Rentrée scolaire au Bénin : des syndicats dénoncent une violation de la législation

Rentrée scolaire au Bénin : des syndicats dénoncent une violation de la législation

Le ministre de l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle, Lucien Kokou, a dans la semaine écoulée, fixé les acteurs de l’école sur la date de la rentrée scolaire 2017-2018.

Conséquences des grèves dans l’enseignement: Pertes et baisse du niveau des apprenants

Il s’agit du 18 septembre prochain. Laquelle annonce n’a pas reçu l’assentiment de certains responsables syndicaux. Ces derniers ont, le vendredi 18 août 2017, fait une sortie en dénonçant une violation de la législation par le ministre.

Les élèves devront écourter leurs vacances. C’est du moins ce que l’on peut retenir après l’annonce du ministre de l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle, Lucien Kokou, fixant la date de la rentrée scolaire 2017-2018 au 18 septembre prochain.

Prévues pour durer 75 jours conformément à la législation en vigueur, les vacances scolaires de cette année, si la date est maintenue, n’auraient duré que 64 jours. Une situation qui n’a pas laissé indifférents des responsables syndicaux du secteur de l’enseignement et des partenaires sociaux. En effet, dans la journée du vendredi 18 août 2017, ils ont réagi en estimant que cette annonce viole la disposition du législateur qui a prévu 75 jours comme durée minimale des vacances ; et que les conditions ne sont pas réunies pour que cette rentrée soit effective. Restant fidèle à sa conviction, le secrétaire général du Syndicat national des contractuels de l’enseignement secondaire (Synaces), Alexandre Adjinan, a dénoncé la mauvaise volonté du gouvernement de voir la situation des enseignants s’améliorer.

« On est en train d’apprendre que le gouvernement n’est prêt à prendre aucun des huit (08) arrêtés qui ont fait l’objet de débats au conseil sectoriel pour le dialogue social » a-t-il déclaré.

Outre cette mauvaise volonté du gouvernement de signer les arrêtés, il a fait observer que les questions de carrière des enseignants subsistent. Selon ses explications, l’avancement des Agents permanents de l’Etat pose problèmes. Voilà entre autres conditions, poursuit-il, pour qu’il y ait une rentrée effective. Il conclut en invitant leur ministre de tutelle à respecter la législation qui a prévu 75 jours de vacances scolaires, tout comme Moudachirou Bachabi et Noel Chadaré. Abondant dans son sens, le Secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), Bachabi Moudachirou, a indiqué que depuis la fameuse rencontre entre les centrales syndicales et le gouvernement à l’infosec à Cotonou, rien n’a bougé. Eu égard cette interruption des discussions entre le gouvernement et les partenaires sociaux (Centrales syndicales), ajoute le Sg, il y a de forte chance de croire que cette rentrée aura des grincements de dents.

Pour sa part, le Secrétaire général de la Confédération des organisations des syndicats indépendants du Bénin (Cosi-Bénin), Noël Chadaré, a laissé entendre que c’est une rupture de façade et de forme. Parce que, argue-t-il, les choses ne se font pas dans les normes et dans les règles de l’art. De plus, avant que cette rentrée ne soit effective, il y a un préalable à l’en croire. « Le préalable, c’est les statuts particuliers du personnel enseignant. Si on s’est tus l’année scolaire écoulée, c’est parce qu’on a vu que ce pouvoir venait d’arriver », a-t-il mentionné

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    ARNAUD 1 mois

    BONJOUR A TOUS

    J’AI REUSSIR A AVOIR UN PRET D’ARGENT CHEZ HAMARD FINANCE ,
    AVEC DE TRES BONNE CONDITIONS DE REMBOURSEMENTS.
    CE POST RESTE UTILE POUR TOUTES PERSONNES DANS LE BESOIN D’UN PRET D’ARGENT
    POUR PLUS D’INFORMATIONS RENDEZ – VOUS SUR LA PAGE facebook :HAMARD FINANCE
    CORDIALEMENT
    ARNAUD G.

    • Avatar commentaire
      aziz 1 mois

      Prends contacts…avec tundé,agadjavi amury,tofa,joe,et franck….ils ont besoin de beaucoup d’argent

  • Avatar commentaire

    Les complices actifs et passifs de cette imposture de “Rupture” vont boire le calice jusqu’à la lie.

  • Avatar commentaire
    aziz 1 mois

    Qu’ils soient encerclés..par des nervis..préalablement seaoulés et drogués…et puis bien bastonnés

    En plus qu’ils soient tous virés…un point c’est tout

  • Avatar commentaire
    Karl 1 mois

    Il y a de sérieux sujets à débattre dans ce pays mais d’aucun passent leur temps à nous distraire par un ‘’Bénin en route’’ (Ber). Parlant de « Ber », n’est-ce pas synonyme du crie d’un mouton. Mais on aurait tout vu avec ce régime en matière d’invention de concepts. Béninoises, Béninois, chers syndicalistes ayez-vous aux yeux pour pleurer car vous l’avez voulu.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 1 mois

    Comme c’est vous qui avez fait arriver ce pouvoir , supportez le .
    Ailleurs , on dit travaillez plus pour gagner plus , au benin , c’est reposez plus et faites la grève plus