Musique africaine: quincailleries et mièvreries

Musique africaine: quincailleries et mièvreries

La musique africaine francophone que certains spécialistes qualifient de " pop africaine" s'est tragiquement appauvrie ces derniers temps.

La musique africaine à la croisée des chemins

Les mélodies qui naguère, nous transportaient, sont maintenant des copies hallucinantes et pâles de la musique nigériane.

Et si les rythmes sont la plupart inspirés des hits des Davido, des P-Square et autres Flavour, les paroles relèvent de clichés consternants comme “chérie, je t’aime” ou des platitudes telles “on va danser, ce soir on va ambiancer, ce sera le show”.

Des fois, on se croirait à un cours de géographie. Pour faire du remplissage, on énumère les capitales africaines quand on ne cite pas les stars de football, Didier Drogba, Yaya Touré, Samuel Etoo, Emmanuel Adebayo et avec un peu de chance, Stephane Sessegnon.

Mais nos chanteurs ne s’arrêtent pas là. Pour avoir la chance de plaire au seul animateur susceptible de faire leur bonheur sur son émission, ils hurlent à tout va “Claudy Syar, Claudy !!!” Et si celui-ci leur fait la complaisance de diffuser leurs casseroles sur RFI, ils deviennent des stars. “Vous n’avez pas entendu, on a joué mon morceau sur la Radio Mondiale “. C’est cela, la prétendue musique africaine d’aujourd’hui : un véritable attentat à nos oreilles.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 6 mois

    Quelle société est proposée aux artistes ? Quels imaginaires ? Quels exemples, qui nourrissent ailleurs les rêves et l’inspiration ? Quel environnement culturel ?

    Quelle formation ? quels cadres d’échange/d’expression ?

    Si rien ni personne ne les inspire au bénin, si rien ne leur est donné à voir d’autre que cupidité, arrogance, médiocrité, suivisme; comment s’étonner qu’ils tentent de copier ce qu’ils voient/entendent ailleurs ?