Bénin : Le PCB présente le visage hideux de la gouvernance Talon

Bénin : Le PCB présente le visage hideux de la gouvernance Talon

Face à la presse ce vendredi 15 septembre 2017 à son siège au quartier Houéyiho à Cotonou, le bureau politique du parti communiste du Bénin a fait le tour d’horizon de la situation sociopolitique de l’heure.

Affaire Léhady Soglo : le PCB critique Toboula, Djogbénou et Talon

Cet exercice qui a consisté à faire l’autopsie de la gouvernance Talon, a permis de découvrir un mode de gestion du pouvoir alarmant qui présente le visage hideux de la rupture.

Le bureau politique du Pcb trouve que : «le pouvoir de Talon se révèle comme un pouvoir dictatorial de type césariste, où même des individus n’ayant aucun titre officiel donnent des ordres à des ministres». Ce gouvernement a étalé sa barbarie à travers la destruction sauvage des commerces, sous le prétexte de l’opération de déguerpissement de la voie publique. Au moment où ce gouvernement ne crée aucun emploi, au contraire il en supprime à travers la liquidation des entreprises d’Etat.

Le bureau politique du Pcb trouve que le régime de la rupture, déçu par l’échec de la prise en considération du projet de révision de la constitution, a en réaction décidé d’adopter la politique de la ruse et la rage qui s’oriente dans deux directions. La première concerne l’entretien de l’illusion à travers des actes de reconquête du cœur des béninois. Le Pcb cite entre autres : la reprise des microcrédits, le retour des cantines scolaires, la réalisation des infrastructures routières.

Un gouvernement ploutocratique

Le Pcb parle par ailleurs d’une gouvernance affairiste marquée par : le pillage méthodique de la fortune publique, la passation de marchés de gré à gré, la surfacturation des coûts de réalisation des infrastructures, le cas du prix très élevé du Km de route. En plus de ce tableau sombre, le Pcb accuse aussi le gouvernement de la rupture d’être « un abîme d’incompétence et d’extraversion », d’être insensible à la misère des populations, de sur médiatiser les actions du gouvernement et de procéder à des nominations claniques. Le cas du ministère des Affaires Etrangères où le syndicat du personnel dénonce que : «sur 36 nominations à des postes diplomatiques, 30 sont des parents du Président de la république». Dans ce même registre, le Pcb accuse le gouvernement du nouveau départ de placer ses intérêts au dessus de ceux des populations. Ramenant la gestion du pouvoir à un trio : «Patrice Talon – Olivier Boko – Johanes Dagnon».

La politique du cynisme

Le second axe de la politique de la ruse et de la rage du nouveau départ, porte selon le Pcb sur l’éviction des rivaux politiques. Il cite ainsi les cas de destitution des maires et les crises au sein des formations politiques. Le Pcb considère que certaines personnalités qui déclarent avec grand bruit leur soutien au Pag ou à la rupture, sont uniquement à la recherche de la protection contre des poursuites judiciaires éventuelles au vu de leurs antécédents avec le défunt régime. Le politique de la ruse et de la rage se déploie aussi selon le Pcb, à travers les simulacres de lutte contre l’impunité. Mais il y a aussi la logique de captation du parlement qui consiste à tenir les députés au travers des mallettes de billet de banque pour les amener à voter des textes «les yeux fermés». Pour venir à bout de ce régime, le Pcb préconise de rapidement remplacer l’actuel régime. Et comme recette, il énonce que : «…seul le peuple rassemblé en une grande assise nationale peut en dessiner les contours. Voilà pourquoi le parti communiste du Bénin appelle le peuple à intensifier ses combats partout dans le pays, pour préparer les conditions à une réunion des Etats généraux du peuple »

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Un Contributeur 3 mois

    Oh la la les béninois que nous sommes. Comment changer le visage du pays Benin en cinq (05) ans ? Question a 1F.
    On ne peut pas vouloir d’une chose et de son contraire !!! Le president, l’a dit, “le benin n’a pas connu de guerre ni de tragédie…mais nous en sommes la..”, seulement les tragédies, il y en a au quotidien :
    * des maisons en plein cotonou ou l’eau potable manque
    * des enfants malnutris etc
    * la misère tellement profonde qu’on se demande comment les gens peuvent accepter d’y vivre

    Mais tout ça, on peut les changer, ensemble. Ce que fait le gouvernement du PR Talon c’est une vision, et dans aucune nation les changements brutaux n’ont plus aux caciques, avides de profit et du bien public. les gens defendent leur mangeoire, c’est une reaction humaine, normale, comprise, tolérée et acceptée.

    Une opposition, c’est bien, ca permet de voir par un autre prisme mais ca ne doit pas empecher de faire ce que nous pensons etre bon pour notre pays.
    La volonté de l’executif est de changer le pays et nous devons l’y accompagner !!!
    C’est tout a fait vrai que tout n’est ps nickel, mais comme le disait quelqu’un “il n y a aucune école ou l’on sort avec un diplôme President de la République”.

    Critiquons objectivement, accompagnons, mais arretons de dire que tout est noir , nous devons construire la nation. Plaise à l’executif d’avoir l’oreille, de faire le tri et d’aviser dans le silence et l’efficacité

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 3 mois

    Je ne partage pas l’idéologie de ce Parti communiste du Benin.
    Seulement ; si changement de nom et d’orientation idéologique et politique il y a , je prendrai certainement ma carte de membre.
    On peut aimer ou ne pas aimer le PCB; reconnaissons quand même la pertinence des prises de position des membres de ce parti et de sa direction.
    Oui; il faut des assises pour repenser le modèle politique de notre pays. Il y a urgence. Sinon ; la rue fera le travail.
    Ce que nous ne souhaitons pas.
    Trop c’est trop avec cette rupture de main mise sur leviers de notre économie par Talon et son clan.
    Pauvre de mon pays.