Bénin – Jeûne pendant le ramadan: Eclairage de l’Imam Ousmane Ibrahim

Bénin – Jeûne pendant le ramadan: Eclairage de l’Imam Ousmane Ibrahim

A quelques jours de la fin du ramadan, nous avons arraché une trentaine de minutes à l’Imam de la mosquée centrale de Cotonou-Jonquet, par ailleurs 1er Vice-président de l’Union islamique du Bénin, Ousmane Ibrahim.

4ème Pilier de l’Islam : Les préalables pour passer un bon ramadan selon Malick Boukari

Il a accepté de nous présenter la signification de l’observance du jeûne dans la religion musulmane. Nous ressortons ici quelques morceaux choisis de nos échanges.

L’observance du jeûne pendant le ramadan fait partie des 5 piliers de l’islam. Et pendant ce mois, les profanes observent chaque année un changement de comportement et de rythme de vie qui suscite la curiosité. Cette pratique religieuse qui n’est pas un simple rituel, revêt selon l’Imam de la mosquée centrale de Cotonou une profondeur spirituelle : «c’est une période de formation spirituelle et qui entraîne d’autres bénéfice sur le plan physique. La mise au repos de l’estomac de la levée du jour au couché du soleil, la réduction du nombre de repas… Il y a aussi des retombées économiques marquées par des épargnes, vu que l’on fait moins de dépenses ».

Au-delà des aspects physiologique et économique, l’Imam présente le jeûne comme une prescription faite à tout croyant musulman : « nous avons prescrit le coran afin que vous atteigniez la piété, c’est-à-dire la crainte de Dieu. Car le croyant qui peut s’abstenir pendant un mois sans commettre le péché se forme à résister à la tentation tout au long de la sa vie ». L’Imam précise par ailleurs que le jeune n’a de valeurs que si le croyant s’abstient de commettre certains péchés. Et à propos, il cite le prophète Mohamed : «quiconque jeûne et ne s’abstient pas des actes illicites et blâmables tels : le sabotage, l’adultère, le vol, le mensonge etc. ne récoltera rien de son jeûne».

L’Imam présente aussi la période de jeune comme une période de grande largesse, de bonté et d’assistance aux démunis. Il explique que ceux qui le font reçoivent la bénédiction de l’ange d’Allah qui intercède pour eux auprès de Dieu : «Oh Dieu, tous ceux qui donnent aux démunis, Dieu bénis-les et accrois leurs richesses». Il explique que celui pratique  l’aumône pendant ou en dehors du ramadan voit sa donation être multipliée par 70.

Pour  ce qui est de la détermination du jour exacte de la fin du ramadan, l’Iman rappelle deux principes qui sont appliqués dans l’islam : « le premier est de ne pas interrompre le jeûne avant d’avoir vu le croissant lunaire et là ce sont les pays limitrophes comme l’Arabie Saoudite qui nous informent. Le second principe est que si on n’aperçois pas le croissant, on s’assure au moins que le jeune n’excède pas 30 jours».

Concrètement, l’Imam explique que la fête devrait avoir lieu dimanche ou lundi prochain. Le mois du jeûne est donc un mois de fortification spirituelle que les croyants devraient capitaliser : «après ce mois béni, il ne faut pas continuer dans la pratique des actes inconvenables. On ne suit pas une formation pour perdre la main. Il ne faut pas retomber dans le péché après le ramadan ». Espérons que ces conseils de l’Imam soient entendus par les fidèles.

Quelques impressions

Kane Mohamadou,

Sénégalais résidant au Bénin  au quartier Scoa-Gbeto avec sa famille

Le jeune a été facile parce que nous en avons l’habitude depuis l’âge de 10 ans. Il y a aussi le fait qu’il ne fait pas très chaud au Bénin comme dans d’autres pays sahéliens. C’est un mois de grâce, de bénédiction et de pardon, au cours duquel nous demandons à Dieu d’exaucer nos prières et de bénir nos initiatives, nos foyers et nos familles. Le jeûne est le mois de partage sans distinction de religion. Le jour de la fin du ramadan, il n’y aura rien de particulier en dehors des vêtements neufs que j’ai achetés à ma femme et à mon enfant. Le matin nous iront à la prière de 9h à la mosquée, au retour nous prendrons le petit déjeuner, puis autour de 14h, il y aura un grand repas que nous partagerons avec les amis et les voisins. Après cela, nous irons demander pardon aux amis et voisins pour les offenses conscientes ou non. Je n’ai rien demandé de particulier à Dieu comme doléances, puisque c’est lui qui sait ce qui est bon pour moi. Je lui rends grâce de m’avoir encore permis de l’honorer à travers la pratique du jeûne pendant ce mois de ramadan.

Dramane

« Camerounais », Camerouno-malien, vit à Cotonou au quartier Saint-michel avec sa famille

Le mois de ramadan était vraiment facile cette année, parce que le climat y était favorable avec les pluies. Lorsqu’il fait chaud, c’est difficile avec l’envie de boire de l’eau. J’ai l’impression d’avoir grandi spirituellement cette année. Parce que bien mieux que les années antérieures, j’ai adoré Allah de jours comme de nuit, sans me sentir fatigué ni ressentir l’envie de dormir. Les principales choses que j’ai demandées à Dieu pendant ce mois de ramadan, c’est entre autres : la paix dans le monde, la longévité, la santé et le pardon.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    aziz 2 mois

    Que cet article…soit lu,compris assimilé..par tous…et surtout mis en pratique..

    Cette année moi j’ai fait un voeux..que mes amis du forum…agadjavi,tundé,franck le fou,joe,gbeto,la foudre don gont gont,amury et toffa…soient tous convertis pacifiquement..à l’islam…amine

    A défaut que celà se fasse pacifiquement….je me vois contraint d’utiliser…les moyens de coercition…c’est à dire la force…

    Ainsi…donc…ils doivent..dés à present adopter..le nijab..integral..pour toutes leurs femelles….meme les filles à partir de 6 ans..interdiction qu’elle sortent sans etre accompagnées