Revirement sur le mandat unique: Comment Talon a berné tout le monde

Revirement sur le mandat unique:  Comment Talon a berné tout le monde

Pendant la période de campagne et ses premiers mois au pouvoir, Patrice Talon a réussi à se donner une image d’homme d’honneur et de parole. Un an apr

Mandat unique : Iréné Agossa sonne la charge contre Talon

Pendant la période de campagne et ses premiers mois au pouvoir, Patrice Talon a réussi à se donner une image d’homme d’honneur et de parole. Un an après, l’image s’est détériorée avec la fluctuation du discours présidentiel. Et le volte face du samedi dernier sur l’option du mandat unique en est une illustration.

Un discours fluctuant comme le taux d’échange du naira et qui cache mal un personnage lunatique. Après la période de séduction, Patrice Talon retourne à sa vraie nature. Celle d’un homme dont les propos varient au gré de ses intérêts du moment. Un habile politicien qui a su surfer sur les inquiétudes et des acteurs du moment pour agiter des idées qui ne laisseront personne indifférent. L’exemple de la promesse du mandat unique le prouve à suffisance. En quête de soutien et surtout de voix, Patrice Talon a promis faire un unique mandat présidentiel. Pas deux.

Durant toute la période de campagne, il a sillonné le Bénin en vendant cette idée et en a séduit les foules. « En voilà un qui ne va pas s’accrocher au pouvoir », se disaient les uns et les autres, fiers de trouver enfin un homme politique différent des précédents, et qui aspire au pouvoir juste pour servir les autres. Populations et surtout candidats ont jeté leur dévolu sur lui, croyant ainsi avoir trouvé la perle rare qui leur manquait. Erreur. Il fallait qu’il fasse un an au pouvoir pour qu’on voit le Chef de l’Etat revenir sur sa parole.

On se rappelle que le 06 avril, lors de son discours d’investiture, Patrice a affirmé à la face du monde : «C’est pourquoi je ferai de mon mandat unique, une exigence morale en exerçant le pouvoir d’état avec dignité et simplicité. Je m’acquitterai de mes devoirs de président de la république avec humilité, abnégation et sacrifice pour le bien-être de tous. De la nation, je garderai toujours présent à l’esprit la conviction qu’elle est une et indivisible, étant persuadé que notre pays ne sera fort que s’il reste uni… ». Le 1er août 2016, répondant aux questions d’un journaliste, il répond :

« Si par extraordinaire le mandat unique, cette réforme, ne passait pas, dans tous les cas, je ferai, à titre personnel, le mandat unique pour montrer à mes concitoyens que j’y crois fermement » – Patrice Talon, 1er août 2016. Samedi 08 avril, son discours change. « En 2021, j’aviserai selon mon ressenti… ».

On comprend donc que cette promesse de mandat unique n’était qu’une de campagne. Qu’elle n’engage que ceux qui y croient et que, comme Macky Sall du Sénégal, Talon a juste utilisé cette idée pour arriver au pouvoir. Seulement voilà, cette déclaration risque de secouer sa famille politique. Abdoulaye Bio Tchané et Pascal Irénée Koupaki qui attendaient que le Chef de l’Etat fasse juste un mandat pour qu’ils aient, eux aussi, la possibilité de diriger le pays devront se rendre à l’évidence que les donnes ont changé et qu’en 2021, ils seront en compétition face à l’actuel chef d’Etat.

Bien que l’idée de briguer un second mandat n’est pas une mauvaise chose en soit puisque permise par la constitution actuelle, elle s’apparente à une trahison au regard de la promesse faite, et constitue un élément d’altération du capital confiance du président Talon.

Commentaires

Commentaires du site 0