Bénin : Jusqu’où ira le tandem Talon-Houngbédji ?

Bénin : Jusqu’où ira le tandem Talon-Houngbédji ?

Ravip : le président Houngbedji s’est fait recenser ce matin à Porto-Novo

Ils étaient partis pour entretenir les relations les plus difficiles au sommet de l’Etat. Mais depuis le 06 avril 2016, leur entente déjoue tous les pronostics. Patrice Talon et Adrien Houngbédji sont en parfaite intelligence et s’entendent bien sur leurs intérêts du moment. Seulement, un tel tandem qui a tout l’air d’une alliance contre nature, risque d’être éphémère au regard des rancunes d’antan, restées encore vivaces dans les mémoires de chacun.

« Chers parents, avez-vous oublié le K.O de 2011 ? Alors, votez tous Zinsou le dimanche pour que nous-mêmes on puisse leur faire le K.O qu’ils nous ont fait en 2011 ».

Cette phrase a été tenue en langue goun à Porto Novo, par le président Houngbédji, alors qu’il était en campagne pour le second tour de la présidentielle 2016. Il apostrophait ainsi le candidat Patrice Talon, qui en 2011 avait soutenu et financé Boni Yayi qui a gagné la présidentielle par un K.O. Courant mars 2016, Adrien Houngbédji avait battu campagne pour Lionel Zinsou, candidat de la coalition Prd-Rb-Fcbe, contre Patrice Talon.

Adrien Houngbédji avait, par tous les moyens, combattu la candidature de Patrice Talon en distillant parfois aux militants de son parti, un document confidentiel dans lequel ce dernier promettait de l’argent et des postes ministériels au Prd si le parti le soutenait. C’est dire donc à quel point il a combattu Talon. Mais hélas, ce combat n’a pas porté ses fruits, puisque contre toute attente, c’est lui qui va remporter la présidentielle face au candidat élu des partis. Mais après l’élection, le Prd par la voie du président de son groupe parlementaire Augustin Ahoanvoébla, n’a même pas attendu la proclamation définitive des résultats pour rejoindre la majorité présidentielle.

Prétexte avancé pour ce ralliement peu honorable : le parti avait fait l’option de la mouvance depuis 2014. Ce ralliement a certainement permis de ramollir les relations tendues entre les deux hommes. Quelques visites en privée, les deux hommes ont  réchauffé leurs vieilles amitiés. Pour rappel, Patrice Talon avait, courant 2005, été un soutien de taille pour Houngbédji, avant de lui tourner dos et de rejoindre Boni Yayi. Rapidement, le Prd obtient quelques strapontins dans l’appareil d’Etat. Un modeste poste de préfet de l’Ouémé et celui, dit-on, de Directeur de cabinet civil du Chef de l’Etat.

Le Prd est de pleins pieds dans la mouvance. Mais il n’obtiendra pas plus que ça depuis. Ceci ne l’empêchera pas de soutenir la révision de la constitution, réforme phare de Patrice Talon qui a échouée. Cette grille chronologique ne militait donc pas en faveur de l’entente observée actuellement entre les deux hommes. Ils étaient partis pour être chien et chat avec pour corollaire une relation conflictuelle entre les deux institutions.

Je t’aime moi non plus

Aujourd’hui, le tandem Talon-Houngbédji fonctionne à merveille. Le second a œuvré pour faire passer, sans trop de difficultés, tous les projets de loi du gouvernement à l’Assemblée nationale. Il en a laissé passer au point où la Cour constitutionnelle a fini par se réveiller et faire le gendarme derrière une Assemblée nationale, qui votait, comme l’a souhaité Talon, « les yeux fermés ». Mais Adrien Houngbédji, vieux briscard de la classe politique, n’est pas un enfant de cœur. S’il soutient le régime Talon après avoir combattu sa candidature, c’est bien pour ses intérêts et ceux de son parti. Talon aussi, pour avoir essuyé autant de diatribes de la part du leader des Tchoco Tchoco, ne serait pas en intelligence avec lui s’il n’y gagnait rien. Alors, que gagne chacun ?

Il est évident que l’entente favorise les deux. Houngbédji laisse passer les « lois de Talon » à l’Assemblée nationale, et en retour celui-ci ne fait rien pour déstabiliser le Prd. Jusque là, le deal marche. Mais il y a autre chose qui renforce l’accord circonstanciel entre les deux hommes. C’est qu’ils ont un ennemi commun contre lequel ils doivent unir leurs efforts. Cet ennemi, c’est 

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 4 mois

    De ce que je sais de HOUNGBEDJI, de ses retournements, de ses trahisons, de ses appétits, il me semble que ce qui lui va le mieux est la définition que Napoléon donnait de TALLEYRAND (homme politique français passé à travers révolution, empire, restauration, chaque fois plus riche et plus puissant):

    “TALLEYRAND, c’est de la m… dans un bas de soie”

    Le pont commun de ces 2 hommes selon moi ? Leur sens partagé du vol de bien public et l’absence TOTALE chez chacun d’eux de sens moral.

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 4 mois

      Même si, le fait d’appartenir à 2 génération différentes fait que, à l’image du Bénin, le niveau de culture et d’éducation de HOUNGBEDJI est largement supérieur à celui de TALON.

      Le Bénin ayant depuis la révolution – sous laquelle à grandi “l’homme de Cachi (TALON)” – chuté de façon continue.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 4 mois

    En tous cas ce tandem amene le benin dans le décor direct , en le pillant , l’avilissant , le degradant , en faisant la risée du monde

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 4 mois

    Tant que Talon sera au pouvoir Houngbédji va avaler tout ce qu’un homme a de noble pour profiter des délices du pouvoir.
    C’est le prototype de l’acteur politique béninois.
    Le pouvoir à n’importe quel prix. Peut importe les intérêts du peuple qu’on est appelé à servir.

  • Avatar commentaire
    Helian 4 mois

    Je ne suis pas abonné mais cet ennemi devrait être fofo seba qui menace le PRD dans ses fiefs.

    • Avatar commentaire
      Valano Lambert 4 mois

      Bien dit, c’est fofo séba l’ennemi gênant