Jeux de la francophonie: Entretien avec l’entraîneur de l’équipe béninoise de judo

Jeux de la francophonie: Entretien avec l’entraîneur de l’équipe béninoise de judo

Le Bénin entre en compétition ce jour en judo. A quelques heures de cette entrée, Armand Zannoui Kpiti, entraineur de l’équipe béninoise est confiant. Il pense que ses poulains ont l’étoffe pour accrocher une médaille.

Entretien avec Dieudonné Gnammankou: «Je suis persuadé que Porto-Novo peut devenir la capitale mondiale du livre»

Lire l’entretien avec l’entraîneur de l’équipe béninoise.

Le Bénin compte combien de compétiteurs aux 8èmes Jeux de la Francophonie en judo?

Pour les Jeux de la Francophonie en judo, nous avons quatre compétiteurs dont une dame en moins de 57 Kg du nom de Daga Carène Alida. Les hommes sont au nombre de trois : Auguste Daga en moins de 66kg, Bertrand Adjahossi en moins de 73Kg, et Assane Balemane en moins de 81 Kg.

Vous en avez retenu quatre. Est-ce à dire que ce sont eux qui peuvent décrocher des médailles pour le Bénin?

Par rapport à mes compétiteurs, je suis entièrement confiant. Vu ma préparation au pays et par rapport à leur psychologie, je suis sûr qu’ils donneront le meilleur d’eux même. Ils pourront défier les grandes nations de judo. Donc, nous ne sommes là pas pour le plaisir. Nous sommes là pour mouiller nos kimonos comme on en avait l’habitude.

Quel est l’objectif visé une fois à Abidjan?

C’est de repartir au pays avec tout au moins une médaille, quel que soit la couleur de la médaille. Mais par catégorie.

Quel est le niveau réel de Auguste Daga qui depuis quelques temps est en Hongrie et qui renforce ses capacités en judo ?

A sa descente et avec les quelques séances d’entrainement que nous avions eues, il y a eu assez d’améliorations. On a vu qu’il a acquis plus d’expériences. Sans vous mentir, il nous a fait part de quelques notions et j’étais fier de lui. Mon souhait est que d’autres sortent pour nous ramener un peu plus d’expérience.

Quel est le niveau du judo béninois ?

On ne dira pas que nous sommes du reste, mais nous pouvons nous améliorer. Quand on voit les autres s’entrainer, on sent qu’ils ont un plus ; avec leur équipement et tout. Mais comme vous le savez, dans tous les sports de combat, c’est sur le tatami qu’on sait qui est qui… N’oublions cependant pas que le Bénin sort rarement.

Commentaires

Commentaires du site 0