Destitution du maire de Ouidah : La maladie du maire n’a pas freiné l’ardeur du préfet, selon Henri Agossa

Destitution du maire de Ouidah : La maladie du maire n’a pas freiné l’ardeur du préfet, selon Henri Agossa

Opinant sur la destitution de Sévérin Adjovi, sur la Béninoise Tv, Henri Agossa, le secrétaire général adjoint de cette municipalité s’est insurgé contre la démarche du préfet.

Mairie de Ouidah: Sévérin Adjovi rassure le prochain maire de son aide

Henri Agossa dit ne pas comprendre la célérité, la brutalité avec laquelle le préfet a en moins d’une semaine réagit à la requête des frondeurs et donner injonction au maire qui était souffrant.

La maladie du maire n’a pas freiné l’ardeur du préfet…

Henri Agossa estime que le préfet a ignoré totalement l’état de santé dégradant du maire (son cœur a voulu lâcher selon Henri Agossa), qui a pourtant brandi les éléments justificatifs de sa mauvaise santé. « En principe, si on doit bien faire, on doit attendre un peu » a signifié le secrétaire. D’un autre côté, il mentionne que la loi donne un délai de quinze (15) jours pour constituer la commission de conciliation. Le maire étant malade, on n’a pas pu le saisir dans les meilleurs délais.

Sévérin Adjovi victime de sa trop grande générosité

Le maire Sévérin Adjovi a été victime de sa trop grande générosité vis-à-vis de certains conseillers frondeurs a indiqué Henri Agossa. Le maire a promu des gens qui se sont retournés contre lui. Des conseillers qui étaient dans l’ombre et qui se sont prosternés presque pour avoir des positionnements.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    gogoloto 2 semaines

    Avec ou sans adjovi, la mairie continue de tourner pour ses administrés.

  • Avatar commentaire
    Boni YAYA 2 semaines

    il faut repenser a la loi sur la décentralisation au fin de sauvegarder les maires tout au long de leur mandat. c’est triste ce que nous assistons.

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON 2 semaines

    TRISTE BENIN .
    ON FINIRA PAR DESTITUER YAYI BONI DE TCHAOUROU.