Bénin: Les Fcbe s’insurgent contre les acquis démocratiques jetés aux orties par Talon

Dans le cadre de la commémoration du 27ème anniversaire de la conférence Nationale des forces vives de la nation, la coordination nationale de l’alliance des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) a fait hier mardi 28 février 2017, une sortie pour non seulement rendre hommage aux braves hommes, femmes et aux martyrs, mais aussi pour dénoncer la politique du nouveau régime qui tend à évincer les acquis de cette conférence. Lire ci-dessous l’intégralité de la déclaration.

Publicité

COMMÉMORATION DU 27e ANNIVERSAIRE DE LA CONFÉRENCE DES FORCES VIVES DE LA NATION

*DÉCLARATION DE LA COORDINATION NATIONALE FCBE*

COTONOU, LE 28/02/2017

Béninoises et Béninois,

Le 28 Février 1990, à pris fin au Bénin, la conférence des forces vives de la nation. C’était la clôture d’une période de concentration extrême pour tout un peuple. Le génie béninois s’était alors révélé à l’Afrique  et au monde par ces assises historiques. Pendant ces quelques jours,  la pensée unique à été enterrée et le renouveau démocratique à ouvert la voie à un nouveau modèle développement basé sur la démocratie pluraliste et le libéralisme économique. Cela a conduit à l’instauration d’un état de droit assorti de la liberté d’association, d’expression, de religion et le multipartisme  intégral. Il faut signaler que ces résultats ont été obtenus au prix d’importants sacrifices consentis par notre vaillant peuple et surtout par sa jeunesse. C’est  le lieu de rendre  hommage  à  ces braves hommes et femmes et à ces martyrs qui ont inscrit leurs noms dans la lignée de nos héros nationaux.

Publicité

Les gouvernements qui se sont succédés depuis 1990 se sont employés à préserver  cette orientation globale et surtout ces acquis  facteurs de paix, de cohésion sociale, de développement et de justice sociale. Mais,  depuis le 06 avril 2016 la tendance est plutôt inquiétante. On note les manifestations d’un capitalisme sauvage avec tous ses corollaires que sont le mépris pour les couches les plus pauvres pressurées à souhait, le refus de toute contradiction et la répression de tout mouvement de protestation.

     Au plan économique, la politique de concentration des ressources de la Nation dans les mains d’un clan se poursuit. Cela se traduit par les décaissements en violation des procédures légales et réglementaires, l’attribution des marchés avec la prédilection pour le gré à gré en faveur des proches du pouvoir et les emprunts massifs inconsidérés sur le marché financier.

       Le mouvement étudiant a servi de ballon d’essai pour museler les forces politiques, les tétaniser et asseoir la dictature. La répression sur ce mouvement a été très rude : Suspension des organisations faîtières, Exclusion et interdiction de séjour à l’Université pour les responsables,  dispersion d’une conférence de presse hors du campus universitaire ect… Le fait le plus révélateur de l’intention du pouvoir est la volonté de mettre en place,  par décret présidentiel, une organisation à sa dévotion pour embrigader les étudiants. N’est -ce pas un retour à la  COOPÉRATIVE UNIVERSITAIRE   de triste mémoire ? Un des arguments développés pour ces actions sur les organisations d’étudiants  est qu’elles sont trop nombreuses et ne s’entendent pas. Cela n’est -il pas valable pour les syndicats et les partis politiques ? Déjà les actions contre la presse, la volonté manifeste du pouvoir de politiser la justice et l’administration corroborent  cette intention d’un pouvoir débridé dans son ensemble. Cette situation exige de la part des démocrates une vigilance de tous les instants.

    Sur le plan social, la misère induite par les choix politiques et économiques de la Rupture est réelle :  suppression des milliers d’emplois, déguerpissement  des petits producteurs des espaces publics sans la moindre préparation ni mesure d’accompagnement etc.. Tous les gouvernants sérieux dans le monde élaborent des politiques *pour s’attaquer à la pauvreté, celui de notre préfère s’attaquer aux pauvres*.

    Je voudrais, à ce stade de mon propos, dire au peuple béninois toute la compassion de l’Alliance FCBE. En effet, le pouvoir actuel s’emploie à ne lui infliger au quotidien que des blessures et de l’humiliation. Nous constatons avec beaucoup d’amertume et de tristesse que les appréhensions et inquiétudes exprimées lors de notre dernier Conseil National tenu le 03 décembre 2016 n’ont cessé  malheureusement d’être confirmées  par les actes et décisions du pouvoir du Nouveau Départ, alias Rupture devenu celui du Bénin Révélé.

      Au regard de ce tableau on ne peut plus sombre de la réalité sociale du Bénin d’aujourd’hui,  il est loisible d’affirmer sans se tromper que les populations ont en face d’elles, le pouvoir le plus méprisant, plus brutal et le plus liberticide depuis la conférence nationale des forces vives de la nation de Février 1990. Il s’ensuit que tous les acquis démocratiques, sociaux et politiques sont sans hésitation brutalement jetés aux orties.

      Peuple béninois, la dictature est désormais à nos portes. Personne ne peut plus se dérober. L’équation est simple, il s’agit de renouer avec la démocratie chèrement acquise ou de retomber dans l’arbitraire d’avant conférence nationale. Il n’est plus possible d’esquiver. Chaque béninoise, chaque béninois, chaque parti politique,  toute organisation de la société civile se doit de choisir de combattre pour restaurer la démocratie ou de collaborer et contribuer au déclin de la nation béninoise.

        La remise en cause continue des acquis de la Conférence nationale est particulièrement inquiétante. Or, c’est la Constitution de décembre 1990 qui a codifié les décisions de février 1990. Si l’on ne prend pas garde, le nouveau texte de la constitution en cours de révision, risque de colporter les nouvelles normes anti démocratiques que le pouvoir actuel tente d’imposer au peuple. L’Alliance FCBE en appelle à la vigilance du peuple et des Députés pour que le nouveau texte soit largement débattu. Par ailleurs, nous rappelons que si les fondamentaux de la constitution actuelle devrait être touchés, il faudra nécessairement mettre en place une Assemblée Constituante suivie d’un référendum. Elle pourrait alors examiner l’ensemble des réformes prenant en compte des défis nouveaux notamment politiques, économiques, environnementaux et sociaux pour l’épanouissement de notre peuple, la modernisation du Bénin pour en faire une grande nation digne de notre histoire, des traditions de lutte de notre peuple et de son génie.  

           

VIVE la démocratie !

Vive le Bénin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *