Bénin : Yayi – Gbadamassi, la guerre inévitable et impitoyable

Bénin : Yayi – Gbadamassi, la guerre inévitable et impitoyable

Bénin : Talon renforce sa position pour contrer Yayi dans la 8e circonscription

Il est le plus actif des transfuges du régime Yayi qui soutiennent Patrice Talon. Depuis quelques semaines, Rachidi Gbadamassi a repris du service. On le voit multiplier les actions caritatives et les pamphlets médiatiques dont il avait l’habitude. Si tout ceci fait partie de la batterie d’actions prévues pour l’opération de charme envers Patrice Talon, le député de Parakou a un autre souci qui lui donne l’insomnie. Le retour inattendu de son ancien mentor Boni Yayi en politique, fausse gravement ses calculs.

Le taureau qui se sent menacé et qui panique, représente un danger pour la jungle. Il beugle plus fort que les autres, court de droite à gauche, et cogne un peu de tout sur son passage… Celui de Parakou présente les mêmes caprices. On le voit surexcité, en manque de confiance et prêt à tout. Généreux donateur d’équipements médicaux aux hôpitaux de Parakou et de Tchaourou, on le voit aussi dans la peau du politicien grincheux et revanchard, animant conférences de presse et meetings politiques, au cours desquels il donne des coups à des alliés politiques d’hier.

Ni Sébastien Ajavon qu’il a soutenu lors de la présidentielle, ni Amos Elègbè, l’autre faucon du régime défunt et dont il fut l’un des fidèles lieutenants, ni Boni Yayi son ancien maître, n’ont eu grâce à ses yeux. C’est malheureusement contre ce dernier qu’il semble se retourner. A maintes reprises dans des conférences de presse qu’il a animées, il s’en est pris violemment à la gouvernance Yayi et à sa personne.

Il a pourtant défendu ce dernier pendant des années, avec des arguments qui laissaient à désirer. Le taureau s’est retourné contre son ancien maître, celui là même qui l’a utilisé pendant des années comme instrument pour terroriser et intimider ses meilleurs adversaires politiques. L’épouvantail semble avoir choisi une autre cible : Boni Yayi. On comprend qu’il est en quête de confiance auprès de son nouveau maître Patrice Talon, qu’il a rejoint le jour de la proclamation des résultats provisoires du premier tour de la présidentielle de 2016.

Bien qu’il ait fait des déclarations pour s’en prendre à Sébastien Ajavon et à Boni Yayi, Rachidi Gbadamassi sait que ces kermesses ne sont pas encore suffisantes pour gagner totalement la confiance d’un homme aussi averti que Patrice Talon. Pas suffisantes en tout cas pour mériter d’un positionnement de privilège sur la prochaine liste de la coalition de la majorité, qui ira aux élections législatives de 2019.

Lors des trois dernières législatives, Rachidi Gbadamassi a été « tête de liste » des Fcbe dans la 8e circonscription électorale. Mais il risque de ne pas avoir cette faveur lors des prochaines législatives de 2019. Dans cette circonscription, Patrice Talon a des amis et des soutiens politiques qui ont toujours sa confiance. Il s’agit du ministre Sacca Lafia et du maire de Parakou Charles Toko, qui est d’ailleurs celui qui a conduit Gbadamassi dans la résidence de Patrice Talon au lendemain de la proclamation des résultats du premier tour de la présidentielle de 2016. La tâche ne sera pas facile pour le taureau de Parakou. Voilà pourquoi, tel un rat surpris par un feu de brousse, Rachidi Gbadamassi est pris de panique.

Yayi le souffre douleur de Gbadamassi

Mais l’autre problème qui empoisonne l’existence au député de Parakou et fausse ses calculs, c’est bien Boni Yayi. S’il n’est pas sûr d’avoir une place de choix sur la liste de la majorité présidentielle, il doit au moins s’assurer

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 15
  • Avatar commentaire
    SEGNI 2 mois

    Vous faites fausse route monsieur le journaliste, Gbadamassi est le seul qui pu terrasser Yayi et ses sous-fifres Saca Lafia and Co en 2007(5è legislature) sous la bannière de l’UPR. Vous aurez le temps de le constater en 2019 qu’il est un fétiche pour la population de Parakou et de la 8 è circonscription électorale. Ceux qui ont cherché à barrer la voie à Gbadamassi l’ont toujours regretté. Yayi avait fait le constat, le président Talon ne commettra pas les mêmes erreurs. C’est le seul défenseur de la 8è circonscription. Vous seriez surpris de voir Yayi bouffer du sable des koburu comme Wade face à Sall. Ceux qui parlent ne maîtrisent rien de l’environnement sociologue et politique des départements B-A. Les exemples sont légion: Saca Lafia contre Kerekou, Salifou Issa contre Yayi et Gbadamassi contre Yayi 2006-2009

