Renaissance du Bénin : Abraham Zinzindohoué dans une posture de rassembleur

Renaissance du Bénin : Abraham Zinzindohoué dans une posture de rassembleur

Bénin : Abraham Zinzindohoué élu président du bureau politique de la RB

(Histoire d’une mission difficile et complexe) Les frondeurs qui ont pris la grave décision  d’exclure leur président du parti ont bien calculé leur affaire.

Pour parfaire leur acte que le président Soglo et son épouse ont tour à tour qualifié de forfaiture et d’injure à leur égard, ils ont porté leur choix sur un homme proche du président Soglo dont la fidélité aux idéaux du parti ne fait l’ombre d’aucun doute.

Me Abraham Zinzindohoué, Joint au téléphone dans l’après- midi d’hier jeudi, pour une interview en bonne et due forme sur la crise qui secoue la Rb, Abraham Zinzindohoué a aussitôt décliné l’offre mais, en presque quinze minutes de conversation, il en a suffisamment dit, pour qu’on comprenne la délicatesse de sa position et la complexité de la tâche à lui confiée.

Juriste aux compétences reconnues, militant de la première heure de la Rb, Abraham Zinzindohoué, 69 ans, est un pur produit de la Renaissance du Bénin.Il a en effet assumé de très hautes charges dans l’appareil d’Etat grâce à sa fidélité au parti et à un homme, Nicéphore Soglo dont il est toujours l’ami et son épouse un conseiller juridique avisé.

Tour à tour député, président de la cour suprême, ministre dans le premier gouvernement Yayi, il ira siéger cinq ans durant au titre du Bénin en qualité de président de la cour justice de l’Uemoa à Ouaga. Avocat rompu aux questions de procédures judiciaires, c’est lui qui a assuré avec succès la défense du parti à la Cour Suprême au plus fort de ce qu’on appelé à l’époque « la guerre des logos ».

C’était du temps où l’ex- secrétaire général Nathanaël Bah en avait alors réclamé la paternité. Zinzindohoué n’a jamais été un va-t-en guerre à la manière d’un Candide Azannaï,ni un militant zélé. Au contraire, c’est un homme plutôt calme, discret et discipliné qui n’a jamais joué les premiers rôles dans le parti et qui ne s’en est jamais plaint à haute voix, même au cours de la vague des départs successifs de ceux qu’on appelait alors les « barons » du parti. Son nom avait fortement circulé, lorsque la question de succession de la présidente du parti s’était posée mais lui s’est sagement rangé sans murmurer après le choix porté sur « le fils de la mère », en continuant de servir le parti qu’il n’a jamais quitté.

Depuis son retour au pays après son « exil » ouagalais, il s’est plutôt investi dans les questions liées au système partisanet à la gouvernance. Récemment encore, il a participé avec la passion de ceux qui sont convaincus d’une cause, à presque tous les débats sur la révision de la Constitution. C’est cet homme de consensus qui n’élève cette voix fine qui est la sienne que pour défendre ses convictions que les frondeurs ont choisi pour organiser le futur congrès.

Logique du rassemblement

Il ne pipe pas un seul mot pour accuser qui que ce soit. NI sur les frondeurs, ni sur « les géniteurs du parti » et leur « légataire » naturel. Il confirme qu’il n’a pas été présent aux assises d’Abomey qui ont exclu le président du parti. Sur la réunion tenue à son domicile et rapportée par les journaux parus hier jeudi où la date du 23 juin aurait été retenue pour la tenue du congrès du parti, il dira simplement que ce n’était qu’une proposition. Comme tout le monde est d’accord sur l’urgence et la nécessité de la tenue d’un congrès, il entend rencontrer toutes les parties pour retenir, semble- t-il, une date consensuelle.

Tant pis pour ceux qui s’attendent à la cassure du parti. Pour lui, la Rb va mal mais le parti doit rester uni. Pour jouer son rôle dans l’arène politique.Il n’est pas question d’en créer un autre. Il rappelle à l’occasion la thèse qu’il a soutenue dans son opuscule sur le statut à conférer en démocratie au chef de l’opposition, qui doit avoir rang de ministre et des attributs à même de lui faire jouer son rôle de force de proposition alternative.Il prévient les deux camps qu’il n’est pas nécessaire de porter le différend devant les tribunaux.Lui qui a défendu la cause du parti par le passé devant les tribunaux sait de quoi il parle.

Car, « celui qui va perdre ira créer son parti, ce qui n’est pas bon », martèle –t-il. Il n’exclut pas que le pouvoir actuel puisse avoir une

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire

    Nul ne nie que le fonctionnement de la RB a besoin d’etre revu…Quel parti au Benin a une democratie interne exemplaire ou meme acceptable ?
    Mais il faut voir la genese des postures des deputes et maires qui animent cette fronde , voir a qui profite la fronde pour cerner les enjeux.
    La crise s’est exteriorisee quand les Yehouetome ont estime que la RB – notamment LEHADY- ne devait pas se mettre dans une posture d’opposant a Talon…Ca rappelle les propos de Hagbe et du PRD secdisant fatigues d’etre opposant….
    Qui a besoin de convictions quand on peut se contenter de voter les lois les yeux fermes (sic) et engranger les 40 millioms mensuels que Talon distribuerait aux deputes fidèles?
    La crise va s’accelerer a l’occcasion de l’histoire du Grand Nokoue! Le petit dictateur aux pieds enfles -Talon- ne supportant pas la contradiction est outre par les reserves et legitimes disputes de pouvoir communal…alors il s’appuie sur l’autre maire de grande ville , bada de calvi. A Bada on promet de sortir sa cite dortoir de sa situation de semi village pour en faire “un petit paris” comme yayi le promettait aux habitants de ze! Et BADA qui n’a pas plus de legitimite que Lehady ( apres tout la seule competence de Bada pour etre maire de Calavi est que lla famille Bada est latifundiaire a Calavi !) devient l’autre main de Talon dans l’offensive de Talon pour destabiliser la RB!
    A qui profite la crise ?
    A Talon bien sur !
    Pendant que la RB se dechire il peut mener a bien et en silence son operation de mise sous coupe reglee de l’economie, le depecage de tous les secteurs au profit des copins et coquins !
    Le Benin de 2017 a besoin d’une RB qui n’est pas une annexe de Talon par Yehouetome et Bada interposes !
    C’est l’enjeu principal et on espere que les ambitions des uns et des autres (Atrokpo…) , les intrigues, les liens familiaux , etc cederont pour une fois le pas a une vision politique et l’interet national…
    Il est permis de rever …
    Aux militants RB de decider s’ils veulent jouer un role dans ce pays …Si la RB devient une annexe Talon, elle disparaitra avec Talon dans 5 ou 10 ans maxi…

  • Avatar commentaire
    Amaury 3 mois

    @Olla,

    Tu as tort de t’en prendre à un homme aussi respectable que respecté. Qu’a-t-Il dit ou fait de mauvais?

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 3 mois

      Son mutisme le rend coupable de conspiration contre la ligne des soglo , et de fait complice des putschistes . Et puis un homme qui a des couilles , quand il n’est pas d’accord , il le fait savoir .

  • Avatar commentaire
    SANKARA 3 mois

    vas te soigné!!!!

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Allez y comprendre quelque chose à ce jeu d’équilibriste que semble jouer zinzindohoué ; comme ça sonne faux , il est vendu ce monsieur , le fumier du diable de talon l’es.croc , est passé chez lui , n’est-ce pas Rosine ?