Dislocation de groupes parlementaires : Les clarifications de Fayomi Isaac

Dislocation de groupes parlementaires : Les clarifications de Fayomi Isaac

Le directeur des services législatifs du parlement béninois revient sur les récents mouvements concernant les groupes parlementaires.

Partenariat et droit de l’homme : L’Apf outille les députés au Bénin

Réagissant sur la démission officielle de plus d’une quinzaine de députés de leurs groupes parlementaires, Isaac Fayomi, le directeur des services législatifs du parlement assurent que les modalités de constitution et de formation des groupes parlementaires sont encadrées par le chapitre 5 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

« Les groupes parlementaires à l’Assemblée nationale se forment par affinité politique, il s’en suit que au cas où on n’a plus les mêmes affinités chacun prend sa route. On n’avait déjà connu cela par le passé », clarifie d’entrée à la presse le directeur des services législatifs du parlement, qui mentionne que dans toutes les lettres de démission que son service a suivi jusque-là les démissionnaires mettent souvent comme raison: ‘‘pour convenance personnelle’’ je démissionne de mon groupe parlementaire.

Dans ce cas de figure, et estimant que c’est une question hautement politique, Isaac Fayomi espère que les organes politiques de l’Assemblée nationale vont se retrouver et décideront de ce qui va advenir. « Mais il faut une reconstitution de groupe parlementaire, et ne soyez pas surpris que les gens reviennent à de meilleurs sentiments et que certains se retrouvent encore dans les conditions de créer leur groupe parlementaire avec quelques départs, et quelques députés d’autres groupes parlementaires » a soutenu le directeur qui pense que les questions du genre ne devraient pas traînées longtemps parce que ce sont les groupes parlementaires qui sont des structures d’animation politique au sein de l’Assemblée nationale.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 6 mois

    C’est la salade niçoise zut abomeenne à l’assemblée