  • Avatar commentaire
    Abdul 2 mois

    Personnellement, gbadamassi me fait honte. Il pense qu’il peut réussir à bleuir Talon? Lol…. Dans le domaine de la ruse, Talon est son professeur. Et lorsque l’on parle de bataille entre Yayi et gbadamassi,je ne vois dans quelle mesure cela peut être possible. la dernière fois, je lui ai écouté sur ses illusions selon lesquelles il a les ambitions de succéder à Patrice Talon après 10ans. Après l’avoir écouté,je m’étais sentit triste pour mon pays. Si les illettrés comme et malfrats comme celui-là aussi sont permis d’avoir le moindre ambitions de briguer à la magistrature suprême de mon pays, cela traduit tout bonnement une insulte au titre de”quartier latin de l’Afrique”que porte mon pays. L’agitation, c’est le premier comportement qui caractérise gbadamassi. Tout ce qui a un début,a toujours une fin. Gbada a pris son temps pour monter sa face à tout le peuple béninois. En 2019, la 14ième CE sera un gâteau à partager entre les FCBE, les vrais klébés de talon et peut ABT. Le plus grand crime ou la plus grosse erreur que les populations de la 8ièm peuvent commettre, c’est de faire revenir encore ce délinquant de gbadamassi. Juste de passage.

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI 2 mois

    L’auteur de cet article, Marcel Zoumenou a, pour ma part, mené de très belles analyses dans son développement, sur les agissements et agitations de Gbadamassi.

    Ce que moi je sais, c’est grâce à Boni Yayi que Gbada est présent aujourd’hui à l’hémicycle, pour ceux qui ne le savent pas. L’habitude étant une seconde nature, le comportement qu’adopte l’homme aujourd’hui vis-à-vis de Boni Yayi, son ancien maître, ne serait pas différent de celui qu’il adoptera face à Patrice Talon après son mandat. C’est sa stratégie propre à lui, qui consiste à renier son maître à la veille de sa mort. Mais comme pour reprendre Birago Diop, les morts ne sont pas morts, Boni Yayi n’est pas encore fini et il n’est pas mort politiquement non plus.

    Justement que les agissements et les agitations de Gbada depuis quelques jours, à l’approche des législatives, peuvent s’analyser en deux réflexions:

    – La 1ère, l’homme ayant compris que le président Patrice Talon a des vieux amis comme Charles Toko et Sacca Lafia, il lutte pour gagner la confiance de Patrice Talon. Or Charles Toko et SACCA Lafia ont été les premiers ouvriers de Patrice Talon depuis les campagnes jusqu’à l’issue des élections qui ont confirmé son élection, alors que Gbada était aux côtés de l’opérateur économique Sébastien Ajavon. Même si Gbada a utilisé sa stratégie phare pour rejoindre complètement le couvent rupture aujourd’hui, il n’a aucune assurance d’être en tête de liste devant ses klébés dans cette 8ème circonscription électorale lors des prochaines législatives. Ce qui est sûr, tout au moins l’un ou les deux seront forcément avant lui sur cette liste.

    – La 2ème réflexion, c’est que Gbada sait qu’il a été battu lors des présidentielles passées dans son fief par ABT, même s’il avait fait mieux devant la FCBE, et il doit alors s’inquiéter. Si la FCBE n’avait pas fait un bon résultat, c’est tout simplement parce Lionel Zinsou, le choix imposé de Boni Yayi n’avait pas plu ou n’avait pas trop séduit toutes les populations du septentrion. On peut pas comparer les bonnes œuvres de Boni Yayi dans le septentrion à celles que multiplient l’honorable aujourd’hui, même si je reconnais qu’il fait assez pour sa localité et surtout aux rois. Le silence de Boni YAYI, quoi que l’on dise, fait peur à Gbada qui commence par multiplier ses actions de gauche à droite, à l’approche de 2019, sans oublier ses attaques personnelles contre ses amis d’hier.

    C’est en tout cas, le terrain qui situera tout un chacun de nous. Bientôt les législatives, les tractations avant cette échéance, feront forcément écarter de gros calibres de Talon. Car, il revient très difficile pour le premier chef d’établir une liste électorale lorsqu’il est soutenu par tout le monde, même par ses ennemis d’hier.

  • Avatar commentaire
    Helian 2 mois

    Si on n’était dans un pays qui se respect Gbadamassi serait ailleurs en ce moment. Yayi et ses amis restes fidèles ont beaucoup de ble.2019 sera une bataille de titans.Gbadamassi n’a pas sa place dans une lutte d’éléphants.
    Alors, le taureau doit aller brouter ailleuirs.
    Aussi, sachez que Patates n’a aucun soutien. Tous ceux qui disent le rejoindre cherchent à court terme à aller à l’assemblée.Vous verrez commen ils vont le combattre apres.

