Bénin: Mardi de tous les dangers à l’Assemblée nationale

Bénin: Mardi de tous les dangers à l’Assemblée nationale

Le rapport de la commission des lois relatif au projet de loi portant modification de la constitution du 11 décembre 1990, va-t-il recueillir la major

Constitution au Bénin : Penser aussi à la Haac et à la Haute Cour de justice

Le rapport de la commission des lois relatif au projet de loi portant modification de la constitution du 11 décembre 1990, va-t-il recueillir la majorité des trois quarts (3/4) que requièrent les dispositions de l’article 154 de la loi fondamentale, qui dispose : « Pour être pris en considération, le projet ou la proposition de révision, doit être voté à la majorité des trois quarts des membres composant l’Assemblée nationale » ?

Tous les regards sont tournés aujourd’hui vers les députés de la 7è législature au palais des gouverneurs à Porto-Novo, qui sont appelés à prendre cette première décision fatidique sur le projet de révision de la constitution. Les députés, malgré les amendements non favorables de leurs mandants sur ce projet de révision de la constitution, arriveront-ils à recueillir éventuellement les ¾, autrement dit le vote favorable de 63 élus du peuple ?

Ce n’est qu’à cette seule occasion que ledit projet passera à l’étape de l’étude proprement dite, et des amendements. Mais pour l’heure, les tractations vont bon train au sein des différents groupes parlementaires. On ignore encore le sort qui sera réservé à ce projet. Il faut préciser que ledit rapport sur le projet de révision de la constitution a été examiné et adopté en commission le 30 mars 2017 dernier.

Dans sa conclusion, ce rapport suggère que le projet en question soit pris en considération. Les députés dans leur majorité,  vont-ils se soumettre à cette conclusion ou la rejeter ? Wait and See

Les députés se prononcent ce jour sur la recevabilité du projet

L’Assemblée nationale ouvre ce jour la session sur le projet de révision de la constitution. Au regard de l’avalanche de contestations enregistrée ces derniers jours-ci au sujet du projet, cette session s’annonce très risquée pour les députés mais aussi pour l’avenir de notre pays.

Etre député béninois et être l’un de ces 83 importants messieurs qui votera ou non pour accepter le projet de la révision,  cela pourrait devenir un travail à haut risque par ces temps de révision constitutionnelle. Tant les responsabilités politique et sociale paraissent assez lourdes pour l’avenir du Bénin ou de la démocratie.

Le tollé suscité ces derniers jours par le projet met les députés dans une situation délicate qui les expose à la vindicte populaire s’ils votaient pour la révision. Autant leur vote peut faire d’eux des héros s’ils écoutent ces nombreux cris de cœur des populations. Il suffit qu’une trentaine de députés votent contre la procédure pour que le projet de  révision soit mis de côté.

Mais l’obstination des députés à passer cette loi en étude malgré les contestations ravivent les soupçons de manipulation, d’achat de conscience et d’un mécontentement général. Sans que le vote n’ait lieu, la plupart des centrales syndicales sont en grève, ainsi que l’unique syndicat des magistrats.

Plusieurs parmi elle ont même annoncé des jours de sit in sur l’esplanade de l’Assemblée, de quoi perturber la quiétude et l’obstination de ces députés. Ils auront donc à choisir entre la paix et les troubles,  entre faire plaisir à un président que de rester du côté du peuple qui l’a élu

Commentaires

Commentaires du site 0