Bénin : La polémique “Affo Obo Tidjani” enflamme l’hémicycle

Bénin : La polémique “Affo Obo Tidjani” enflamme l’hémicycle

Fondation Adrien Houngbédji au Bénin: La Chine offre des bourses d’études

(Deux camps s’affrontent, le président Houngbédji suspend manu militari la séance) La polémique autour de la démission ou non de l’honorable Affo Obo Tidjani a enflammé l’hémicycle vendredi dernier.

Le président de l’Hémicycle, Me Adrien Houngbédji, a dû suspendre manu militari la séance en la renvoyant à ce jour. Le député Affo Obo Tidjani a-t-il véritablement et définitivement tourné dos au groupe parlementaire de la présidente Rosine Vieyra Soglo ?

C’est en réalité la seule préoccupation qui divise aujourd’hui les parlementaires de la 7è législature. Deux camps s’opposent à l’hémicycle autour de ce dossier qui défraie depuis quelques temps la chronique : le camp de la majorité parlementaire et celui de la minorité qui se met progressivement en place.

Mais au cours de la séance plénière de vendredi dernier, une véritable confusion se serait installée dans les esprits des honorables députés. En effet, une première correspondance a été lue lors des différentes communications à l’entame de la plénière. Cette correspondance indiquait que le député Affo Obo Tidjani alias Souwi serait retourné vers le groupe parlementaire « Nation, Paix et Développement », Groupe présidé par la présidente Rosine Soglo, quelques jours après sa démission du même groupe parlementaire.

Chose curieuse, dans la même journée, le député en question a introduit précipitamment une nouvelle lettre dénommée « lettre de clarification » sur la table du président de l’Assemblée nationale. Une situation qui a installé la confusion et le doute dans les esprits, et qui a laissé perplexe la majorité des députés, suscitant une vive tension au sein de l’hémicycle.

Certains députés n’ont pas laissé passer cette occasion. Ils ont vigoureusement appuyé le président Adrien Houngbédi (lire ci-dessous les interventions), qui a dû suspendre manu militari la séance afin d’éviter d’embraser davantage l’hémicycle.

« Il faut d’abord être sûr que le groupe est constitué. Nous n’avons pas encore vérifié les pièces qui ont été transmises parce qu’il a trois diverses correspondances. Donc il n’y a pas d’urgence, ça peut attendre » a déclaré le président Houngbédji avant de suspendre la séance.

Lire les diverses réactions au sein de l’hémicycle à propos de l’Affaire Affo Obo Tidjani

Honorable Mathurin Nago

« Monsieur le président, je n’étais pas là au début de la séance, mais on vient de me dire qu’une lettre a été lue. Mardi dernier, une première avait été lue pour indiquer la démission de l’intéressé du groupe de madame Rosine Vieyra Soglo. Ce matin une deuxième lettre de démission pour retourner dans le même groupe, et enfin la troisième lettre pour dire qu’après être reparti, on démissionne à nouveau du même groupe.

Monsieur le président, j’ai dit que la politique frise l’amusement dans notre pays, mais de grâce chacun de nous doit tout faire pour éviter de jeter l’opprobre sur les parlementaires. Ce n’est pas bon. Chacun est libre de faire ce qu’il veut mais chacun doit pouvoir défendre la dignité et l’honneur du

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    Amaury 3 mois

    Ces enfoirés de députés avaient refusé d’exiger au moins le brevet pour être candidat. Voilà où ça nous amène avec un illettré incapable d’aligner deux mots corrects qui prend en otage tout un parlement.

    Pauvre Bénin.

  • Avatar commentaire
    Victor 3 mois

    N’est ce pas qu’il y a limites dans le règlement intérieur de l’assemblée nationale?
    Mais n’a t on pas les contacts de ce monsieur pour lui faire clarifier sa position?

  • Avatar commentaire
    Koselu 3 mois

    L’intelligence a déserté le forum

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 3 mois

    On voit bien à présent que Houngbedji Adrien présente des Symptômes de sénilité.
    Car admettons qu’un député décide de mener ainsi le parlement par la traîne, la simple action du président revient à convoquer et le député et le Chef de son groupe, les sermoner et mettre fin à la pagaille déjà à son Niveau. Nul besoin d’introduire toute les turpitudes en plénière.

    Mais Houngbedji est visiblement dépassé par les évènements. Il n’est plus capable de régler la moindre Situation .

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Bien longtemps que le titre honorable est banalisé, les .es.crocs , les pilleurs de l’économie nationale , les vendeurs de logos , les assassins y ont pris sièges

  • Avatar commentaire
    Olakunle 3 mois

    Cela frise de la banalisation du titre d’honorable qui est le sien. Notre parlement se doit de défendre sa dignité et cela revient aux partis politiques qui doivent éviter de positionner des gens peu de fois et de probité sur les listes électorales

  • Avatar commentaire
    Line 3 mois

    Du grand n’importe quoi tout simplement !

  • Avatar commentaire
    Big 3 mois

    Un vrai illétré le monsieur, qui a bien des peines à aligner deux mots en français. notre parlement est tombé bien bas (sic)

    • Avatar commentaire
      Abedi 3 mois

      Un illettré comparé à un traître ou un opportuniste ou bien encore un commerçant politique calculateur sans nommer directement le cas de hounbgedji , sont tous des cas préoccupant pour notre parlement..

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 3 mois

    Voyez-vous ; un ramassis de vendeur de tapis élus députés dans mon pays.
    On me dit que ce député est de la mouvance ABT et élu sous la bannière de ce ABT.
    Chercher l’erreur .

    • Avatar commentaire
      Joeleplombier 3 mois

      Lire: de cette ABT ( alliance pour un Benin triomphant )

  • Avatar commentaire
    AFIM 3 mois

    Evitons qu’en même que l’hémicycle devienne un lieu de jeu d’enfant surtout en laissant main libre à chaque député même si nous voulons à notre possession un grd nbre d’adhérants superficiels sans conviction.