  • Avatar commentaire
    D'Raf"why always me?" 2 mois

    La réalité est là, je ne sais pas pourquoi on ne peut se dire la vérité? C’est avec la même bouche gbada félicitait Yayi et aujourd’hui il dit le contraire donc c’est l’intérêt qui le guide alors. En tous cas 2019 est là. On verra bien ce qui va se passé. je passais.

  • Avatar commentaire
    B. 2 mois

    Pour illustration plombier,lors des dernières presidentielles Gbada a été surieusement battu par ABT a pkou pour vous dire que le redecteur de cet article ainsi que Aziz ne disent pas de n’importe quoi.Qui de Sacca Lafia ou de Charles Toko vont laisser la tête de liste à gbada.il y aura du boulot pour gbada dans la 8 ième,les injures de son ancien mentor lui complique d’avantage la tâche auprès de la population qu’il change de politique,si non le terrain es trop miné pour lui.

  • Avatar commentaire
    Boni YAYA 2 mois

    belle analyse mon cher Joeleplombier! YAYI ne peut rien contre GBADAMASSI; c’est un animal politique et il est a l’écoute de sa base. Certes ce serait une bataille mais au finish il va le remporter;

    • Avatar commentaire
      aziz 2 mois

      Boni…!!

      Je ne partage pas ton analyse…

      En effet..gbada a bien sur sa clientèle politique composée..essentiellement de quelques analaphabetes et illétrés…de yébou beri,zongo zénon,banikani et lazifrarani…et c’est tout

      Celà ne suffit pas pour etre élu

      Il a su toujours…se faire positionner tete de liste..en manipulant yayi boni

      Son jeu est découvert…et tout le monde…sait qui il est…et sa tactique

      Donc ça ne marchera plus

      Et ce n’est pas les saka et charles qui le laisseront etre tete de liste….c’est exclu

      yayi..a du blé…à déverser dans la campagne..et c’est le nerf de la guerre

      Meme dans parakou..il sera battue….et aussi à yébou béri..ce sera difficile pour lui

      Charles est maternellement babamoussa…donc de yébu beri

      En tout cas on verra

    • Avatar commentaire

      @Boni,

      Vous prenez ”la base” de Gbada pour des analphabètes. Elle comprendra son ingratitude et son opportunisme. Par ailleurs, il ne peut jamais avoir la popularité du Doc.

      La bataille sera sans doute féroce mais je ne vois pas Gbada gagner surtout s’il n’est pas tête de liste.

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 2 mois

        Gbadamassi n’est pas encore en odeur de sainteté auprès du nouveau qu’il se cherche. Ce nouveau Maître, c’est Patrice Talon qui de son côté doit se méfier des transfuges car qui a trahi une fois trahira dès que l’occasion se présentera. Gbadamassi sera considéré partout où il passera comme un pestiféré. Il y a une justice sur cette terre et notre homme en connaîtra le goût sous peu, si j’ose dire.

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 2 mois

    Je ne partage pas entièrement l’analyse de notre rédacteur en chef.
    Il est prématuré de s’inscrire dans cette configuration pour les législatives de 2019.
    Â voir l’expérience de Gbadamassi, son occupation du terrain depuis une quinzaine d’années, son soutien indéfectible à Talon , ses œuvres sociales et sa proximité avec les populations de sa circonscription ; il n’aura aucun mal à se faire réélire député de sa circonscription.
    Aussi; je ne vois pas mon ami Charles Toko, ni Sacca Lafia concurrencer l’animal politique qu’est Gbadamassi.
    On peut ne pas aimer l’homme, un bouffon mais; indéniablement, il comptera dans l’arène politique pendant les dix prochaines années.
    Ce que je crois. Vous savez ; en politique même les charlatans, marabouts et autres marchands d’illusions se gardent souvent de pronostics sur l’avenir d’un tel ou tel.
    Alors; on se calme et on parle des problématiques conjoncturelles de notre pays en ce moment.
    Je passais.
    Le plombier.

  • Avatar commentaire
    aziz 2 mois

    Je ne suis pas un journaliste de profession…!!!

    Cet article…reprend en partie ce que j’ai écrit sur gbada…voilà à peine 6 heures..

    Et pourtant je suis à 6000kms de cotonou…

    Il faut avouer…que je suis un analyste politique…hors paire

    Retenez moi…retenez moi…sinon je risque de m’étouffer…par mon genie…

    • Avatar commentaire
      Joeleplombier 2 mois

      Toi-là ; un peu d’humilité. Tu te prends pour qui mon cher ami @Aziz.
      Franchement tu es épatant. C’est ta nature. Je comprends.
      Bonne journée quand même.
      Le plombier.

    • Avatar commentaire
      Le wassangari 2 mois

      @Aziz ahahahahhaha. Ne t’etouffes pas. Le forum a encore besoin de toi. Le jeu politique de gbadamassi est connu à présent et il devrait s’inquiéter du silence de son ex mentor Yayi. Je commence à l’apprécier celui là finalement. 😂😂😂