Débat d’orientation budgétaire au parlement: Les observations et préoccupations des députés

Débat d’orientation budgétaire au parlement: Les observations et préoccupations des députés

Le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) a été effectif à l’Assemblée nationale le 30 juin 2017 dernier. Ce DOB a permis aux députés de faire certaines observations dans le rapport présenté par la commission des finances et des échanges.

Dislocation de groupes parlementaires : Les clarifications de Fayomi Isaac

Profitant de cette occasion des discussions en séance plénière à l’hémicycle, les parlementaires ont également soulevé quelques préoccupations importantes. Ces différentes observations et préoccupations soulevées ont permis au ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané, d’apporter quelques éléments de réponses.

La plupart des préoccupations se résume  aux raisons de la transmission tardive des documents couvrant le débat d’orientation budgétaire, à la cohérence qui devrait exister entre les documents soumis pour le DOB, DPB annexes et ceux qui seront examinés au cours de la session budgétaire, aux mesures prises pour l’atteinte des objectifs de croissance visées dans le secteur primaire pour 2018, aux dispositions envisagées pour assurer la disponibilité de la transformation locale de nos matières premières souvent toutes exportées.

Les députés ont également suggéré des clarifications sur le contenu du programme de facilité élargie de crédit du FMI, signé par le Bénin. Ils ont demandé à comprendre les conséquences à tirer des prévisions budgétaires 2017 concernant notre pays et faites par le FMI, qui tablent sur un total 1695,452 milliards de FCFA ; de la faiblesse des prévisions de remboursement au regard du montant élevé des dettes publiques annoncées ; des mesures de rationalisation envisagées pour une meilleure gestion des finances publiques à tous les niveaux, et du point de l’exécution à mi-parcours du budget de l’Etat gestion 2017.

Les députés se sont également préoccupés des mesures prises pour rendre effective l’augmentation prévue de la contribution des entreprises publiques au budget de l’Etat, des mesures envisagées pour améliorer la situation financière du FNRB et pour rationaliser celle de la CNSS, de l’identification des projets phares retenus dans le PAG au titre de 2017 et 2018, avec leurs niveaux actuels d’exécution, des précisions sur les mesures déjà prises ou envisagées pour le développement effectif des autres filières agricoles, hormis la filière coton. Ils se sont aussi interessés aux rumeurs sur la fusion probable du FNRB et de la CNSS, à la nécessité d’accroître le taux de transfert des ressources aux communes afin que celles-ci exercent les compétences légales à elles dévolues,aux raisons de la fermeture quasi-permanente du Système Intégré de Gestion des Finances Publiques (SIGFIP), aux facteurs qui limitent la mise en œuvre effective des mesures envisagées et des réformes engagées pour lutter contre la fraude fiscale au niveau du Port et des frontières, à l’identification des facteurs ayant favorisée la bonne performance de la campagne cotonnière 2016-2017, aux raisons de la réduction de moitié par rapport à 2017 du montant du PIP prévu pour 2018 et du point des emprunts obligataires levés avec leur utilisation ou affectation

Commentaires

Commentaires du site 0