Social Watch, Alcrer et Transparency international interpellent le gouvernement

Social Watch, Alcrer et Transparency international interpellent le gouvernement

Transparency international et le consortium Alcrer-Social Watch, ont organisé une sortie médiatique au Bénin Royal Hôtel, pour lancer un appel au gouvernement ...

Amnesty International Bénin lance la campagne «Osons le courage»

La mise en œuvre du plan d’actions et des recommandations contenues dans le rapport d’évaluation du Système national d’intégrité (Sni), et l’opérationnalisation des trois organes crées à cet effet, trainent. Hier 26 avril 2017, Transparency international et le consortium Alcrer-Social Watch, ont organisé une sortie médiatique au Bénin Royal Hôtel, pour lancer un appel au gouvernement en vue de rendre lesdits organes opérationnels. 

Il urge de rendre opérationnels les organes crées pour la mise en œuvre du plan d’actions, et les recommandations contenues dans le rapport d’évaluation du Système national d’intégrité (Sni). C’est ce qu’on peut  retenir de la sortie médiatique effectuée hier 26 avril 2017, à Bénin royal Bénin hôtel par Transpancy international et le consortium Alcrer-Social watch, qui conjointement appellent le gouvernement  à vite agir « pour faire fonctionner les organes crées pour exécuter le plan d’actions du rapport du Système national d’intégrité et de lutte contre la corruption.

En effet, après la remise officielle du rapport d’évaluation du système national d’intégrité (Sni) au gouvernement, par Transparency international et le consortium Alcrer-Social Watch le 29 avril 2016, trois organes ont été créés pour sa mise en œuvre. Il s’agit du Comité de pilotage, du comité exécutif interministériel, et du point focal. Pour l’exécution du plan d’actions et des recommandations contenues dans ledit rapport, chacun des trois organes su cités, a un important rôle à jouer pour l’atteinte des objectifs de Transparency International, que sont la promotion de l’intégrité et la lutte contre la corruption au Bénin.

Mais depuis leur création par décret ministériel du 4 avril 2017, ces trois organes ne sont pas opérationnels jusqu’à ce jours. Hier, Transprency international, Alcrer et Social Watch, sont donc montés au créneau pour appeler le gouvernement à prendre ses responsabilités.

« Nos attentes grandes  vis à vis de ces  trois organes. Il leur revient de concrétiser la volonté du gouvernement de l’appropriation et de la mise en œuvre du rapport d’évaluation du  Système national d’intégrité », a fait savoir Gustave Assah, président de l’Ong Social Watch, avant de demander au gouvernement de faire fonctionner les organes crées et d’engager les réformes institutionnelles.

Plaidoyer de réformes institutionnelles

Le plan d’actions prioritaire découlant de l’évaluation du système national d’intégrité du Bénin, propose des réformes institutionnelles urgentes pour renforcer le système d’intégrité et la lutte contre la corruption. Ces réformes consistent à autonomiser le conseil supérieur de la magistrature, par la création de trois pôles financiers spécialisés dans les tribunaux ; la réforme de la Haute cour de justice, notamment la dépolitisation de sa saisine et de l’instruction des dossiers par des magistrats, et non des politiques ; la mise à disposition de l’Association nationale de lutte contre la corruption (Anlc), d’un statut de police judiciaire, en vue de la rendre légalement habilitée à suivre les dossiers qu’elle transmet à la justice.

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 7 mois

    “De la transparence – Ester en justice…tout le monde sera fixé. Les allégations ….Mettez y fin…” C’est le rôle des Députés ( la représentation, le contrôle du peuple). Pour l’instant, il ne fonctionne de façon telle qu’attendue, dans une démocratie; que par à coup.

    Le FSP, la plateforme constituée par les syndicats, associations, partis politique, devrait se saisir politiquement de cette affaire et saisir la cour compétente en la matière ‘il y en a plusieurs en fait).

    On est dans ce que SPD soulève, au cœur des tares des systèmes d’inspiration française: l’absence de culture de contrôles de ceux, qui se sont vu délivrer le permis de gouverner.

    SI le FSP veut exister il doit agir (Assemblée, Justice) et cesser de se contenter de communiqués de presse.

