« Après 57 ans d’indépendance, il faut une révolution à la 26 octobre 1917 pour le Bénin » dixit P. Agbéhounko

« Après 57 ans d’indépendance, il faut une révolution à la 26 octobre 1917 pour le Bénin » dixit P. Agbéhounko

Invité à se prononcer sur le 57ème anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté nationale, Philippe Agbéhounko s’est attaqué aux maux qui, pendant 57 ans ont miné les systèmes politiques des Etats d’Afrique francophone en général et celui du Bénin en particulier.

Porto-Novo : Les grands projets de développement dévoilés par le maire Zossou

C’était sur sur la station de radio Soleil Fm. L‘indépendance parait pour l’invité de Soleil Fm un beau mot que les pays africains colonisés par la France ont chacun façonné à sa manière depuis des années sans grands résultats. La situation des pays d’Afrique francophone est imputable selon Philippe Gbéhounko,  aux caractéristiques  de la puissance colonisatrice.

Sur le fait, les pays anglophones sont plus pragmatiques que les francophones.

Nous devons être économiquement indépendants

Les pays les plus pauvres de la planète sont les pays francophones et la France préfère cela si on s’en tient aux explications de l’analyste politique.

« Il y a des pays francophones ou la France intervient jusqu’à concurrence de 40 voire 50 % dans leur budget annuel. On ne saurait parler d’une indépendance économique réelle », a fait remarquer l’invité.

Il a également abordé la question du franc CFA, qui est une monnaie du colon. Un Etat souverain ne peut jamais avoir sa fortune dans la maison de l’autre. Mieux il a dénoncé  la  Françafrique qui vise à maintenir les Etats dans le giron de la France, avec comme corollaire les réseaux et les sous réseaux.

Le nationalisme et l’éducation à la citoyenneté pour résoudre les problèmes

Les Etats d’Afrique francophone doivent se remettre en cause après un long et périlleux processus d’accession à la souveraineté. «Seuls le nationalisme et l’éducation à la citoyenneté » peuvent aider à corriger le tir selon le politologue. Il a appelé à un changement de mentalité.

En ce qui concerne le Bénin, il ne faut pas désespérer, mieux le pays a besoin d’une révolution loin des cafouillages auxquels on assiste depuis 2006, « une révolution à la 26 octobre 1917, de l’union soviétique, c’est-à-dire une vraie révolution »

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    Amaury 3 mois

    Qui accepte mourir pendant cette révolution ? Moi non parce que je pense que le problème du Bénin, ce sont ses dirigeants. Je fais partie des optimistes pour le Bénin même si je suis souvent decouragé par certains comportements et décisions.
    Ceux qui prônent que ça saigne, sont-ils d’accord pour y laisser la vie ?

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 3 mois

    Il faut vraiment une Révolution pour chambouler la société béninoise de fond en comble.

    Il faut que cela saigne partout.
    Un soulèvement des populations à l’exemple de celui du peuple francais en 1789 fera l’affaire.

    Car sans cela les prédateurs des derniers publics, es-crocs de Talon ne pourront jamais être mis hors d’état de nuire.

    Et j’ai la suivie des évènements de près:

    Les populations se sont soulevées comme un seul homme et font la chasse à toute la classe politique corrompue.

    Les frontières du territoire national fermées à toutes les entrées et les sorties. Les Forces révolutionnaires bloqueront surtout les passages clandestins entre “Petit Popo et Agoègan” près du Togo et les passages hermétiques entre le Bénin et le Nigeria, Passages par lesquels les hommes politiques ont l’habitude de s’enfuire.

    Tous les aeroports sur le territoire national sont aussi occupés.

    Alors la Révolution ira déniché un à un tous les ennemis du peuple de leurs cachots pour leur faire le procès:

    Tous les maires
    les députés,
    les préfets, les ministres
    et autres Chefs des institutions ayant été en fonction
    depuis 1960
    tous ceux qui se disent béninois, mais ne pouvant s’exprimer en aucune langue endogène, ne connaissant que le francais et ayant ainsi leur conscience tournée vers l’extérieur

    seront jugés et condamnés par le Tribunal révolutionnaire.

    Je ne parle pas de pelotons de tir pour ceux qui seront condamnés,

    mais d’une Guillotine qui est installée à la place des martyrs à Cotonou, dont le serveur a pour Mission de couper devant l’assistance du Grand public les têtes de tous ceux qui sont condamnés pour avoir eu à corrompre,ou à détourner, à Piller et spolier les derniers publics d’une manière ou d’une autre pendant leur fonction.

    Après cet assainissement , la génération Kérékou: les pol-trons, enclins aux aptitudes de la pè-gre et de la mafia, n’ayant pour Dieu que l’argent et qui veulent gagner la vie en dormant, sera définitivement éliminée du giron national.

    Alors renaîtra un nouveau sang avec des hommes nouveaux et une nouvelle jeunesse, à qui la Révolution inculquera l’amour de la patrie, le goût du travail bien fait et le nationalisme à tout crin.

    La Révolution incistera sur les prénoms nationaux. Les prénoms francais, anglais ou américains seront banis.

    L’économie nationale se basera avant tout sur la production intérieure. Toutes les importations des produits vivriers seront interdits, seuls les machines, les appareils de production et autres Technologies de pointes pourront être importés au besoin.

    Le Bénin s’emploiera à dénoncer les accords monétaires passés avec la France lors de l’independance et sortira de la zône-franc comme prévu par les accords et jouira de la plénitude de sa souveraineté monétaire en créant sa propre monnaie.

    C’est cela la Révolution qui va libérer le pays enfin de la gangraine de la malgouvernance,

    de la corruption et du pillage systematique des ressources du pays au profit de la classe dirigeante et politique qui ne cessent de se proliférer depuis 57 ans, alors que le pays accédait à sa souveraineté internationale.

  • Avatar commentaire
    Akindès 3 mois

    J’adhère à l’analyse. Sans un changement radical il est impossible d’avancer. Cela suppose l’enthousiasme populaire, une organisation à la taille de l’ambition, une élite reformatee et une jeunesse d’une autre nature, audacieuse, organisée autour d’idées précises éloignées de la langue de bois. Serait-ce un rêve dépassé ? Mais alors où peut se situer le rêve actualisé?

  • Avatar commentaire
    Che Guevara 3 mois

    Tout le monde reclame une revolution, mais personne ne passe a l’acte.
    S’il va y avoir une elle ne viendra que tu bas peuple pas des elites corrompus affilies au colon, carrieristes, egoistes et qui ont faconné le parcours cahoteux de ce pays depuis sa fameuse independance.

    Malheureusement ce bas peuple est maintenant dans la famine, le chomage, l’analphabetisme, et est sujet a toute manipulation et qui prend exemple sur leur aines dans bien de domaines.

    Aucun espoir pour ce pays pour la generation actuelle ni future.

    Finally no light at end of the tunnel is expected.

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane 3 mois

    Qui peut m’éclairer ? De quelle révolution parle t-on du 26 octobre 1917 à moins qu’il y a une erreur de frappe dans l’écriture de 26 octobre 1972 ?

    La seule révolution du 26 octobre 1917 dont la France s’était une fois inspirée que je connais est celle de la Russie mettant en exergue la démocratie travailleuse, les socialistes clairvoyants, qui ont lutté avec tant de passion contre le désordre et la lassitude.

    En tout cas, l’idée d’une soft révolution à Cotonou ne doit pas être écartée pour chasser les Soglos de la mairie de Cotonou.

    • Avatar commentaire
      sonagnon 3 mois

      Il doit avoir une erreur car,la Révolution bolchevique a commencé le 25 octobre 1917
      Et celle du Bénin, la Révolution démocratique et populaire, le 26 octobre 1972.

  • Avatar commentaire
    sonagnon 3 mois

    Quoi qu’il en soit les choses ne peuvent pas continuer comme si tout allait bien!!!

    A défaut d’une révolution, car la révolution fait toujours un peu peur en raison de ce que les hommes finissent par en faire, il faut une évolution considérable des méthodes, des pratiques et des objectifs pour que nos pays prennent en main leurs destins.

    Surtout, pour que les dirigeants soient véritablement au service des populations, en assurant les bases minimums d’une vie digne pour les plus fables et les plus démunies.

    Et en créant une société égalitaire en droit et en devoir en fonction de la capacité de chaque fille et fils du pays..

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 3 mois

    Que sait-il de la révolution de 1917 celui-là ???? Que du bavardage. Veut-il donner des leçons de cette période douloureuse en France qui ne fait pas la fierté des Français.
    Voilà quelqu’un en manque d’inspiration qui veut refaire l’histoire à la Félix Iroko. Mais; n’est pas Félix Iroko qui veut.