Dayélian : Sous le signe d’une révolution agroalimentaire inspirée par Régis Ezin

Dayélian : Sous le signe d’une révolution agroalimentaire inspirée par Régis EzinPhoto: Facebook

C’est depuis une semaine, une nouvelle rentrée à Dayélian pour la promotion de la destination «Bénin» à l’étranger, à travers notamment des produits agroalimentaires béninois que valorise et rend exportables Régis Ezin.

Tva sur les transferts d’argent au Bénin: La Direction générale des impôts dément

«Moderniser les produits alimentaires qui font partie du quotidien du béninois et les rendre exportables, afin de mieux les faire connaitre aux béninois d’ici et d’ailleurs dans un contexte de mondialisation où chaque culture a une place à se faire sur l’échiquier international.».

C’est le cœur de la nouvelle rentrée effectuée samedi 9 septembre dernier par la marque Dayélian.  Lors de la rentrée qui s’est déroulée au Conseil national des chargeurs du Bénin (Cncb), elle a, en plus de ses dix produits –Kluiklui d’Agonlin épicé, Kluiklui d’Agonlin sucré, Kluiklui d’Agonlin salé, Coco râpé citronnelle, Coco râpé muscade, Gari premium, Gari au lait de coco, Arachides, Noix de Cajou et Super Dowevi-, lancé le tapioca soufflé, les chips salés, les chips sucrés, et le atchonmon tchéké.

Des produits que le public a eu l’occasion de déguster à travers le «Evivi day». Au-delà desdits produits Dayélian, l’objectif général est d’une part de redonner aux béninois la fierté de consommer local en leur proposant des produits de qualité, et les amener à diversifier les modes de consommation des produits locaux en général, et ceux de Dayélian en particulier d’autre part. «A moyen terme, l’ambition de Dayélian est de faire du ‘’Evivi day’’, un évènement périodique, et de créer un noyau d’entreprises béninoises autour du ‘’consommons local’’», apprend-t-on. Sur ce chantier, Dayélian se donne tous les moyens, notamment en termes de compétences.

Régis Ezin, au cœur de la révolution agroalimentaire

Tout ceci est le fruit des inspirations de Régis Albéric Yélian Ezin. Expert en marketing et développement commercial, fondateur et directeur général d’Iridium sarl et du cabinet Seven com & Co, il évolue comme appartenant à une nouvelle race d’entrepreneurs engagés pour révolutionner le secteur de l’agroalimentaire au Bénin. Il est reconnu comme tel et récompensé par des structures internationales.

Entre autres, son initiative a reçu le prix de l’entrepreneuriat Hcbe et le prix jeunesse francophonie 3535 qui récompense 35 jeunes francophones qui ont à leur actif des réalisations exceptionnelles dans leurs communautés. Il était aussi en juin-août 2017 aux Etats-Unis, dans le cadre du programme Yali qui fonctionne sur une sélection très relevée ouverte aux pays africains. L’occasion a permis au jeune entrepreneur béninois de recevoir d’autres atouts techniques. A noter qu’à ce rendez-vous, Régis Ezin a tout mis en œuvre pour confirmer sa place à la table des jeunes entrepreneurs qui innovent.

Ce qui s’est traduit par les différentes récompenses qu’il a reçues. Entre autres, on apprend qu’il a remporté le concours « Ignite Talk au sein du Oklahoma State University », parmi 25 candidats issus de 17 pays africains. Il a participé à la phase finale du Ignite Talk lors du sommet final à Washington pour représenter Oklahoma State University, et la 1ère place au Business Competition à l’Oklahoma State University».

Ces différents prix et récompenses viennent sans nul doute le motiver à poursuivre -voir accélérer- la marche vers cette révolution qu’il ambitionne dans le monde du business et de l’entrepreneuriat, chez lui. Et c’est le Bénin qui y gagne

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 1 mois

    @Aziz, je me triture les méninges depuis un moment pour voir comment amener les sénégalais à consommer le wagashi…Vu qu’ils consomment énormément le lait et ses dérivés….Voilà le défi qu’on t’assigne en “bon dépositaire” des traditions peulhes du Bénin

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 1 mois

    Merci mon petit. Cette démarche mérite le soutien des banques de la place et également un appui du gouvernement.
    Ce que fait ce garçon est aussi une révolution culturelle, la mise en valeur de ce que nous avons de mieux dans le domaine agroalimentaire.
    Nous saluons l’initiative et l’encourageons.
    Bravo fiston.

    • Avatar commentaire
      aziz 1 mois

      Héééééh…le gar ezin

      N’oublies..pas aussi le wagashi,la bouillie peulhe,le sokura,le wassa wassa,le toubani…qui sont des mets typiquement beninois aussi