Le visa kenyan supprimé pour les citoyens béninois

Le visa kenyan supprimé pour les citoyens béninois

Du 9 au 11 mai, une délégation conduite par le chef de l’Etat était à Nairobi dans le cadre d’une visite de travail.

29ème Sommet de l’UA: Deux accords de coopération pour le Bénin

Au terme de ce voyage, le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Aurélien Agbénonci était face à la presse au salon d’honneur de l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou, pour faire le point du séjour de la délégation béninoise au Kenya et parler des retombées pour le Bénin.

Les Béninois n’auront plus désormais besoin de visa pour se rendre au Kenya. Ainsi en a décidé le président Kenyan Uhuru Kenyatta lors de la visite du chef de l’Etat, Patrice Talon et de sa délégation au Kenya du 9 au 11 mai dernier.

« Le président Uhuru Kenyatta a décidé de l’abolition du visa pour les citoyens béninois », a annoncé le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Aurélien Agbénonci à la presse.

Il s’agit selon lui d’une sorte de mesure de réciprocité de la décision du gouvernement béninois d’abolir le visa pour tous les pays africains. Pour le ministre, l’intérêt d’une telle décision, c’est qu’elle favorisera la libre circulation des personnes et des biens  et aidera les milieux d’affaires béninois à pénétrer le marché kenyan et inversement.

« La ministre des affaires étrangères du Kenya et moi-même avions été instruits de travailler très rapidement afin que les mesures d’application de cette décisions aux Béninois se rendant au Kenya soient prises », a précisé le ministre.

A en croire Aurélien Agbénonci, la première journée du séjour de la délégation béninoise à Nairobi, était consacrée à une visite d’Etat. Après l’accueil solennel réservé au président de la République Patrice Talon,il a eu un tête-à-tête avec son homologue Kenyan. Des échanges qui d’après Aurélien Agbénonci seront élargis après à la délégation béninoise.

Les domaines qui ont été abordés, selon le ministre des affaires étrangères, touchent à l’intensification des échanges entre les deux pays, la concertation sur la dynamique qui doit engager les deux Etats. Il a donc été décidé de la mise en place de la grande commission mixte entre le Bénin et le Kenya.  Lors de ces échanges, le rapprochement de l’Afrique de l’Est de l’Afrique de l’Ouest a été au cœur des discussions. « Le commerce entre les pays africains fait moins de 10% et le chef de l’Etat a souhaité que nous puissions aller vers les autres pays africains et vers l’Afrique de l’Est où se développent différentes initiatives qui méritent d’être observées comme des sources d’inspiration », a expliqué le chef de la diplomatie béninoise. Dans l’après-midi cette première journée, a dit le ministre des affaires étrangères, le chef de l’Etat a visité un projet agricole qui a un fort impact sur l’économie du Kenya. Il s’agit du « Karen roses », qui produit des roses vendues partout au monde. « Le chef de l’Etat a indiqué qu’il existe dans notre pays, dans l’Atacora, un climat qui pourrait permettre la réplique d’une telle initiative », a relevé Aurélien Agbénonci. Le ministre des affaires étrangères a également fait le point de la participation du chef de l’Etat à la 17ème assemblée générale de l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique (Aca) qui a été marquée par la table ronde sur la bancabilité des risques africains. Invitée d’honneur à cette rencontre, le chef de l’Etat a fait des propositions pour la promotion du secteur privée pour booster la croissance.

Avant de quitter la capitale kenyane, le président de République a reçu le directeur exécutif de Onu-environnement. Il s’est entretenu avec lui sur la gestion des plateformes pétrolifères abandonnées aux larges de Sèmè. « Le chef de l’Etat a fait un plaidoyer qui a reçu l’assurance du directeur exécutif de Onu-environnement qui s’est engagé à mobiliser l’expertise nécessaire en concertation avec la banque mondiale pour envoyer une mission au Bénin », a confié le ministre des affaires étrangères

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    Baba Didier 3 mois

    C’est une bonne chose sa.saluer..C’est une réponse à la mesure beninoise. Mais nous venions avions déjà le droit de séjourner au Kenya avec visa à ‘l’arrivée pour trois mois comme en Afrique du Sud pour http://www.doyouneedvisa.com/border/Kenya
    Une vraie victoire sur ce plan serait par exemple l’exemption de visa pour le Maroc. Le ivoiriens et les sénégalais en sont exemptés et nos relations ne sont plus ténues avec l’Algerie socialiste ce qui nous avait valu ce traitement de la part du Maroc

  • Avatar commentaire
    Tchite' 3 mois

    Decision a’ saluer!!!

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Combien coûte le visa du Kenya et est il difficile à obtenir pour que ce ministre Facebook s’en vante avec un sourire de mongolien ! et puis c’est rose que beninois vont cultiver et manger , roses qui vont fleurir les tables des occidentaux , mais avant appauvrissent les Kényans et surtout leurs terres , dont les pesticides empoisonnent leurs cours d’eau , et manque d’eau donc sécheresse dans le pays etc etc ; pardon les ruptucons , le nord du benin n’a pas besoin de ça .
    Allez visiter , encourager le projet songhaï qui lui , produit , donne à manger aux beninois , les forme etc etc
    Et puis votre es.croc de talon est reçu quelques minutes par le president kenyan , le laisse sur le territoire kenyan puis s’envole pour Londres , c’est bien himuliant et ” ridicoulos ” pour lui et le benin

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 3 mois

      Merci “azziz”. Cultiver des roses au lieu de privilégier l’autosuffisane alimentaire, dans le département le plus pauvre du Bénin où l’espérance de vie est la plus basse, du fait de la malnutrition et de la dureté de la vie

    • Avatar commentaire
      Jean 3 mois

      L´enjeu de la suppression de visa est seulement lié à son prix?
      A vouloir tout critiquer, on tombe facilement dans de la niaiserie.