  • Avatar commentaire
    Septime Potan DAUDET 7 mois

    De la transparence – Ester en justice Vingt Dieux – Ainsi tout le monde sera fixé.
    Les allégations de conflits d’intérêts, de fonds publics détournés, de trafic d’influence ….Mettez y fin et faites comme le citoyen Lambda qui a saisi la cour dans l’affaire cumul de fonction de Monsieur le ministre Djogbénou. Ce monsieur a fait preuve de courage. Faites comme lui. Vous interpellez le gouvernement ainsi que la communauté internationale. Vous vous trompez de procédure. Si vous considérez que les conflits d’intérêts sont avérés, ester en justice, saisissez la cour, elle tranchera ! C’est aussi simple et cela ne coûte rien : une lettre et un timbre. Ainsi tout le monde y verra clair. Cela va dans l’intérêt à la fois du peuple et du Président Talon. Moi je suis pour qu’on vérifie les accusations pour savoir le vrai du faux. Et ce n’est qu’une instance juridique qui peut le dire. Soit Talon est coupable ou il ne l’est pas. Quand on n’est pas d’accord sur quelque chose qui se passe dans une république, on attaque l’Etat au tribunal et ce droit au Benin est réservé à tout citoyen. Point-barre. SPD

    • Avatar commentaire
      sonagnon 7 mois

      La cour constitutionnelle n’est pas une juridiction compétente pour apprécier les faits de conflits d’intérêts et de corruption.

      La Haute cour de justice qui est compétente est paralysée et incapable de jouer son rôle, parce que subordonnée à l’autorisation de ceux là même qu’elle doit juger!!!

      Voilà le paradoxe et les incohérences de notre système judiciaure actuel.
      C’est pourquoi, les réformes institutionnelles proposées par ces ONG pour rendre cette juridiction autonome est salutaire. Mais il faut pouvoir les mettre en oeuvre, c’est là l’équation aujourd’hui.

      Donc la mobilisation de tous, pour faire aboutir ces propositions est un devoir sacré pour tout citoyen béninois digne du nom!!!

      • Avatar commentaire
        Septime Potan DAUDET 7 mois

        Tu as certainement raison. Mais je ne parlais pas que de la cour constitutionnelle mais de la juridiction compétente en la matière. Tu m’apprends que c’est la haute cour de justice qui doit être saisie. Elle est paralysée car SUBORDONNE…..On ne peut rien faire au niveau de la justice donc rien légalement?? j’avoue ne pas connaître bien le droit béninois…ça va finir comment? Je crains le pire! SPD

    • Avatar commentaire
      magbedo 7 mois

      Alcrer, Social Watch et consort laissez nous respirer un peu d’abord pour quelques temps de reprendre vos sale jeux. Vous proposez et vous saboter en même temps. Où étiez vous quand certains Béninois refusaient les réformes constitutionnelles sans en prendre connaissance du contenu pour une étude généralisée peut être sur un an. Et juste à 3 semaines vous revenez déjà pour créer d’autres fronts.
      Parlez au peuple Béninois plutôt dans la vérité que nous devons travailler pour construire une nouvelle économie que de penser une alouette qui tombera toute rôtie du ciel. Ne perdons plus du temps il nous faut travailler au Bénin, nous avons un don de Dieu le marché Nigérian. La sensibilisation n’est pas l’affaire du gouvernement seule. C’est aussi votre travail

  • Avatar commentaire
    sonagnon 7 mois

    Je ne savais pas de si interressantes propositions existaient!!!

    Pourquoi le gouvernement n’a pas intégré ces propositions dans le projet de révision de la constitution???

    Que les 22 +1 députés patriotes du parlement prennent ces propositions et en fassent un projet d’amendement à la constitution. Car Patrice TALON ne fera jamais ça!!!

    Alors que c’est justement ces dispositions pertinentes qui nous font défaut pour faire le ménage.

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON [ Emmanuel MACRON ] 7 mois

    Social Watch, Alcrer et Transparency international interpellent le gouvernement
    J’AI ENVIE DE RIRE QUAND LES OUVRIERS DE LA 25 EME OU 35 EME HEURE PERDENT LEUR TEMPS A INTERPELLER UN PRESIDENT D’UN PAYS CALME ET PACIFIQUE .
    PENDANT CE TEMPS , ON DELAISSE LE BURUNDI , LE TOGO , LA RDC ET CONSORTS OU TOUT EST VIOLE A CIEL OUVERT .
    RIEN QUE DES ARRIVISTES CES PLASTIQUES TRANSPARENTS !

  • Avatar commentaire
    Karl 7 mois

    M. Assah de socail watch que M. Assogba de Alcrer ne vienne pas surtout jouir maintenant des fruits de votre lutte. Il s’est tout le temps plongé dans un silence coupable au moment où vous meniez seul la lutte. Pas d’opportunisme de sa part. NON.

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji 7 mois

      De quel fruit parles-tu toi? T’as au moins lu l’article avant d’ânnoner.

      • Avatar commentaire
        Karl 7 mois

        Je ne perds pas mon temps à repondre aux griots comme toi. Gont Gont te prend déjà en charge ailleurs.

        • Avatar commentaire
          OLLA OUMAR 7 mois

          Karl , et si on le prenait en sandwich avec notre frère gont gont ? Son pseudo agavi nous disculperait