Cantines scolaires au Bénin : Le gouvernement fait recours à l’expertise du PAM

Cantines scolaires au Bénin : Le gouvernement fait recours à l’expertise du PAM

Bénin: Psycho EducAfrica pour une meilleure orientation des apprenants

Dans le cadre de la relance des cantines scolaires à travers le Programme national d’alimentation scolaire intégré dans les zones en insécurité alimentaire et en sous-scolarisation, le gouvernement béninois s’est confié au Programme alimentaire mondial (PAM), à travers un accord de transfert de plus de 27 milliards de francs Cfa, signé ce jeudi 20 juillet 2017 à Cotonou pour nourrir sur 4 ans près de 352.000 écoliers.

Les cantines scolaires de l’Etat reprennent au Bénin dès la rentrée scolaire 2017. Ce sera conduit par le Programme alimentaire mondial (PAM), l’institution la mieux organisée et expérimentée en la matière d’après le témoignage du Ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, Lucien Kokou, jusqu’au 31 décembre 2021.

C’est l’objet de l’accord signé dans l’après-midi de ce jeudi 20 juillet 2017, entre le gouvernement béninois et le PAM à la faveur d’une cérémonie officielle au Ministère des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle.

Il s’agit d’un accord de transfert de fonds pour la mise en œuvre du Programme national d’alimentation scolaire intégré dans les zones en insécurité alimentaire et en sous-scolarisation. C’est pour la concrétisation de la vision de l’Etat d’accroître le taux de couverture des écoles en cantines, de 29% à 51%, à en croire le Ministre Lucien Kokou. Le programme vise à améliorer l’accès à l’enseignement primaire et à accroître le taux de rétention scolaire (surtout chez les filles), par la fourniture de repas chauds aux enfants, indique le Représentant résident du PAM au Bénin, Housainou Taal. Mais au-delà, il participe selon lui à l’atteinte de l’Objectif de développement durable (Odd) 2, relatif à la faim zéro.

De par cet accord, c’est au total vingt-sept milliards deux cents millions (27.200.000.000) de francs Cfa qui seront mise à disposition de l’Institution par l’Etat béninois pour 4 ans. Et ce, en huit versement de 3.400.000.000 F Cfa, d’après le Représentant résident Housainou Taal.

«Cette contribution permettra d’assister aux termes des 4 années 351.109 écoliers, dans 1.574 écoles primaires du Bénin, avec 42.807 tonnes de vivres» mentionne-t-il.

Le gouvernement demande au PAM de fournir des services d’achat, de transport, de livraison, de distribution de denrées alimentaires et d’appui à la gestion des cantines scolaires gouvernementales dans les zones su-mentionnées, à l’en croire.

Prenant acte d’une telle mission à travers la signature de l’accord, le Représentant résident du PAM a rassuré le gouvernement béninois de ce que l’organisme, non seulement ne ménagera aucun effort pour le succès de ce programme, mais aussi continuera l’assistance technique et institutionnelle aux côtés de l’Etat béninois, pour la réduction de la faim chez les écoliers, afin qu’elle ne constitue plus un obstacle à leur développement et à leur épanouissement. De même, le Ministre Lucien Kokou a affirmé le respect des clauses dudit accord par l’Etat

Commentaires

Commentaires du site 22
  • Avatar commentaire
    Sylvie GL 2 mois

    Bjr je peux savoir dans quelle condition sera préparé ces repas ?
    Est ce quil y aura le respect des normes d’hygiène pour assurer la santé de ses enfans ?

