Paul Essè Iko : Le partenariat Public-Privé est devenu « Tout pour le privé »

Paul Essè Iko : Le partenariat Public-Privé est devenu « Tout pour le privé »

L’objectif de cette formation était d’aider les participants à mieux appréhender les tenants et aboutissants des lois relatives au recrutement des collaborateurs externes...

Bénin : Les syndicats dénoncent des textes de loi et désapprouvent la gestion Talon

La Confédération Syndicale des Travailleurs du Bénin (Cstb), a tenu ce jeudi 27 avril 2017, l’assise de son bureau directeur national. Cette rencontre a été précédée d’un séminaire de formation à l’endroit des militants.

L’objectif de cette formation était d’aider les participants à mieux appréhender les tenants et aboutissants des lois relatives au recrutement des collaborateurs externes, et sur l’embauche en République du Bénin.

A l’occasion de la tenue de l’assise de son bureau directeur national, ce jeudi 27 Avril 2017, la Confédération Syndicale des Travailleurs du Bénin (Cstb), a organisé un séminaire de formation à l’endroit de ses militants. Basée sur le thème : « Les lois scélérates sur l’emploi : la désarticulation de la fonction publique et l’aggravation de la précarisation dans le secteur privé. », cette formation a réuni de nombreux participants venus de plusieurs départements du pays.

Selon le Secrétaire Général de la confédération, Paul Essè Iko, le Bénin est frappé aujourd’hui par un mal vivre profond, sur les plans économique, politique et social. « Le partenariat Public-Privé est devenu ‘’Tout pour le privé’’, avec la tentative de liquidation des bases de l’Etat et … on s’en prend ouvertement aux acquis démocratiques progressifs des travailleurs et du peuple », a expliqué Paul Essè Iko.

« La présente assise offre le cadre idéal pour répondre et se prémunir », insiste-t-il pour finir. Cette formation est considérée par les organisateurs comme une réponse pratique à cette situation politique nationale, caractérisée par une ‘’crise multidimensionnelle’’.

Par le biais de cette formation, la Cstb vise à informer ses adhérents sur les conséquences qu’engendrerait l’exécution de ces lois sur le monde du travail au Bénin. Et pour les aider à se prémunir contre ces lois qu’elle qualifie de ‘’scélérates’’, la cstb à faire suivre deux communications à ses militants. La première, portant sur les collaborateurs externes a été donnée par Laurent Mètognon de la Fesyntra-Finances.

Le communicateur s’est évertué à faire l’historique des différentes procédures de recrutement dans la fonction publique, que le Bénin a connu jusqu’aujourd’hui, et a démontré en quoi la loi n°2017-03 portant régime général d’emploi des collaborateurs externes de l’Etat, est en déphasage avec le statut général de la fonction publique béninoise.

La seconde communication a été quant à elle, présentée par Boris Hounvènou, administrateur des finances et membre du Fesyntra. Il a à son tour, expliqué à l’assistance la loi fixant les conditions et la procédure d’embauche, de placement de la main d’œuvre et de résiliation de contrat de travail en République du Bénin. L’assise a pris fin avec la réunion du bureau directeur national, qui en son sein a décidé des actions à mener très prochainement par la confédération

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    Septime Potan DAUDET 4 mois

    Moi ce qui m’inquiète c’est qu’avec ce cortège de dénonciations sur tant de faits répréhensifs qu’on ne puisse rien faire.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 4 mois

    – Privatisation des points névralgiques de passage et de contrôle des échanges du pays,
    – expropriation des acteurs béninois, des activités économiques rentables pour les remplacer par des sociétés opaques,
    – tentative de création d’espace légal, pour accroître la présence de ressources externes (étrangères) dans la fonction publique,
    – folklorisation de de la Culture et des institutions traditionnelles,

    Tout ça sur fond de de tentatives répétées d’une emprise totale sur les institutions locales (mairies) et les pouvoirs nationaux (révision constitutionnelle).

    Hum… Il y a 120 ans, ça portait un autre nom…

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 4 mois

    Oui esse iko , moi je dirai même du PPP , PTPT ( pour : partenariat tout pour talon )

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 4 mois

      Plus précisément “Ollah” par TALON. Je me pose la question d’après: pour qui ?