CNSS : Magouille autour d’un concours de recrutement

CNSS : Magouille autour d’un concours de recrutement

La direction de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) d’ordinaire calme, risque d’être perturbée dans les jours à venir par un mouvement d’hu

Bénin: Le domicile de Laurent Mètongnon perquisitionné

La direction de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) d’ordinaire calme, risque d’être perturbée dans les jours à venir par un mouvement d’humeur des travailleurs.

Et pour cause, le dernier concours de recrutement d’agents au profit de la caisse, dégage une forte senteur de magouille. Les travailleurs qui soupçonnaient cela depuis le début du processus ont été abasourdis une fois que la liste des candidats retenus après la phase des épreuves écrites, a été publiée. Sur la liste figurent des parents de certaines autorités de la maison.

Personne n’a voulu rater l’occasion de positionner un proche parent à lui. Qui un enfant ou un frère, qui d’autre un neveu, une nièce ou encore des protégés ou des amis, qui ont été « récompensés ». Le Dg, le Dga, le Cp, le Drh, le Chef budget, le Sg du Syndicat national des agents de la sécurité sociale (Synass), le syndicat de la maison… ont tous réussi à

placer l’un des leurs à cette première étape -la plus difficile à affranchir- de sélection.

Tout s’est passé dans une grande intelligence entre la direction et le Synass, dont le Secrétaire général reste un des plus grands soutiens dans la maison. Plusieurs membres, si ce n’est la quasi-totalité des membres dudit syndicat, ont aussi été favorisés puisqu’ils ont réussi à placer l’un des leurs. Une très bonne stratégie de fraude trouvée pour crédibiliser le concours, puisque quand tout le monde y a son intérêt, personne ne dénonce plus rien. Mais mal leur a pris puisque l’opacité entretenue autour de ce concours n’a pas pu échapper à tout le monde.

Ce concours a commencé avec des pratiques peu orthodoxes. Aucun appel d’offres n’a été lancé pour recruter le cabinet chargé de faire le recrutement, aucun syndicat de la maison n’a suivi le déroulement des choses, la phase écrite a connu quelques irrégularités comme les décalages entre les heures des compositions, des épreuves de composition mises dans des enveloppes non scellées… Lancé pour permettre à terme le recrutement de 94 agents, ce recrutement a été confié au cabinet « Agefic », une pratique contraire à la tradition observée dans cette société depuis des lustres, où c’est le Ministère de la fonction publique qui organise les concours de recrutements.

A une ère de rupture où le gouvernement prône la fraude zéro aux concours de recrutement, il y a nécessité d’arrêter la procédure et de chercher à y voir clair.  Ce serait un grand service rendu à la justice sociale et à la transparence.

Commentaires

Commentaires du site 0