    Merci

    • Avatar commentaire
      aziz 2 mois

      T’inquiète…sylvie

      C’est alain ducasse…qui sera au fourneau…pour nourrir nos enfants

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Sonagnon , ” transfert de compétence ” c’est bien ce que nous disons dans notre post si dessous .
    Un triptyque qui serait :
    – élaboration de cahier de charges rigoureux – contrôle régulier – sanctions drastiques en cas de manquement .
    Pourrait faire l’affaire , et booster l’économie, l’emploi , etc au benin , mais comme ils sont c.ons ces ruptu.c.ons , ils sont dans l’enflure ; bon l’important est que nos bambins mangent , surtout ceux des villages lointains où aller à l’école est déjà une grande prouesse , encore qu’il faudrait que les écoles soient construites puis dotées d’enseignants de qualité.
    Doyen codjo , madame et les enfants sont en vacances , et je m’apprête à les rejoindre , poussière et aspirateur peuvent attendre .
    Jean , si tu étais travesti , c’est avec plaisir que je vais te farcir le trou du C…..

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 3 mois

      Oui, c’est vrai qu’après les tracas de la rentrée avec les fournitures et une fois l’année scolaire terminée il faut savoir prendre du bon temps en famille. La Bretagne ou la côte ouest, il n’y a rien de mieux avec l’océan Atlantique qui vous fouette le sang. Alors bonnes vacances à toute la famille et à très bientôt sur le forum. Pense à lâcher un peu ton ordi portable ou ta tablette pour leur faire plaisir !

  • Avatar commentaire
    sonagnon 3 mois

    Pourquoi le PAM pour gérer un tel programme???
    Ce que moi je ne d’gère pas du tout chez Patrice TALON et son équipe, c’est le peu de cas qu’il fait à l’expertise locale.

    Certes, les expériences passées conduisent à la prudence, mais c’est de la responsabilité d’un gouvernement responsable d’amener nos entreprises locales à jouer leur partition dans la mise en oeuvre des politiques de développement du pays.
    Si on ne fait rien pour la promotion de ces entreprises, quand est ce qu’elles finiront par avoir l’expérience nécessaire?
    Encore une fois, ce gouvernement n’est pas là pour le développement du pays.

    Une manne financière de plus de 27 milliards, et des entreprises béninoises ne vont ne participeront pas à son utilisation!!!
    Préparer et donner à manger sont des choses si difficiles???

    Il suffira de créer un cahier de charges contraignantes et d’assurer une politique de contrôle très rigoureuse et je pense que les résultats suivront.
    Le PAM ou une structure crédible pour assurer le contrôle, mais écarter les entreprises béninoises serait un crime contre le développement du Bénin!!!

    • Avatar commentaire
      aziz 3 mois

      Un peu de cohérence..dans la posture anti rupturienne ne fait pas du mal..!! au contraire

      Tous les jours ..nous cognons talon ici..et à juste titre

      Si la gestion de ce fond..avait été confiée..aux entreprises nationales..nous serons..les premiers..à dire que..que ce sont des entreprises…de talon par personnes interposées

      La gestion de tout bien public.par les nationaux…est on ne peut plus…un échec…et nous voyons la liste de tous scandals..

      Il faut savoir ce qu’on veut..

      Pour moi..c’est une décision pertinente

      • Avatar commentaire
        aziz 3 mois

        Comme talon…est quelqu’un..spécialiste de tout ce qui est radio actif…les beninois..sont capables de dire…qu’il irradie..en douceur les enfants beninois..dans ce programme de cantine..

        On est capable de tout

      • Avatar commentaire
        sonagnon 3 mois

        Mr AZIZ, les impôts des béninois serviront à régler le chômage dans les autres pays, et les béninois vivront pour toujours dans le chômage???

        Le rôle d’un gouvernement c’est de mettre au travail ses citoyens.
        Les problèmes de gestions doivent avoir solution par ceux là qui décident de conduire les affaires publiques.

        Si Patrice TALON et son équipe, avaient une politique transparente de passation des marchés publics, personne n’allait accuser Talon de tout prendre. Et les faits sont là, ces accusations ne sont pas des inventions.

        Confier tous les secteurs de développement à des entreprises étrangères est un crime contre la nation béninoise.
        Même s’il y a des problèmes, une meilleure organisation et une meilleure approche finissent toujours par tout solutionner.

