en remettent à la bonne foi de l’actuel ministre de la Fonction Publique, le Secrétaire général par intérim de la Centrale syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb), Paul Essè Iko, n’entend pas faire de cadeau au gouvernement. Les enseignants et les syndiqués précisent qu’ils ne réclament que de meilleures conditions de travail, et un dialogue franc, pour que l’année scolaire se déroule dans de bonnes conditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *