Bénin: Les chefs d’entreprises du Mono à l’école du BRMN

Bénin: Les chefs d’entreprises du Mono à l’école du BRMN

Le BRMN, a tenu ce Vendredi 23 Juin 2017 à l’endroit chefs d’entreprises du département du Mono, un atelier de formation et de sensibilisation sur les avantages liés au Programme de restructuration et de mise à niveau (PRMN).

Tournée du BRMN dans le Zou: Le DG Airy Tonato outille les chefs d’entreprises

Cette activité qui a eu pour cadre l’hôtel La Madeleine de Lokossa, a mobilisé une centaine de promoteurs d’entreprises du département.

Promoteurs de petites et moyennes entreprises ou d’industries, membres de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (CCIB) du département Mono et divers autres acteurs, ont massivement répondu présents au rendez-vous de formation, de recyclage et de sensibilisation, sur le Programme de restructuration et de mise à niveau (PRMN), principal bras opérationnel technique du Bureau de restructuration et de mise à niveau (BRMN).

Placé sous la tutelle du Ministère de l’industrie du commerce et de l’artisanat, le BRMN s’est engagé à accompagner la compétitivité des Petites et moyennes industries (PMI), des Petites et moyennes entreprises (PME), et des entreprises exerçant dans le domaine du BTP.  En initiant cet atelier de Lokossa, le BRMN n’a qu’un seul objectif : doter les bénéficiaires des atouts devant leur permettre d’assurer un meilleur ancrage au PRMN. Au cours de cet atelier, le communicateur Joël-Armand Gozo, chargé de communication et de renforcement des capacités au BRMN, a entretenu les chefs d’entreprises sur les nouveaux produits du programme. Il ressort de sa communication que grâce au PRMN, les PMI et PME bénéficient d’un accompagnement à l’éligibilité audit programme,  d’un appui au développement des leurs exportations, d’une aide à la restructuration et la mise à niveau.

D’après la communication de M. Gozo, la restructuration est une démarche par laquelle l’entreprise confrontée à des déséquilibres financiers et économiques est amenée à mettre en place des ajustements structurels et financiers, à savoir la recapitalisation, la renégociation des créances, l’abandon partiel de dette, le moratoire sur les intérêts, le rééchelonnement des remboursements, la réduction d’effectifs, la reconversion ou l’arrêt d’activités pour assurer son redressement, etc. Grâce à ce mécanisme, l’entreprise soumise à la restructuration pourra améliorer sa visibilité sur ses besoins de financements prévisionnels, organiser un processus de négociation qui répond aux attentes des partenaires de l’entreprise, et retrouver sa bancabilité. L’autre produit sur lequel les participants ont été outillés est la mise à niveau. En effet, la mise à niveau des PMI/PME et BTP  est un processus continu d’amélioration des performances d’une entreprise qui souhaite corriger ses faiblesses et renforcer ses atouts, par une démarche d’anticipation et de remise en cause de ses différentes fonctions et de son système productif. À ce niveau dira le communicateur aux participants, les entreprises qui bénéficient de ce produit vont améliorer leur compétitivité en termes de prix, de qualité et d’innovation, et se doter des aptitudes requises pour la maitrise de l’évolution technique du marché. Il n’a pas manqué d’éclairer le volet appui aux exportations des entreprises et accompagnement offert aux PMI pour leur éligibilité au PRMN. S’agissant des objectifs quantitatifs de l’année en cours, le programme est ouvert à dix (10) petites et moyennes entreprises, seize (16) entreprises industrielles, et quatre (4) entreprises du BTP.

Les participants dans leurs diverses interventions ont apprécié le programme avant d’inviter les responsables à alléger davantage les critères d’éligibilité.

En réponse aux participants, la responsable de l’administration et des engagements au BRMN, Cogué Pablita, a rappelé que le défi du BRMN est d’améliorer leur productivité et leur compétitivité, et d’accroître leur chiffre d’affaire. Pour ce faire, le bureau a au cours des dernières années, allégé les critères d’éligibilité afin de d’accompagner un grand nombre d’entreprises. Malheureusement, cette responsable du BRMN constate avec amertume « qu’aucune entreprise du département du Mono n’est parvenue au cours des trois dernières années à présenter un dossier éligible ».

Elle a par la même occasion invité les promoteurs d’entreprises à se soumettre aux exigences du BRMN, qui entre autres stipulent que l’entreprise doit être formelle, faire ses bilans annuels, déclarer son personnel à la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), etc.

Au terme de la formation, les participants satisfaits ont exprimé leur engagement à travailler davantage pour accéder au programme et booster leurs affaires

Commentaires

Commentaires du site 0