        Si une équipe n’est pas à la hauteur des défis qui se posent à notre développement, il faudrait le dire et cesser de vouloir justifier l’injustifiable.
        Si les autres pays faisaient de la sorte, ils ne vont pas s’améliorer et connaître des progrès.
        TALON encore une fois, n’est pas l’homme de la situation.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Est-ce pour ne pas voir détourner les 27 milliards qu’on confie ce programme au PAM ? Le risque de détournement demeure tant que les employés du PAM sont beninois .
    Et puis même à quand le transfert de compétence aux beninois ?
    Que ce talon l’es.c.roc et son gouvernement reconnaissent tout de même que Yayi boni a eu un bon programme pour le benin car : cantine scolaire , c’est yayi , césarienne gratuite encore yayi , école gratuite aux filles , toujours yayi , micro credit yayi , route , yayi , toujours yayi et puis yayi , yayi , yayi , yayi
    Talon et vous les ruptu.c.ons si vous ne pouvez rien faire pour les beninois de mieux que Yayi boni , alors DÉGAGEZ

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 3 mois

      OLLA, il serait injuste de dire que Yayi Boni n’a rien fait de positif. Ce qui lui est reproché c’est surtout son entourage, la multitude de conseillers grassement payés à ne rien faire et dans une moindre ce culte de personnalité avec des affiches sur lesquelles ses photos figures partout. C’était de la folie douce qui sonnait une fin de règne ! Il avait tout de même fait deux mandats et en 10 ans on peut faire beaucoup de bonnes choses. Barack Obama, lui n’avait eu que 8 ans et à pourtant marqué de son sceau les États-Unis. Certes tout règne se termine toujours avec un sentiment d’inachevé et d’insatisfaction. Yayi Boni a fait son temps. Qu’il essaie de prolonger son oeuvre par une Fondation comme Hollande et la boucle sera bien “bouclée”. Bon dimanche et n’oublie pas de passer l’aspirateur et de secouer les tapis pour aider un peu Madame !

      • Avatar commentaire
        aziz 3 mois

        Laquelle…?

        • Avatar commentaire
          Jean 3 mois

          Donc OLLA OUMAR est un homosexuel?

        • Avatar commentaire
          CODJO ATAKOUN 3 mois

          Je croyais qu’il était en âge d’être en couple même s’il voulait se refaire le sang avec une de tes filles métisses….

  • Avatar commentaire
    Paul M Ick 3 mois

    Des cantines scolaires, oui à condition d’acheter et d’utiliser des denrées agricoles majoritairement produites au Bénin et quand c’est possible dans dans des zones proches desdites cantines dans le vut de développer ou de relancer des filières locales. Par exemple, donner la priorité à l’utilisation du riz produit au Nord avant d’utiliser du riz importé, consommer des protéines produites localement (œufs, wagashi, et protéines végétales) plutôt que d’importer des sous produits déclassés. Le patriotisme, ça peut être aussi dans l’assiette!

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 3 mois

      Les conditions dont vous parlez ont toutes été examinées en conseil de ministres et des dispositions ont été prises pour que les erreurs du passé ne se reproduisent plus. Les relations entre alimentation-croissance et capacités intellectuelles sont tellement évidentes qu’il serait inutile d’en reparler. Un enfant qui par la nourriture qu’on lui donne satisfait tous ses besoins alimentaires grandira normalement et ne présentera pas de déficiences au niveau de ses capacités intellectuelles. Capacités intellectuelles qui dépendent aussi des gènes transmises par les parents et surtout de l’environnement qui est celui de l’enfant. Ainsi donc le gouvernement par la remise en marche sérieuse des cantines scolaires vient de poser un acte qui donnera un coup de fouet à l’école béninoise qui depuis un certain nombre d’années s’essouffle et stagne.

    • Avatar commentaire
      aziz 3 mois

      Dans ces conditions…il risque d’avoir..une ségrégation alimentaire..en fonction..des regions..

      Les enfants sudistes…du gari,pate de mais avec légumes à afintin..

      Les enfants du nord..sokoura wagashi,gombo,fonio…etc..

      N’est ce pas….?

      Et au meme moment…les enfants de nos princes…c’est des frites,des petits poids,des bons morceaux de viande…des nouilles…et escalopes à la créme..sans compter..des petites douceurs…..genre mousse de chocalat

      • Avatar commentaire
        Paul M Ick 3 mois

        Je crois aux vertus d’une alimentation saine à base de produits locaux à condition qu’ils soient cultivés sans un surdosage d’engrais et de pesticides (ce que vous avez déjà déploré dans des posts précédents). je ne veux pas instaurer une ségrégation alimentaire entre le nord et le sud, étant d’abord pour la promotion des produits régionaux à l’échelle du Bénin: servir le riz du Nord, le gari de Savalou et du Mono, le kpanman de Dassa, le lio d’ Abomey à toud les petits Béninois etc… (la liste n’est pas exhaustive) Ce que je ne vooudrais pas c’est voirs ces jeunes consommer dans ces cantines scolaires des saucisses, et autres produits importés dont on ignore les conditions de fabrication. Je préférerai toujours manger au Bénin un wagashi plutôt qu’une mozarella importée de je ne sais où, boire du foura plutôt qu’un milk shake, manger un pain de sucre plut^^ot que de boire un jus d’ananas importé.

        • Avatar commentaire
          aziz 3 mois

          Wagashi,foura…dis tu..?

          Ce sera maintenant une marque déposée..exclusivement réservée..à nous les gens du nord…et il est de question..de l’exporter au sud

          • Avatar commentaire
            Paul M Ick 3 mois

            ça fait belle lurette que le Nord a conquis les papilles au sud et vice versa. Je propose que la semaine du 1er Août soit la semaine du Goût et que toute la jeunesse béninoise soit (ré)initiée au patrimoine culinaire de nos régions.

        • Avatar commentaire
          CODJO ATAKOUN 3 mois

          Le kpanman est à exclure car ne contenant pas grand chose pour la croissance des enfants. Les enfants du Sud doivent aussi apprendre à apprécier les mets du Nord. Je crois que grâce aux commerçants du Sud les nordistes savent déjà à quoi ressemblent les mets du Sud du pays. Folio, wagashi sont très riches en glucides et protéines.

    • Avatar commentaire
      Jean 3 mois

      Paul M Ick,
      Il ne s´agit pas d´acheter 5 kg de riz et 2 kg de haricot chez le voisin pour nourrir 10 gosses à la maison, il s´agit ici de nourrir simultanément 351.109 gosses sur tout le territoire national. Le PAM est une organisation internationale qui dispose d´une expertise dans ce domaine.
      Le gouvernement a bien fait le casting lui permettant d´éviter les proccès d´intention qui sont devenus le quotidien du béninois.

      • Avatar commentaire
        Paul M Ick 3 mois

        @ Jean
        Je suis conscient qu’il ne s’agit pas de nourrir seulement les élèves d’une seule école. relisez mes posts avant de réciter votre communiqué avec condescendance comme si vous deviez sans doute justifier vos “émoluments”.
        Ce que j’émets dans mes différents posts le souhait que l’agriculture béninoise relève le défi de nourrir 15 à 20 millions de Béninois dans les 20 prochaines années parce que les “351109 ou 351110 gosses” que vous citez seront sans doute 2 ou 3 millions (je ne suis pas démographe mais vu la structure de la pyramide des âges on peut faire une telle projection) et que l’on ne se contente pas d’importer tout ce que nous mangeons avec le risque de devenir encore plus dépendants que nous le sommes aujourd’hui. Pensez vous qu’acheter d’importantes quantités de produits vivriers à long terme soit bénéfique pour l’agriculture béninoise et la balance commerciale de ce pays même si le but de nourrir des enfants?
        Le PAM ne se penchera pas éternellement sur le sort du Bénin, et nous devrons être en mesure de nous assumer.