Sécurité au Bénin : le Synapolice parle de promesses non tenues du gouvernement

Sécurité au Bénin : le Synapolice parle de promesses non tenues du gouvernement

Il y a malaise au sein des unités de la police nationale. Le non paiement des primes serait à l’origine de ce mécontentement des agents de la police.

Dialogue social au Bénin : Six centrales et confédérations syndicales claquent la porte

Le secrétaire général du syndicat national de la police (Synapolice) a expliqué sur la station de radio Soleil fm que le moral des unités de la police est très bas. Il pointe du doigt des promesses du gouvernement non tenues.

Tous les béninois ont appris qu’on a donné quatre (4) milliards de francs Cfa aux policiers. Ce montant devrait servir de frais de fonctionnement des unités de police, ou encore de primes alimentaires pour les patrouilles.

L’invité assure que du mois de décembre où ces promesses ont été tenues à ce mois de juillet 2017, les frais de fonctionnement ont été libérés une seule fois, c’est-à-dire pour un mois.

« Jusqu’à aujourd’hui les unités attendent la seconde tranche » renchérit le secrétaire général du Synapolice.

Par ailleurs, Sévérin Clément Akiyè a fait savoir qu’après sa sortie dernière sortie médiatique, les patrons des unités ont été invités pour venir chercher les primes de patrouille. Le régisseur leur a libéré deux mois sans préciser de quel mois il s’agit. Il a ajouté qu’il a rencontré à plusieurs reprises le directeur général de la police et même le ministre de l’intérieur sans suite.

Commentaires

Commentaires du site 0