Bénin : Le Nouveau Départ sur le terrain du social

Bénin : Le Nouveau Départ sur le terrain du social

Longtemps présenté comme le ventre mou du gouvernement de la rupture, le social semble désormais préoccuper le régime du nouveau départ, qui lance de plus en plus de chantiers destinés à satisfaire les besoins des populations.

Assemblée nationale : L’Unstb face aux réalités du projet de loi de finances 2018

Entre construction de routes et adductions d’eau potable, tout est mis en branle pour que les populations constatent la prise en compte du volet social par le pouvoir. 50 milliards de Fcfa, c’est le montant du prêt que le gouvernement béninois a contracté auprès de l’Etat chinois.

La cérémonie de signature de cet accord de prêt a eu lieu le lundi 24 juillet 2017 à Cotonou, entre le ministre béninois des Affaires Etrangères et de la coopération, et l’ambassadeur de Chine auprès du Bénin. Le gouvernement a contracté ce prêt pour la fourniture d’eau potable aux populations du département des Collines, des populations qui vivent depuis des décennies le calvaire pour s’approvisionner en eau.

Dans certaines localités de ce département, c’est presque de l’eau boueuse que les populations consomment. La fourniture en eau potable signifiera la fin de la traversée du désert. Il s’agit donc là d’une réalisation d’envergure qui marque l’intervention du gouvernement de la rupture sur le terrain du social. Le régime de la rupture à travers son Programme d’action du gouvernement a promis la fourniture d’eau potable à l’ensemble de la population du pays au plus tard en 2021.

Une autre réalisation traduisant cette nouvelle orientation sociale des actions du gouvernement, est la décision du Conseil des ministres qui consacre le retour des cantines scolaires. 270 milliards FCFA sont affectés à cette initiative qui n’est pas entièrement à mettre au crédit de la nouvelle équipe. En effet, l’ouverture de ces cantines scolaires depuis l’ancien régime participe à la stimulation du maintien des élèves dans les écoles. Le régime de la rupture entend donner un nouvel élan à cette politique, surtout dans les zones rurales et plus particulièrement la partie septentrionale du pays où le taux de scolarisation reste faible.

D’autres réalisations en cours sont relatives aux tronçons routiers. Dans le Nord du pays en effet, des chantiers de construction de routes lancés sous l’ancien régime, puis entre temps arrêté par le régime actuel, ont été relancés, soit environ 225 km de routes. Plus récent, c’est la capitale politique Porto-Novo qui connaitra un nouveau visage avec le bitumage programmé de 35 km de routes. Il va s’en dire que ce chantier constitue toujours une amélioration indirecte de la qualité de vie des populations, car « la route du développement passe par le développement de la route »

Commentaires

Commentaires du site 0