Laurent Mètongnon: « L’option économique du leasing ne permet pas d’éviter les nids de corruption »

Le nouveau mode de gestion du parc automobile de l’Etat appelé leasing, décidé par le gouvernement lors du conseil des ministres du 15 février 2017, était au cœur d’une interview que Laurent Mètongnon a accordé à la station de radio soleil fm.

Publicité

Le Secrétaire général de la fédération des syndicats des travailleurs de l’Administration des finances affirme qu’il n’est pas convaincu du leasing qui consiste en la location de véhicules à longue durée. A en croire ses propos, ce sont des hommes d’affaires qui veulent donner satisfaction à des hommes d’affaires bien choisis et ciblés. Il dit ne pas maîtriser la procédure qui sera adoptée : Est-ce un appel d’offre ouvert ? Une consultation restreinte ou  un gré à gré ?

L’utilisation rationnelle des véhicules qui sont dans le pool résout ce problème de mal gouvernance, pour ceux qui ont fait appel au leasing. Au garage central il ne devrait pas avoir que des conducteurs de véhicules administratifs, mais aussi des mécaniciens, soutient le secrétaire général.  Il estime que les dotations d’amortissement et de carburant données aux directeurs de sociétés doivent être supprimées.

« Lorsqu’on n’a été élu chef de l’Etat, c’est pour une bonne gestion des affaires de l’Etat. Même si on est un homme d’affaires et qu’on est à la tête d’un Etat, il vaut mieux écouter l’administration, écouter les hommes et non se contenter de ne faire ce que ce l’on pense. Ce n’est pas ce qu’on n’a vu en France qu’il faut transporter et essayer ici. Si c’est cela la révélation, c’est grave parce que ça fait plusieurs pas en arrière » a martelé Laurent Mètongnon avant d’ajouter que ce contrat bail de location appelé leasing est une erreur monumentale, car le leasing ne permet pas d’éviter les nids de corruption.

Le peuple a été trompé avec des chiffres. On peut tout faire mais la souveraineté appartient au peuple qui décide de toutPar ailleurs, il est à rappeler que le leasing selon le ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence devrait permettre de réduire les charges de l’Etat et soulager les caisses du trésor.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *