Relance du Pvi: Les contre-vérités de Koupaki

Relance du Pvi: Les contre-vérités de Koupaki

Contrairement aux allégations mensongères du Secrétaire Général de la Présidence de la République, Pascal I. Koupaki, le contrat du PVI avait été bel et bien résilié.

Lettre à la Communauté Internationale : Social Watch dénonce les dérives du régime Talon

Dans sa présentation du compte rendu du Conseil des ministres du 15 mars 2017, le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la république, a affirmé que le contrat du Pvi n’avait pas été résilié au temps du président Talon. Sauf à vouloir créer la confusion, cette allégation est contraire à ce qui s’est réellement passé.

Dans sa présentation du compte rendu du Conseil des ministres du 15 mars 2017, le ministre d’état, secrétaire général à la présidence, a annoncé que Le Conseil des ministres du 15 mars 2017 a décidé de la reprise des activités du Programme de vérification des importations – Nouvelle génération, au Port de Cotonou. La société Bénin Control du Chef de l’Etat renaît donc de ses cendres, depuis le 1er avril 2017.

Contrairement aux allégations mensongères du Secrétaire Général de la Présidence de la République, Pascal I. Koupaki, le contrat du PVI avait été bel et bien résilié. Et pour cause. Le Gouvernement d’alors était passé de la mise en demeure (le 25 avril 2012) au Conseil d’Administration de Bénin Control SA, à la résiliation du contrat N°20/ MEF/ MPDEPP-CAG/ MDCEMTMIP/ DNCMP du 9 février 2011.

«Le marché vous a été attribué à cause des références techniques de SGS qui disposent d’une bonne expérience dans la mise en place du PVI pour le compte des gouvernements. Mieux, la notification d’attribution définitive du marché a été faite au groupement SGS-BENIN CONTROL; malheureusement SGS a disparu et les documents que vous produisez ne comportent que BENIN CONTROL, qui est sans expérience en matière de PVI. C’est ainsi que nous notons que le contrat a été signé par vous-même au nom de BENIN CONTROL SA, et non au nom du Groupement SGS-BENIN CONTROL SA», fait constater le Secrétaire Général du Gouvernement au Président du Conseil d’Administration de Bénin Control SA, dans un courrier en date du 25 avril 2012.

Les vraies raisons

Que s’est-il alors passé pour que le contrat soit résilié ? Les vraies raisons de la résiliation du contrat du PVI ! Dans une correspondance en date du 22 août 2012, la Directrice nationale de contrôle des marchés publics, Bibiane ADAMAZE SOGLO, a résilié le marché relatif à la mise en place du PVI de Nouvelle Génération. Et pour cause, le Groupement SGS-Bénin Control a été déclaré attributaire définitif de ce marché signé le 09 février 2009.

Mais en juin 2011, le Ministre de l’économie et des finances a été saisi par la Société Générale de Surveillance (SGS)-SA, opérateur de référence du Groupement SGS-Bénin Control, qui déclarait n’être plus impliqué dans le PVI, et de ce fait ne sera plus en mesure d’assurer la moindre assistance technique, financière ou autres, relativement à ce programme comme prévu dans la soumission du Groupement.

Le 20 août 2012, l’autorité de régulation des marchés publics, donnant son avis sur ledit contrat, a affirmé que «le retrait de la Société SGS alors qu’elle est le représentant légal et le mandataire du groupement, remet en cause l’existence du contrat dès lors qu’aucun autre membre dudit groupement n’est habileté à traiter avec l’Autorité Contractante, qui se retrouve sans interlocuteur légitime pour l’exécution de ce contrat». Ibrahima Soulémane avait alors donné son avis favorable à la résiliation du marché, après également avis favorable de la Direction nationale de contrôle des marchés publics.

Comme si cela ne suffisait pas, le 07 mai 2012, le vice-président de la SGS, Roger Kamdem Kamgaing, a fourni certaines informations au Gouvernement béninois pour montrer la bonne foi de son entreprise. Il ressort de ses clarifications que c’est Patrice Talon qui avait pris contact, fin 2010 avec la SGS, pour la rassurer sur la transparence dans la passation des marchés publics au Bénin. La SGS a donc accepté collaborer avec «le roi du coton».

Mais, selon les explications de Roger Kamdem Kamgaing, une fois l’appel d’offres du PVI signé, «Bénin Control a décidé de revoir les termes du contrat qui le lie à la SGS du point de vue opérationnel et financier». A en croire une note diplomatique, «cette difficulté s’est accompagnée du malaise créé par la décision de Bénin Control de surévaluer le coût des prestations au Gouvernement». SGS avait souligné que «le taux appliqué par Bénin Control pour ses prestations était trop élevé par rapport aux standards internationaux, et mérite d’être sérieusement révisé à la baise pour donner du souffle à l’économie béninoise».

Face à cette situation, SGS a décidé de se retirer du projet. Elle avait immédiatement averti le Ministre de l’économie et des finances. Sa part du capital avait été cédée à Bénin Control. Contrairement aux objectifs qui ont conduit à la mise en œuvre du Programme de Vérification des Importations de nouvelle génération (PVI-ng), notamment la compétitivité du Port Autonome de Cotonou, le Programme de Vérification des Importations de nouvelle génération, a été identifié au titre des obstacles qui n’ont pas accéléré cette compétitivité.

Selon le conseil des ministres du 2 mai 2012, il n’a pas favorisé l’amélioration attendue du Programme de Vérification des Importations de Nouvelle Génération (PVI-Ng) sur des ressources de l’Etat, notamment des ressources douanières. «De même, les effets de la mise en œuvre du Programme de Vérification des Importations de Nouvelle Génération (PVI-Ng), ont contribué à une escalade des prix dans les marchés, dégradant du coup le pouvoir d’achat de nos concitoyens», fait constater ledit conseil des ministres.

Koupaki le sait, Talon aussi

C’est sur cette base que le Conseil des Ministres, à l’issue de sa séance du 25 avril 2012, avait pris ses responsabilités pour sauver le port et l’économie nationale. Car le risque de menaces de boycott du port de Cotonou par certains pays de l’hinterland (Burkina- Faso, Niger, Mali, etc.), qui s’opposaient au scanning des marchandises en transit et destinées à leurs pays était grand. En résumé, le contrat du PVI avait été légalement résilié pour des raisons bien précises et convaincantes ; Talon et Koupaki le savent très bien. C’est d’’ailleurs pourquoi le peuple béninois appelle au retrait «immédiat» du PVI pour nous éviter les souffrances de 2012.

Etude de résiliation de contrat

Avis contrat SGS – Bénin Control

Commentaires

Commentaires du site 32
  • Avatar commentaire
    Pompinas 4 mois

    Tunde,
    Lisez bien entre les lignes.lnt parle de”de la mise en demeure de ….2012 à la résiliation ” du contrat n….. 2011.
    C’est bien clair.

  • Avatar commentaire
    sonagnon 6 mois

    La mise en oeuvre du PVI est un acte illégal, KOUPAKI comme TALON et tous les autres en répondront!!!!

  • Avatar commentaire
    Helian 6 mois

    J’avais dit que la constitution était l’arbre qui cachait la forêt. Le pvi est un cancer pour la prospérité du Benin. Il faut que cela soit arrete. J’ai même dit au pire la facture et que talon nous foute la paix.

  • Avatar commentaire
    Toudonou 6 mois

    Koukpaki se retrouve à validité le piège dans lequel il avait entraîné l’ancien régime. Même chose pour la sodeco.Qu’il dise des mensonges pour se défendre aujourd’hui n’est que la preuve de son dévouement à servir son maître talon.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 6 mois

    On va faire court. Le fait que l’affaire soit révélée par des anti-TALON ne change rien. Ce n’est pas que de la médisance. ce sont des faits objectifs rapportés par qui-on-s’en-fout.

    Il s’agit encore de combines que cette histoire de PVI. Et après cette histoire de révision, je pressent que que ça va être la deuxième couche pour la “belle équipe” au pouvoir.

  • Avatar commentaire
    Amaury 6 mois

    PIK ne peut que mentir, lui haut cadre de la BCEAO devenu coursier du Président.
    La gestion de ce dossier dans les règles de l’art est très compliquée avec les sentences arbitrales prononcées. Toutefois, le candidat TALON avait dit qu’il n’allait pas réclamer les dommages et intérêts infligés au Bénin et a omis de nous dire qu’en contrepartie il rétablirai le PVI.
    S’il faut une lutte pour demander le retrait du PVI, elle doit être mené par les douaniers.

  • Avatar commentaire
    Comlan 6 mois

    Bonjour j’ai toujour considéré la nouvelle tribune comme un journal très sérieux par lequel on pouvait vraiment s’informer.
    Je voudrais demander à LNT pourquoi le contenu votre article de presse est exactement le même que celui publié ce même jour par Matin Libre avec juste des titres différents . le même journaliste avec 2 noms différents travaille -t-il à la fois chez vous et chez matin libre?

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji 6 mois

      Cher ami. Vous vous donnez des cheveux blancs pour rien. Lnt fait certainement un sacré boulot avec des moyens très limités. D’où la nécessité qui s’impose à elle de faire de la com de temps en temps pour arrondir les fins de mois, quitte à tomber parfois dans le panneau de la désinformation.

      Bon c’est pas interdit non plus hein…tant que ça ne tue personne.

      • Avatar commentaire
        GbetoMagnon 6 mois

        “la nécessité qui s’impose…de faire de la com…pour arrondir les fins de mois” Mdr !!

        Quel e.n.f.o.i.r.é que cet “Agadjavidjidji” 🙂

        • Avatar commentaire
          aziz 6 mois

          enfoiré..,? le mot est petit..

          son fion est abimé..le petit aboméen…de prince pkayo

          Il est devenu malgré lui…spécialiste du deni..de la contorsion….voir du mépris pour les beninois…qui ch ient du sang

          il fait partie…des gens…à…tot le matin..pour intelligence avec l’ennemi

          • Avatar commentaire
            aziz 6 mois

            A un moment donné de nos petites..vies nous avons des comptes à rendre d’abord à nos consciences d’hommes et de femmes

            C’est apres celà que nous rendront compte au bon dieu…de ce que nous avons fait dans ce monde

            Que se dira pik…au soir de sa vie

            Que se dira abt,charles et saka et la grosse obesse dondon de mathys…

            Avoir trahi le peuple beninois…par le narcissisme ,leur égoisme et ne penser qu’à leur petite carriere..

            Dogbenou et azanai…pour eux ..je m’inquiete pas….du tout

            Ce sont des f o n..et leurs agissements..sont conformes…à leur nature

            Il suffit de voir leur visage…pour savoir…que ce sont des gens…en qui il ne faut pas avoir confiance

            Trahir ..co mploter,intrigueurs…ils le sont ..ils le resteront

            C’est dur à entendre…mais comme ça ..c’est du azizisme..la verité crue…

      • Avatar commentaire
        Tundé 6 mois

        Agadjavi, la désinformation est si flagrante que l’article dit ceci : Le Gouvernement d’alors était passé de la mise en demeure (le 25 avril 2012) au Conseil d’Administration de Bénin Control SA, à la résiliation du contrat N°20/ MEF/ MPDEPP-CAG/ MDCEMTMIP/ DNCMP du 9 février 2011. Fin de citation.

        A votre avis , comment la date de la mise en demeure 25 février 2012, peut être antérieure à la date de la résiliation 9 février 2011 ?

        L’intoxication fait du journalisme . C’est honteux . PIK est droit dans ces bottes

  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou 6 mois

    Dommage que TALON n’ait pas démenti les détracteurs qui prédisaient qu’il n’allait rien faire d’autres que de s’approprier toutes les richesses du pays. En 01 an, il ne s’est occupé que de ses affaires, aggravant la paupérisation des citoyens déjà à bout. Ce Président est sans coeur, insensible à la misère de son peuple qui l’a élu. Il prône la patience pendant que Lui se met plein la poche. Est-ce là le mandat unique qu’il veut nous imposer? Mandat unique synonyme de Pillage-Vol-accaparement de tous les biens du pays-insensibilité à la misère de son peuple. Si c’est cela, nous ne voulons pas d’un tel mandat unique.

  • Avatar commentaire
    Cathie 6 mois

    Même technique que Talon a toujours utilisé dans le coton. Il remporte les appels d’offres par des magouilles, ensuite, il augmente les prix toujours avec la complicité des mêmes, Pik et consorts. Talon est un véritable E-S-C-R-O-C à la tête du pays. Par ailleurs, j’espère que le tribunal va être saisi par cette affaire de corruption des députés pour le vote du projet de la révision de la constitution. Madame Rosine SOGLO a avoué qu’elle a reçu de l’argent. Le tribunal devrait enquêter pour démasquer tous les députés qui ont reçu de l’argent de ce V-O-Y-O-U de TALON.

  • Avatar commentaire
    Louise 6 mois

    Eh oui, quelqu’un a-t-il la décision de cette cour d’arbitrage pour éclairer notre lanterne?

  • Avatar commentaire
    DeboutLeBénin 6 mois

    Même si le tribunal arbitral a donné entièrement raison à Talon, pour des raisons d’éthique, il ne devrait pas remettre le PVI sur selle en l’état. Il vient d’entériner la thèse selon laquelle il devient président pour régler ses affaires et non servir le peuple. Aujourd’hui, Rodriguez devrait être fier dans sa peau. Talon doit savoir que entre la politique et les affaires, ça peut faire mal et très mal même.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 6 mois

    Bel article , implacable ,rigoureux et précis , n’en déplaise aux ruptucons . Du combat de LNT pour la vérité, la réalité des faits , une meilleure justice sociale , la democratie apaisée du benin etc etc , comme le combat de l’UNAMAB du ” terrible ADJAKA , de l’intrépide ESSÉ ICKO , et même des désabusés par l’es.crocs de talon , des syndicalistes comme lokossou , todjinou , chadaré qu’on voit donner du ton et battre le pavé avec les forces patriotiques contre les ruptucons .
    N’ayez crainte , le peuple très bientôt et aprés la mobilisation contre le projet bidon de talon et djogbenou , va se rebeller contre cette remise en route du PVI de talon l’es.croc , et PIK dont la conscience noire , trouble et fétide est à exécrer piétiner , vomir dessus

    • Avatar commentaire
      SEGNI 6 mois

      Pardon, j’ai trouvé du travail comme des centaines de mes compatriotes à Bénin control. Nous sommes plus de 600 agents permanents avec un contrat de deux ans renouvelable, dixit un ami. Toi tu es Oumar Olla qui doit faire la veille afin que le millier d’emploi occasionnel que va générer cette activité ne tombe pas à l’eau comme en 2012. Que les dirigeants actuels soient tous des escrocs comme tu le prétends, les milliers de jeunes veulent du travail et la richesse que cette activité va créer permettra au régime dont tu souhaites l’échec de réussir une partie de son projet.

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 6 mois

        Segni, pauvre type et lamentable que tu es , donne moi le PVI et c’est un emploi à durée indéterminée que tu auras avec un salaire de ministre ,pour toi et tes comparses certainement ruptucons , et il va m’en rester suffisamment pour m’acheter des Bentley, rôles et m’offrir des terrains de l’état à 900 millions , m’offrir des députés à coup de millions pour les forcer à voter un budget bidon irréaliste et irréalisable, puis un projet de révision bidon etc etc etc ,; bon segni faut pas me chauffer le cœur hein !

      • Avatar commentaire
        Gont Gont 6 mois

        Tu es pitoyable SEGNI; tu es encore plus malheureux d’autant que tu ne penses qu’à toi, et toi seul à l’image de ton mentor l’es.croc.
        Que dis-tu des milliers d’emplois supprimés par ton ban.dit de président dans l’agriculture, au port, et j’en oublie. Aujourd’hui, lorsqu’il s’agit de toucher à tes intérêts, tu nous parles d’emploi. Tu es tellement vil que tu me donnes envie de vomir. Tu es pathétique et sans vergogne. Tu ne penses qu’à toi et à tes intérêts. Malheureux va!!!!

      • Avatar commentaire
        Paul Ahéhénou 6 mois

        SEGNI… tu sias combien d’emplois TALON a déjà supprimés depuis 01 an qu’il est arrivé au pouvoir? Ce n’est pas 600 ni UN millier, mais des milliers, juste pour remplir ses comptes en banque déjà débordants. Quel égoïste ce président!!! Un vrai vampire de l’économie nationale!

      • Avatar commentaire
        Big 6 mois

        Ah donc c’est les emplois de Benin controle qui vous préoccupent @segni
        Ce gouvernement cynique et sans coeur n’a pourtant eu aucun gène à détruire des milliers d’emplois en quelques mois! Sans oublier la fermeture de la STTB au port. On va combattre ce PVI et ton BC!

  • Avatar commentaire
    aziz 6 mois

    La vérité…c’est que cette technique..de vo you..est bien connu..par tous les crimin els économique et financiers

    Actuellement au niger..une affaire similaire fait du bruit..et menace meme la stabilité du pays…

    La verité..c’est que le duo..talon yayi est à la base..de nos problemes

    La verité..c’est que sans le savoir..yayi avait en son sein..des taupes et trait es comme pik,et la grosse mathys..dans cette histoire de pvi

    La verité…c’est que tous ceux qui pensent…que le dessein…de talon….est subitement le bonh eur de ce peuple se trompe…

    La verité..c’est que talon et son clan…et ses complices..ne sont rien d’ autres que des préda teurs…..et la monture de ce projet de const..en une manifestation….

    La verité..c’est que justice sera faite..d’une maniere ou d’une autre…à ce peuple..abusé

    • Avatar commentaire
      SEGNI 6 mois

      Cher Aziz, prédateurs ou part nos dirigeants, faire la veille de Bénin Control et PVI!

  • Avatar commentaire
    Hippo 6 mois

    Oui, dommage. Cet article est un peu tendancieux. Puis dans un journal de renom on ne prononce pas de propos inadéquats comme “allégations mensongères du Secrétaire Général de la Présidence de la République”
    Je recommanderai a nos journalistes de faire de temps en temps des stages de rédaction. Les propos que des fois sont utilisés sont souvent des propos utilisés par les tabloid, pas par les quotidien de renom.

    Ensuite il ne faut pas oublier les décisions de la cour d´arbitrage de justice qui manquent. On peut etre contre PVI, mais il faut écrire de façon honnête.

    • Avatar commentaire
      Baba Didier 6 mois

      Oui pour raconter l’histoire on aurait pu ajouter l’arbitrage. Mais ce n’est pas le propos ici. Si arbitrage à été nécessaire c’est parce que le contrat à été résilié. Ce que ne semble pas reconnaître le Ministre. C’est juste de ça que parle l’article. Les raisons de cette resiliation. Mais ça fait froid dans le dos.. Je serai toujours étonné par cette histoire… Un consortium gagne un appel d’offres et un des membres se désiste.. Mais le marché est nul et doit être au moins repris même en farce.. Non comme on avait le pouvoir de Yayi dans la poche on a passé outre en signant le contrat avec la seule entité qui restait… C’est légal ça ?

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji 6 mois

      Ce n’est pas un article. C’est un torchon filé à Lnt par un des pourfendeurs du régime, moyennant retribution. Dans le jargon, cela s’appelle de la com.Ne soyez pas naifs.

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 6 mois

        Agadjavi raisonne par le trou de son c.ul infecté

        • Avatar commentaire
          aziz 6 mois

          ollah..un peu de tenue quand meme

          Tu n’as pas interet à chercher la bouche..à me petit agadjavi..

          Prince pkayo et agbangbanloké…il participe bien à notre forum…

          Je suis son “koro”…et s’il a quelqu’un pour lui botter…le c..ul c’est le sultan seul..

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 6 mois

      Nous sommes contre un tel arbitrage qui arrange les bandits de grand chemin qui qui dépouillent l’Etat au détriment de tout un peuple. La souveraineté du peuple béninois prime sur toute autre considération dans cette affaire. L’Etat ne doitnpas être une source d’enrichissement personnel.

  • Avatar commentaire
    Septime Potan DAUDET 6 mois

    Tout cela nous éclaire sauf que dans votre article vous ne dites rien de l’arbitrage. SPD

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 6 mois

      Ce juge arbitre à Abidjan est un fé.lon , cor.rompu , vo.leur qui a pris de l’argent chez l’es.croc de talon et dans d’autre affaire , et qui a fini par être dénoncé, découvert , puis radié à vie de l’instance judiciaire de l’ohada ; faites l’enquête et vous saurez